Page:Testament Louis XVI Marie-Antoinette.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
(14)


M. Laine. « Messieurs, qu elle touchante diversion fait k nos di*- « cussions politiques , la communicatioii qui vient de faire tressaillir <c vos coeurs, et que nous avons bien raison de vouloir mettre un « frein k ces passions qui renversent les Etats, etont fait tomber <c sur la France les calamites dont la lecture de. cette royale lettre « rappelle Je souvenir ! Une trop. vive Amotion ne me permet pas « de donner cours k cette idie. Cependant Texpression des derniers « sentimens de notre Reine nous Hhve k des pens6es plus hautes encc core que la politique ; elle £16ve nos Ames vers la religion , et nous « rappelle que la religion seule pourrait 6tre le plus puissant moyen « de gouvernement. Quelle s6curit6 pour les peuples quand elle a remplit lecoeur des Rois ! Quelle paix, quel bonheur pour les u souverains , si elle p£n&lre dans l’&me du peuple comme dans les « Ames royales ! Mais je m’apercois que j’anticipe sur Fexpression cc de vos sentimens : il faut 6tre moins imu et avoir plus de temps •c pour les exprimer dignement. Je propose , messieurs , qu il soit « fait une humble adresse au Roi, laquelle, s’il le permet , lui sera

  • port£e par une deputation de a5 membres. Si l’£lan de vos coeurs

« avait besoin d’un exemple , je vous dirais , et je viens d’en 6tre « ins trait, que la chambre des pairs a vot£ une adresse au Roi qui « doit lui 6tre pr£sent£e par une grande deputation. » Un cri g6n6ral s’£l£ve : aux voix ! aux voix !•’. . Bient6t l’assemhe enti&re est debout.

La proposition de M. Lain£ est accueillie par un suffrage unanime et aux cris de Vive le Roil

La deputation choisie a kk pr£sent£e le soir mime au Roi , et M. Lain£ portant la parole , a dit :

cc Sire , apr£s la profonde douleur que nous a causae la commu- « aication que V. M. a daign£ faire k la chambre , notre premiere « pens£e est d’admirer la Providence qui a permis au temps de « notfs r£v£ler les derniers sentimens de notre princesse. Pourquoi « fcut-il que la tombe seule soit inexorable et retienne k jamais