Page:TheatreLatin1.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


éhontée de la mère et la vertueuse résistance de la fille qui ne veut qu’un amant, est exprimé avec une grâce ingénieuse par ce mot de Philénie : Le berger qui a soin des brebis d'autrui en a une qu’il préfère et qui fait sa consolation.

misérable qu’eux, mais qui les bafouait en leur portant envie.

Rotrou, dont l'imitation mériterait d’être lue, a traduit ce passage avec beaucoup de verve :

Quelle estoillc nous luît, malhcurusux que nous sommes, Àll [l|’€ml€l` BCN , OH Pëmîlïqllê UDC Scèllü tour ü l0lll° Triste genre d’hnmnins nés pour manger lu hommes, Élûqllünîe et comique, quand le jeune Argyrîpc, chassé de :2}; Mult lâ luvmàc lllltetqingqi Lruqve un tous lieux! la maison de Philénic , parce qu’il n’a plus rien à donner ài Éênzîèër lfnfnxeîlnvëâc :⧒m;’cîîle°°° sa mère, accuse dîngmtilude et ue cupidité la vieille, qui ne se vnu- unpi-nuuu un baston sur le corps, ralpond à tous ces éclats de colère ct de désespoir amnu- un vï lçsâî pwpîaîairc denon; raux, avec un sang-froid et une naïveté cynique dont il Qlhsm [:;°:“[:p0m‘._ îxucmgjm en Nome; (l8III0lIl’€ COHl`0IlLlU· L6 tl’0lSlÈlIl6 acte est âïllmè DBT lülî Mais qui n’est patient jusquà ce dernier poinct tribulations d’Argyripe, réduit à supplier son esclave du ll“¢°llllllPll’° ¤lll’°lll· ¤`°‘l lll* lle lllsllcl llllllllll- servir ses amours. Il est fâcheux que des traits de boul’- ‘ b‘ · · ée; Ànafq ‘“;U;t ‘0’ ' ’l_ _’ l’ fonueric, des jeux de scène grossiers se mêlent à cette Oâîmzlèsplggelplusîvenâug des pa’:0E;ll°" lm "’ » situation naturelle et dramatique. On voit un esclave qui Ou ne donne à disnar qu’à celui qui lc i-md. montc sur les épaules dc son maitre, et le fait trotter Oll lle l¤ ·l¤¤¤¤ ¤¤$· °¤l¤ Pl’€*l°·°"l° "€llll· comme un cheval sur le tliéàtre; le coquin ose mème,cm- On trouve MISS; dans Plante des mms fmt piquant! 1»¤5à·?ï 5** lll°llœ‘”· llc ‘ °‘ll‘*"l 5°"’ll’ SES ‘”“°ll"S qll ll la contre la manie de philosopher, dedisculer, de subtiliser, mndihon d’nn outrage. Uentrevuo des deux amants est qui gémit introduite à Rome avec les Sopmsm., gœest lO\|(3lli`il’|t(‘; c‘est la (lili) Molière il tl’0\l\’é CC VCFS Cl.I0l`mî\l`ll: contre lvnsagg , ce nvest pas un dim} qui début: le pI,O_ Jusqn’nn chien du logis il (un snnnnt) s’c1f0rcc de plaire. lüâllë Q clcsl llll slllllllll lllollcl » llll llcœlll ell Cûsllîlmë de , . . . . . . prologue, c’est—à·dire en roble blanche, tenant une bran- ¤¤ ¤¤¤ ~=¤<·=· le vlelllûlll v<>·¤¤=··l ~>¤ ·¤l=1wl¤— llülw che .i·uiuu à u mm, demandant um et gm pour femme, avertie par un troisième soupiraut de Philëme, lqmcmt vient, comme madame Jourdnni, le surprendre au nulieu Ummé de temps mm pas rigoumuœmwt observée. il uulsoupcr golant: et Io fonce a-rentrer dans le devoir. Les œmmenmtems Om écru de longues et savames dîS_ lg l“l”“’llll°" ‘l "ll Plllflsllê "‘l***’}l*· el âllllolll llll l°"l" serlalions sur la durée possible des scènes, des entr’ncLe5, l""’l"" lle llellll €S¤l=l*<=*·$lls¤¤S1l*ëü¤¤€5S¤¤l* lllls f"‘l§`lS‘l° de Pintrîguc. Cette question , encore mal éclaircie, n’ûle le Silëü el de R*’€¤*ll’*l· l¤P¤¤<l<*lll l¤€¤¤°°‘ll> *l° SME dm rien ai1*mna».«a¢«m la gum , au-im mm mm si la nus pm- le l’l°°“·_ _ _ _ ,_ _ sant, élevé et pathétique. Lu caricature d’ErgasiIe est d’une On Vllll llllë C6 llllllëëll ll¤’l’lll» lllll’0 Jllsllllll lll ll“‘ll‘°°~ gaieté entrainnnte. Les autres rôles sont nobles et tou- • reuferuue une haute morahte, qu’:] offre une excellente cjmlm A la ml, la mwmmissanœ dïégion et de son ms lüëûll llllx Jlllllllls 8**5 llflllllls el llllllfls Pal les “°l"’llSllll°S· ev site une profonde émotion. On ignore à qucl auteurgrcc conuuie aux barlmusldebuuclxés qui (îO1Il[)l’Olll<?l.l(3lIl`lt?|ll` Plante A empmmé ce Sujet vieillesse et la dignile de peres de lunulle. iuohere il tout 3 Après Yiuiitation sonnent élégante de Rotrou , Rov, qui eetle comédie plusieurs emprunts, qu il a repnnilus dans Mm guère mmm aujûmdqmi que par les bons mais de blèaltogjèc, tions le Bourgeois gcntlllzoinvge et les `Fozu- voltaire, remit sur la scène fi-umpise, en HM, une plate eggs; Swpnj. (ln remarque llll tmll 6 |l|<L|l|‘¤ ll-llll’ cnplg (lg; Captffgy qui gut un succès de quelques jours. cllllglllux ll°‘m""lS ‘ ° est un "°"ll`¤l °n llflmc "’l“_ll“_e Nous résumcrous ces remarques par le jugement d’u11 des oorrrtisnrie et son aimant, par lequel BUG Sëllëllgël îlllîlle muillgurg Critiques de Plante , de M. Lemercier, quicon- qu u lui seul, a n aimer que lui pendant une d¤l18¢ •·llll•·ll?> seing aux disciples de |’:u·t d’éludier la comédie des Gap- moyennant uu prix convenu. tifs, pour apprendre comment on peut mêler la gaieté à LES CAP.UFS’ une intrigue noble et pathétique.

On lim un excellent précis d’An

  • clll’ll ll Tllle lllëllllî llllë et même du théâtre moderne : point de femme, partzint ll lllïoll lllsllllîé lAll‘"`6 ~ lîlllvlllll Cllcllcl l lllllëllllllll de la point d’amour, point de valet fripon, point de père im- °llll‘llle· lllllll ll ll lllll llll’llllll`llè llll_£ll*lllll mélllli C’0Sï bécile et dupe. Plainte, en prenant pour sujet la rl«îvouo· lllln flollllll-lle llc lllœlllüa lllllll lv lllzllllïllllll Clllîlûlèlë ESÈ ment <l’un esclave et le bonheur d’un peru qui relrouve llllcll avec lll’llllfl°ll_P lllilll et lle ‘*’él’llé· Tous llill lll?\S¤l|· son lils, a lhit moins une mmédie qu’un drame véritable , llëgëlî, lllllü lllë l|l¤lll€”l1lS, ¤0UC0l1I’t‘Ill il mettre en relief, tcl que les modernes se Ilattent de l’av0ir inventé. Il si ll l"ljll*l` le vlœ vl les lûllllllllllls lll? llflvülc llllCll0ll· . peint uu` lalslexm qui ne respire quo la vertu et la morale Rlcll (le Plus lllllllsîlllli de lllllî lllllmlî lille lü llgllllë J6 mpjm pmu Aussi, Gomme cc nlesj pas son habitude: WM; ce riche`, toujours pleurant misère, malheureux Iorsqu’i| soin de s’cn vanter dans le prologue et dans Fépilogue. ll°llll€> llllllllül l0l’$llll’ll lC90ll· l-0 lllllllll 9·¤ll0!l0€ Vlvü- Cette fable sérieuse ul touclumte est égayée pur les [ri- mlllll le _Sllllll·» _*ll· Pllllll·_ll’lllllll`ll lll lllllsllllllllâflê- ll S0?`S« bulations ot les lions mots Illllll parasite. On voituu por- “ mlwdllë C-llmmïlël dll l’•î"‘îl`¢ ll SUD €$€l¤V€ 3 9118 ¤h€1’· trail. achevé de ces l>oul’l`0us lhméliqucs soumis aux ava- ll Ch"’?" lll üllfc lllll Ullllû? lle fl}"! ? ll lllllllèlë ll’3 l‘¤¤S rues les plus humiliantes, aux plus dures épreuves. line re- lllëllllllll dû C°Pl°l` œllll Ellllœ Sl lllîllllcllll Cl Sl lll¤l¤¤· grotte son jcuuc patron que pour lo diner et le souper. Cello llllllë- _ bnssesse d‘àme a aussi l’nvanta,·;c de contraster avec les l-° Plllll Est l°"l $ll`llPl°· nobles sentiments des autres personnages. si la comédie Ellcllüll ll lflllwll llll ll’éS°l` lllllll llllclllë SfllSll€lll‘¢ll’l9¤L Ancienne emploie si souvent les parasites, c’es|. qu’ils llll lle ws lolslllsv vlfllllîlll llflllüi lllllls llllélllly llll llë- plaisaicnt singulièrement à l‘auditoire : ils llzutaîcut 1.1 mllllllë sa llllll lîll llllll’l¤B¢*·_lllll*ll0ll Sllllllllllll llllë 6’f¢$l $ll|`· vanilé de la noblesse, amusoicnl le peuple, peut-etre plus llllll Pa" °lll°’ll’ Pm"’ le ll¤$°l`» ¢l¤¤l ll il ell ‘#°llll¤l8SllllC€·