Page:TheatreLatin1.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


xx PLAN DES THEATRES ANTIQUES. ' La partie destinée au public était en forme d’hémicycle. Cest dans Pespaœ vide, entre le pulpitum et un cou- Cc demi-œrcln était couvert de gradins divisés cn divers trc-mur, que la rideau desœmlait durant la rcpréscntatmn. étages appelés prœcinctioncs, sur lesquels les spectateurs Dans les entr’nctcs, il cn sortait, et s’él¢:vait au moyen s’asseyaient suivant leur rang. Les places réservées aux de supports à coulisse que 1‘0n faisait monter par une simples citoyens étaient divisées par de légères lignes gra- corde attachée à un treuil. LE même procédé faisait mou- vées sur les gradins et numérotées, en sortc que chacun voir, sur des cordes tend um, les chars aériens et les divi- prenait cellc qui correspondait au numéro du dé, iessam, nités qui apparaissaient. Une trappe s’0uvralt pour les fu- qui lui avait été donné d’a.vance. Ce sont nos hillèts et nos rics et les ombres. Ces côtés de la scène destinés au jeu des stalles numérotées. Gomme ce gradin était ordinairement décorations sfappclaient periacti : ce sont nos coulisses. en pierre ou en marbre, on lc recouvrait de coussins en A Pcxtrémité du grand axe de ln scène étaient deux jonc, que les locarü (nos ouvrcuscs de loges) louaient aux grandes portes par où lc chœur entrait et sortait. spectateurs. La scène était ornée de colonnes et dc statues. 11 y Des passages, des œcalicm oouduîsaicnt aux gradins. avait trois portes; celle du milieu, appelée royale, les Les sections formées par cette distribution s’appelaient deux autres destinées aux étrangers. czmci (coins). On plaçait les toiles de fond dans le p0st·sceni·um, l’ar· Lcs gradins inférieurs étaient occupés par les cheva- rièrc-scène. lîcrs, la dernière galerie par les dames; les deux loges C'éIait là que les acteurs attendaient leur tour de pa- d’avant·scène, pratiquées au-dessus des entrées latérales raitrc. Cette partie servait auâsî aux scènes doubles. ne de I’0TCh8SÉl'B, étaient des places d’h0nncur réservées aux chaque côté du past-sœnium, il y avait des pièces desti- principaux magistrats. nées à servir dc vestiaire : c'étaicnt les loges des ac· L’<-zspacc vide qui restait entre la ligne droite dela scène teurs. et la ligne circulaire du dernier gradîn, s'appc1ait l'or- Les moyens dîllusion étaient pmportîonnés àlîl gran- cnestrc z c’était la plane des sénateurs. dem du théâtre. Les masques des acteurs étaient faits de Lesjoueurs de lyrc ct de flûte se tenaient aux extrémités manière à donner à la voix plus de force et d’étenduc: ils du pulpitum, mur qui soutenait la scène. étaient accommodés à chaque situation dc la pîècc. Les ac- Le sol de la scène était cn huis. I1 y avait cn dessous un teurs, dressés sur de hautes chaussures, pouvaient être fa- espace ménagé pour le jeu des machines et celui de la cîlement vus par cet immense auditoire. Quel caractère toile. Les décorations consistaîcnt en chassis, sur lesquels de grandeur et de majesté tout cet appareil surnaturel nn étaient peintes trois scènes diftërentes : la scène tragique, devuîbil pas donner aux représentations dramatiques? la scène comique, ct la scène champêtre. A. F. -