Page:TheatreLatin1.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


AMPIHTRYON, ACTE Il, SCÈNE ll. IQ dit Alcmène, il semble qu’clle veuille nous faire de- Sos. Haie! voilà un fâcheux souper. venir fous. Ampli., à.$'osi0. Laisse—la dire jusqu’au bout. (A Alcm. De qui puis-je avoir reçu cette coupe, si ce Alcmène. ) Et après que nous cûmes soupe? n‘est de vous-même? Alcm. Vous disiez que vous aviez envie de dor- Amph. C’est ce qu`il faut éclaircir. mir; on ôta la table; et nous allames nous coucher. Sos. Jupiter!... 0 grand Jupiter! Ampli. Où avez-vous couché, s’il vous plaît? Ampli,. Qu’as-tu? Alcm. Dans la même chambre, à vos côtés , dans Sos. Point de coupe dans le coffret. le même lit que vous. Amph. Qu’entcnds-je? Ampli. Vous m’a·1ez assassiné. Sos. La vérité. Sos. Qu’est-ce? Qu’avez-vous? Ampli. Malheur à toi, si la coupe ne se retrouve! Ampli. Elle vient de me donner le coup mortel. Alcm,. La voila retrouvée. Alcm. Qu’est-ce donc, mon cher amour? Ampli,. Qui donc vous l'a donnée? /imp/z. Ne me donnez pas ce nom. Alcm. Celui qui m`interroge. Sos. De grace, qu’avez-vous? Sus., à Amphitryon. Vous me tendez un piege, Ampli. Misérable! Je suis mort! On a porte je le vois. Vous aurez quitté le vaisseau , vous serez atteinte à sa pudeur, en mon absence. venu ici avant moi, en cachette, par un autre che- Alcm. Pouvez-vous, mon cher mari, me tenir un min; vous aurez retiré la coupe, et l'aurez donnée pareil langage? · à votre femme; et ensuite vous aurez remis votre Ampli. Votre mari ¤ l Je ne le suis plus. Ne m’:¤p- sceau sur le coffret , pour me surprendre. pelez plus de ce nom. Ampla. Eh! hon dieu! tu veux donc prendre son Sos. S’iI n’est plus homme, il faut donc qu’il soit parti, et la confirmer dans sa folie? — Vous dites devenu femme. quenpus sommes arrivés hier ici? Alcm. Qu’ai-je donc fait, pour entendre de si Alcm. Sans doute,je le dis; et à votre arrivée cruels reproches? vous m’avcz saluée ; je vous ai rendu votre Salut, et Ampli. Vous avouez sans rougir ce que vous je vous donnai un baiser. avez fait, et vous me demandez quel est votre Ampli. Voilà un baiser, pour début, qui ne me crime? plait point du tout. Continuez; je vous écoute. Alcm. Quelle faute ai-je commise , en couchant Alcm. Vous avez pris un bain. avec vous, moi qui suis votre femme? · Ampli. Ensuite? Amph. Vous avez couché avec moi? Peut-on Alcm. Vous vous mîtes à table. mentir avec plus d’impudl-nce! Si vous avez 1·enon· Sos. Cela va fort bien; poussez Penquête. cé à la pudeur, 1'eignez du moins d’en avoir encore. Ampli,. (à Alcméne.) Ne nfintcrromps pas, à .S`o· Alcm. Le crime que vous nie reprochez n’est pas sic. Continuez votre récit. fait pour une femme de ma race. Vous avez beau Alcm. On servit le souper; vous soupâtcs avec m’en accuser, vous ne le prouverez jamais. moiçje me placai à vos côtés. Amp/L. 0 dieux immortels! Mais toi , du moins, Ampli. Sur lc même lit? Sosie, me connais-tu? Alcm. Sur le même. Sos. A pou près. Nuno sl pateram putcra peperit; omnes congmninavimus. Ampli. Sine modo argumcnta dioat. Quid, postquam coma- Amph. Certunfst aperire, atquc inspiccrc. Sos. Vide sis signi viinus? quid siet : Alcm. Te dormitare aiebas : mama ahlalrrsl, cubilum him: Ne poslerius in me culpam confcras. Sos. Aperi modo : ahiimus. Nam hzec quidem nos deliranteis [accro diclis postulat. Ampli. Uni tu cubuisti? Atom. In codem lee lo tecum una in Alcm. Unde lune`: igitur est, nisi ahs te, qua; mihi douo da- cubiculo. ta'st? Amph. Pcrdidisli! Sos. Quid tihi'st? Ampli. Hare me modo Ampli. Opus mi œt istuc exquisito. Sos. Juppilcr, prou Jup— ad mortem dcdit. pitcrl Alvm. Quid jam, nmabo? Ampli. Ne me ad pclla. Sos. Quid Ampli. Quid tihi‘st? Sos. Heic patcra nulla ln sci|ula’st. tibïsl! Ampli. Peril miser! Amph. Quid ego audio? Qnia pudicitiœ hujus vitium me haie absente ’st additum. Sos. Id quod verum'st. Ampli. At cum cruclutu jam, ni ad- Alcm. Ohsecro, ecastor, cur isluc, mi vir, et le audio? paret, tuo. Ampli. Vir ego tuus sim? ne ma adpella [alsa falso nomine. Alt-. Hœc quidem ad pare!. Amp):. Quis igilur tibi dedil? Alc. Sos. Hazret haeo res: siquidem haac jam mulier facln’st ex vim. Qui me rogat. Alcm. Quid ego fcci , qua istmc proptcr dicta dicantur mihi 1* Sos. Me capias , quia tute ah navi clanculnm hun alia via Amplt. Tnie edlctas facts tua, ex me quœris quid «'leliqu<~i·i:·? Prœcurristi : atque hinc paterain tule excmisti, ntqnc com Alcm. Quid ego tibi deliqui, si, cui nupta sum , tecum lui? Huic dedistl, posthac rursus obsignastl clanculum. Amph. Tu n’ mecum fueris? quid illac impudenle audacius? Ampli. Hei mihi! jam tu quoque hujus adju vas insaniam. Sallem ture, si pudorts egeas, snmas mutuum. Ain’heri nos advenisse huc? Alcm. Aiol adveniensque illico Alcm. Istue lacinus, quod tu insimulas, nostro gcucri non Me salutavisti, et ego te, et osculum tetuli tibi. decet. Ampli. Iain illud non placet principium de oscuio : pcrgam Tu si me impudicilize sapins, non potes cap:-ro. exsequi. Ampli. Pmh di inmorlalesl cogooseirflu nie saltcm, Sosia? Alcm. Lavisti. Ampli,. Quid, postquam iavi? Alvm. Adcu- Sos. Prop:-modum. Ampli. Cœnaviir ego hcri in nuvi lu huisti. Sos. Huge! oplime. portu Pcrsico? Nuno exquire. Amph. Ne interpelle. Perge porm diccre. Alc. Mihi quoque ndsunl. lcâics , qui illud , quod ego dicam, · Almn. Cœua ailpositïst zcœnavisli mecum zegoxulouhui simul. adseulianl. Ampli. ln cudcui lecto? Alcm. In codcm· Sos. Hui E non placcl Cûllvivlum. ‘ Jeu de mots sur 1;ir,hommc ct marl. 2.