Page:TheatreLatin1.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


34 PLAUTE. ver nulle part; il n’était pas au vaisscauje n`ai ren- d€l’État?Qu’as-tu à me regarder, iinbéciln 9 QMS;. contre ni chez lui, n1 dans la ville, personne qui ce que tu veux? et qui es-tu? ait pu m’en donner des nouvelles. J'ai visité toutes glmoh. Marnud! tu me demandes encore qui je les places publlqu0S , _l€S gym!lZ\S8S, les b0\ICl(]U08 SUIS, ÈOI dûllt les épaules ont plI.IS]‘6çu de mes mups dag parfumeurs , le grand et le petit marche; je que _|’Achêr0n n’a reçu d’âmes. Va, jeu; les énhanr. suis allé à la polcstre, au tribunal, chez les chirur- ferai encore aujourdhui pour tes impertiucncœ. giens, chezles barb1ers,dans tous les temples ....... Jllerc. Il faut que tu aies été, autrefois, bien Point de Naucratès;‘ je suis hors d`ha|eine. A pré- prodigue dans ta jeunesse. sent, je vais rentrer chez moi, et continuer mon Amp/t. Pourquoi cela? enquête auprès de ma femme; il faut eniin que je Marc. Puisque dans ta vieillesse tu cs réduit à sache d’elle qui est l’infân1e auquel elle s’est aban- mendier même des coups. donnée. .l`aime1·ais mieux mourir que de ne pas ’ Anzpa. Ces bons mots te coûteront cher aujour- éclaircircettc affaire .... Mais ils ont fermé la porte! d hui , vil esclave. Allons! fort bien !... ils se conduisent en cela comme Marc. Je veux t‘h0n0rer par un sacrifice. dans tout le reste. Je vais frapper... Hola, quel- Amph. Comment l’eutends-tu? qu’unJ holà! .... Eh bien! N‘y a·t-il personne qui Mer:. Je vais Uenvoyer d`ici une offrande *. vienne m’ouvrir? Amph. Tu me sacriiierais , toi, bourreau! Si · les dieux me conservent seul nt ` 1" ' SCENE H- * eme: Jusqr a ce soir, tu seras assomme sous les coups de Iamercs de cuir MERCURE AM,,mTm,0X· de bœuf, comme une victime de Saturne; tu seras I _ _ ` v mis en croix, et tu eprouveras tous les supplices. N90-. dans fl Yfl¤1·Y07|»· QUI est lu- Sors un peu pour volr, infâme drôle! Amp]:. C est root. ’ Marc. Crois-tu mc faire peut avec tes menaces, Jlkî`0- Quiz lî0| vreux masque, vieux fantôme! Si tu ne t’enfuis sur- Amplt. 0ui,m'or. _ t · le-champ, si tu frappes encore une fois, si jet’en· Mczzc. Que grplter et tous lfS d1€¤X tü pu¤1SS€¤!, tends seulement gratter à la porte , je tlaplatirai pour t appren re a brnscr amsn notre porte. si bien E1 tete avec cette tuile, que tu en cracheras Amp}:. Que veux-tu dire? la langue et les dents. Mere. Qui s fassent fondre sur to un deluge de Amplo. Gibier de potence, tu me defendras maux. • 3 l’entrée de ma maison! Tu crois m’empêcher de _4mph. Sosie. ` _ _ _ frapper à ma porte! .l’y fropperai si bien, que je Mere,. Eh! sang doute; je SUIS SOSlC· Cl‘0IS·lZ\1 Farracherai avec ses gonds. queje l aie oub lc. Que Veux tu? Mere. Ah l tu continues. gmph. Comment! scclcrat , tll mo demandes Amph. Oui, je continue. ce que je veuf? _ _ Mere. Eh bien! tiens. (Il Iuijetle une tuile.) . I _ . , . . . . . . Marc. 'Eh. oui, gc te e demande. Tu as man Amp/z. Scelcrat! sur ton ma:tre?S1]e te saisis, je que de fulrô 5¤11î€1' les goods de la porto, animal. te ferai subir un châtiment dont tu te souviendras Crois-tu qu’0n nous en fournisse dautres aux frais toute ta vie. Nequlîdqîîîj, neque ln orbe invenio qoemquam, qui illum Lelïmeqo, etlem qui: ego sim me rogllas, ulmorum I . N&¤;gp·u1&i§plü[BHS])€[I8pÉ&Vl gymnasia et myropolia: uem ol, ¤ hodi h ' th dlcta l' .i. f t ~ Apud emporium,otqueîn mncûllo. in Pülœülfâ Alquein foro: Q gri: abo e 0 B œc ac un Ewen nm na S, mndinlnis, in tonstrinîs, nplld 0¤¤u€îS îlëdvîë SuC!·t\5· Mere. Prodignm te fuisse oportcl olim in udulucentia. um defessus quühtüudû · ¤¤€€l¤¤\'¤ 1¤V€¤10 Nmlûfüüëm- Ampli. Quidumf Mere. Quia senecta œtnle ame mcudicas Nnnn domumîbo, atque ex uxore banc rem pergam exquirere, n·nnnm_ Qulg [num, qulem propter corpus suum slupri oonplcveril. Amp};. Cum cruclatu inn isthaxz hodie, verna verba fun- Nam mc, quam illam qumslionqm inquisilnm bodie amittere, dites. ' Mortuum saliwst : sed aedcis 0 cluserunt: eueepaal Mcrc. Sa l` A It. "I Ill ' i pmm noelit, otqne ut_¤1ia facla sont : ferinrîa forets. maeglnlgrîgn. I mp om Em Oum mm ta Aperitc hoc aheus,ecqmsheicest?ec14i1isl1ocapertt osllum? Ampli. un Tun’n1e maclcs, carnufcx, nisi formnm dü hodle « menm permluint SGEN-à SECUNDA- si Faxo ut bulnulis coriis onuslns sis , Sntumi hostie, . I I « Ita egovte cerio cruce et cruciatu mactaboz exi foras . M|¤¥CUmUS• AMPH TRUO « Mnsugln. 1|1er¢,« Larvn umbralllls, tu me mineis lerritns? Marc. Qui; nd forets est? Ampli. Ego sum, Mem Quid, egg ¤ Nlbl Inno acluluiniugius, si dcuuo pultavcris, sum? Amp}:. Ita loquor., Mm. Tibi Jupiler « Si minuscule digito increpuerinl foreis, hac tegula ` Dlque omneis irati cette sont, qui sic franges foreîs. » « Tuum deminuam capot. ut com nlentlbus lingruauziexscrœs. Anrph. Quomod0?Mc1‘c. En modo , ut prolecm vives relntem Amph· n Tim`, furcifemnels me proco! prnlnilwssis zedilruw miser. n Tun’, mens pulsare lorels ?hasce1llic0tol0 demoliar carrline. Ampli. Sosla. Men:. Itn sum Sosie, nisi me esse oblitum ori- Marc. rn Pergin"? Ampli. « Pergo. Mere. « Adcipo. Annul. stumas. u Scelcste , in lwrum ? si tc liutlie utlprelicndero, Quid nunc vis? Amp}';. Scclesle, at eliam quid velim, ld tu ~~ Ad id rvdigum miseriarum , ut sempcr sis miser. mv rogas? Marc. •¤ Bacehanal te exercuisse oportuit, senex. Marc. Ita rogo zpene eclregisti, fatuc, foribus contines. An forets censebas nobis publicitus prœberier? I Cc qui mu mm., la s ènc C L E mé Il n A Nm H Quid mo ndspectns, Blûlillû? quid DUDC VIS Ubi ? HU! qülê lu CS I 41 Jrrpltcrg west point de I'lî;ll€, smvnrbtrqiielqhcîzîltiqudsîelèzïsÈ " , homo? mais cette opinion nc,.paral| pnstunnlee. A. F.