Page:Verne - Le Pays des fourrures.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
4
LE PAYS DES FOURRURES.

Il convient d’ajouter ici que le personnel de la Compagnie n’avait pas fourni seul son contingent à la fête. Les forts du voisinage, — et dans ces contrées lointaines on voisine à cent milles de distance, — avaient accepté l’invitation du capitaine Craventy. Bon nombre d’employés ou de facteurs étaient venus du Fort-Providence ou du Fort-Résolution, appartenant à la circonscription du lac de l’Esclave, et même du Fort-Chipewan et du Fort-Liard situés plus au sud. C’était un divertissement rare, une distraction inattendue, que devaient rechercher avec empressement ces reclus, ces exilés, à demi perdus dans la solitude des régions hyperboréennes.

Enfin, quelques chefs indiens n’avaient point décliné l’invitation qui leur fut faite. Ces indigènes, en rapports constants avec les factoreries, fournissaient en grande partie et par voie d’échange les fourrures dont la Compagnie faisait le trafic. C’étaient généralement des Indiens Chipeways, hommes vigoureux, admirablement constitués, vêtus de casaques de peaux et de manteaux de fourrures du plus grand effet. Leur face, moitié rouge, moitié noire, présentait ce masque spécial que la « couleur locale » impose en Europe aux diables des féeries. Sur leur tête se dressaient des bouquets de plumes d’aigle déployés comme l’éventail d’une señora et qui tremblaient à chaque mouvement de leur chevelure noire. Ces chefs, au nombre d’une douzaine, n’avaient point amené leurs femmes, malheureuses « squaws » qui ne s’élèvent guère au-dessus de la condition d’esclaves.

Tel était le personnel de cette soirée, auquel le capitaine faisait les honneurs du Fort-Reliance. On ne dansait pas, faute d’orchestre ; mais le buffet remplaçait avantageusement les gagistes des bals européens. Sur la table s’élevait un pudding pyramidal que Mrs. Joliffe avait confectionné de sa main ; c’était un énorme cône tronqué, composé de farine, de graisse de rennes et de bœuf musqué, auquel manquaient peut-être les œufs, le lait, le citron recommandés par les traités de cuisine, mais qui rachetait ce défaut par ses proportions gigantesques. Mrs. Joliffe ne cessait de le débiter en tranches, et cependant l’énorme masse résistait toujours. Sur la table figuraient aussi des piles de sandwiches, dans lesquelles le biscuit de mer remplaçait les fines tartines de pain anglais ; entre deux tranches de biscuit qui, malgré leur dureté, ne résistaient pas aux dents des Chipeways, Mrs. Joliffe avait ingénieusement glissé de minces lanières de « corn-beef, » sorte de bœuf salé, qui tenait la place du jambon d’York et de la galantine truffée des buffets de l’ancien continent. Quant aux rafraîchissements, le whisky et le gin, ils circulaient dans de petits verres d’étain, sans parler d’un punch gigantesque qui devait clore cette fête, dont les Indiens parleront longtemps dans leurs wigwams.

Aussi que de compliments les époux Joliffe reçurent pendant cette soi-