Page:Victor Brochard - Les Sceptiques grecs.djvu/156

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Dieux nous signifient leurs intentions? Mais pourquoi leurs avis sont-ils si peu clairs que nous ayons besoin d’interprètes pour les comprendre ? Et pourquoi nous annoncer des périls que nous ne pouvons éviter? Un simple honnête homme n’agirait pas de la sorte , il n’annoncerait pas à ses amis des calamités inévitables; un médecin n’avertit pas les malades dont il prévoit la mort certaine. Il faut , si les Dieux veulent que nous soyons avertis, qu’ils s’expliquent clairement, ou s’ils veulent nous laisser dans l’ignorance, qu’ils nous y laissent tout à fait, et ne nous troublent pas par d’obscurs avertissements.

Tous ces prétendus prodiges ne sont dus qu’au hasard. Dans les carrières de Chio ^^\ on a trouvé , en fendant un rocher, la tête d’un Panisque. Dans tout bloc de marbre , il y a des têtes dignes de Praxitèle. L’artiste fait-il ses chefs-d œuvre autrement qu’en enlevant certaines parties du marbre ? Le hasard en peut faire autant. C’est une fiction, soit. Ne voyons-nous pas souvent dans les nuages des têtes de lion, ou des hippocentaures?

Disons mieux, il n’y a pas de hasard : tout a une cause ^^K Nous pouvons, en bien des cas, ignorer la cause; elle existe cependant , Chrysippe est le premier à en convenir. On a vu des mules fécondes, je le crois. Si elles ont existé, c’est que cela était possible : il y avait une raison. Il n’est rien, dit-on, que les Dieux ne puissent faire (’^). Qu’il leur plaise de faire des sages ! Il y en a moins que de mules fécondes.

Reste la divination naturelle. S’il y a des Dieux, dit Chrysippe ^^^ et qu’ils n’annoncent pas aux hommes l’avenir, ou bien ils n’aiment pas les hommes, ou bien ils ignorent eux-mêmes l’avenir, ou ils croient que nous n’avons pas d’intérêt à le con- naître, ou ils trouvent indigne d’eux de nous le faire savoir, ou ils n*ont pas le moyen de nous avertir; tout cela est impos- sible; donc il est impossible qu’il y ait des Dieux et qu’ils ne

(*) Dediv.,],xuu^S; il, m, â8.

^^ IITIII, 6i.

î») xLi, 86.

^*^ XLIX, 101.

�� �