Page:Victor Brochard - Les Sceptiques grecs.djvu/157

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


nous avertissent pas. Or il y a des Dieux, donc ils nous avertissent.

Admirable raisonnement ! Mais conmie il prend pour accordées une fouie de choses dont on dispute ! « S’U y ade$ Dieux, Us sont bienveiUania aux hommes. r> Qui vous accorde cela ? Est-ce Épicure ? « Ils n'ignorent rien. r> Beaucoup de grands hommes l’ont contesté. « // tums importe de connaitre l’avenir. v De bons esprits n’en conviennent pas. « // n est pas indigne ieux de noue le faire connaitre. v Sans doute ils visitent la maison de chacun pour savoir ce qui lui est utile! ^Or il y a des DîeiM?. 9 Tout le monde en convient donc ?

Chrysippe a rempli tout un volume ^^^ de récits d’oracles et de songes. Mais dans ces prédictions, que d’équivoques! Quand l’oracle avertit Grésus qu’en passant le fleuve Halys, il renver* serait un grand empire, il était bien sûr de ne pas se tromper: l’empire de Grésus serait renversé , à moins que ce ne fût celui de son ennemi. Quelques prédictions se sont vérifiées : c’est un hasard. N’a-t-on pas ouï dire qu’elles n’étaient pas toujours désintéressées? Démosthènes n’accusait-il pas la Pythie de philippiser ? Et pourquoi les oracles sont -ils devenus moins fréquents ? Pourquoi la Pythie est-elle à peu près muette ? Le temps aurait-il affaibli ces exhalaisons de la terre qui inspiraient la Pythie ? G’est donc comme le vin et les salaisons qui se gâtent avec les années. Mais quelle est cette force divine que le temps peut affaiblir ? Car c’est vraiment une force divine, si jamais il y en eut, qui donne la prévision de l’avenir, et permet à ses interprètes de parler en vers. Et quand s’est-elle évanouie ? Est-ce depuis que les hommes sont devenus moins crédules ? Les oracles s’en vont; la fortune n’est plus fortunée qu’à Préneste ^^l

C’est surtout par les rêves que les Dieux interviennent dans les affaires humaines. Mais pourquoi y a-t-il tant de rêves trompeurs ^^ ? Est-il digne des Dieux d’égarer de faibles

1 LTI, ll5.

2 m, 87.

3 Lxii, 137.