Page:Vidocq - Mémoires - Tome 2.djvu/270

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XXII.


On me propose de m’évader. — Nouvelle démarche auprès de M. Henry. — Mon pacte avec la police. — Découvertes importantes. — Coco-Lacour. — Une bande de voleurs. — Les inspecteurs sous clef. — La marchande d’asticots et les assassins. — Une fausse évasion.


Je commençais à me dégoûter des évasions et de l’espèce de liberté qu’elles procurent : je ne me souciais pas de retourner au bagne ; mais, à tout prendre, je préférais encore le séjour de Toulon à celui de Paris, s’il m’eût fallu continuer de recevoir la loi d’êtres semblables aux Chevalier, aux Blondy, aux Duluc, aux Saint-Germain. J’étais dans ces dispositions, au milieu de bon nombre de ces piliers de galères, que je n’avais que trop bien eu l’occasion de connaître, lorsque plusieurs d’entre eux me proposèrent de les aider à