Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

108 AXEL

vers le quart-sud-ouest ; on suivrait des chemins intraversés, — le comte d’Auërsperg en tête du détachement, le comte de Thungern au centre, le prince de Muthwild à l’arrière-garde, — et, par un large circuit, l’on atteindrait la cité forte connue, seulement, des trois chefs de l’expédition.

Le soir même de cette décision, les quatre cents précieux barils de fer, sous l’étiquette collective d’engins, de munitions de guerre et de lourds projectiles, furent hissés, chargés, puis assujettis de chaînes et de cordages, sur les quatre-vingts prolonges, ceci dans la cour principale de la Banque. — Désertée, sur ordre supérieur, de tous les employés du service, elle était cernée, durant cette opération, par les escadrons d’escorte, et ceux-ci défilèrent devant le porche, recevant deux attelages par gros de cinquante cavaliers.

Sur le minuit, l’on quitta la ville aux réverbères éteints et tenue dans une complète obscurité.

— Vers quelle citadelle, convenue entre les trois commandants et les régents du Trésor, dut-on d’abord se porter ?… Sans doute, ceci fut révélé en hauts lieux, plus tard. — Toujours est-il que, sur des avis réitérés d’éclaireurs, après deux jours de marche vers le sud-ouest le plus central, le comte d’Auërsperg, ayant lieu de redouter peut-être quelque survenue étrange au-devant