Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/127

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LE MONDE TRAGIQUE 115

seulement, que l’ennemi ne captura que des prolonges, recouvertes encore, mais vides ! — que le comte Ghérard d’Auërsperg, avant d’entrer en Forêt, avait expédié à destination de combats, vers les frontières des principautés du centre, le reste de ses deux mille hommes, auxquels il n’avait plus que faire de se rallier, — au contraire ! — De là, ce peu de cavaliers autour de lui durant l’événement mortel qui arriva… juste deux jours après les faits que j’ai reconstruits tout à l’heure.

LE COMMANDEUR après un instant

Sur quoi te fondes-tu pour les supposer ?

HERR ZACHARIAS, baissant la voix

La surveille de ce même jour où il devait être tué, le comte d’Auërsperg est venu ici, au château, vers minuit.

LE COMMANDEUR, très pâle, se levant brusquement

Tu en es sûr ?

HERR ZACHARIAS, avec tranquillité

Je me trouvais en veillée dans la salle basse du donjon, lorsque, d’abord, j’entendis le galop de son cheval qui franchissait la grande poterne, —