Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

114 AXEL

LE COMMANDEUR

L’ennemi, ne pouvant ainsi les faire prisonniers, ouvrit sur eux un brusque feu, continu et meurtrier, qui, sans laisser même un vivant, paraît-il, les extermina en moins d’un quart d’heure. Le comte d’Auërsperg fut trouvé frappé de plusieurs balles à la tête et à la poitrine ; et ce fut à peu près le sort de ses deux seconds. — En présence de cette plus qu’équivoque fatalité, je ne puis que convenir, avec tous, que cette incidence de guerre, jointe à la ruineuse capture ou à l’inconcevable disparition des colossales richesses… égarées… sera toujours l’une des plus extraordinaires énigmes de l’Histoire.

HERR ZACHARIAS

Monseigneur, il est avéré, pour moi, qu’une perfidie préméditée, qu’une traîtrise, d’une explosion tardive pour les Grands qui la conçurent, fut cachée sous l’apparente « fatalité » de cet assassinat militaire. — Ah ! que de fois je me suis senti sur leurs traces, au cours de l’enquête profonde que j’ai si patiemment élaborée ! .. A quoi bon même, vous révéler que le livre des souches, contrôle des reçus délivrés aux noms des dépositaires, a été détruit, brûlé ! j’en ai la preuve ! — Sachez,