Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/90

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

78 AXEL

HARTWIG

Et l’on entend d’ici le craquement des branches. Quelle averse ! Heureusement, les canons sont à couvert et bien huilés, entre les créneaux.

MIKLAUS

Comme les rafales fouettent nos vieilles croisées ! Cela redouble. On n’aura pas de lune cette nuit. Maudit temps ! Pas de doute que le commandeur ne puisse se décider à repartir aujourd’hui.

GOTTHOLD, inquiet

Les flots de pluie traversent la feuillée. — Et monseigneur qui n’est pas rentré de la chasse ! — Pourvu qu’il ait pris son justaucorps de cuir !

Une vaste lueur, d’un bleu violet, sillonne les ombres de la salle.

MIKLAUS

Ah ! le coup va sonner !

GOTTHOLD

Un triste et hideux éclair, c’est vrai.

MIKLAUS

J’ai cru voir un regard de l’Enfer !