Page:Vivien - Évocations, 1903.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHANSON NORVÉGIENNE



récit

Le soir a déchaîné des sanglots de victimes.
Le fuyant crépuscule a la couleur du sang.
Le Vent du Nord s’enfuit vers le large…


chœur

Le Vent du Nord s’enfuit vers le large… Ô passant,
Ne suis pas le chemin qui longe les abîmes.