Page:Von Moltke - La Guerre de 1870.djvu/113

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


BATAILLE DI;} BlsAUMONT. 10È Pendant que le 5° corps français luttait encore à Beau- mont et que les autres franchissaient la Meuse, le mare- chal de Mac-Mahon avait donné l’ordre de concentrer l’armee ai Sedan. Il n’avait pas l’intention d’y livrer une bataille, il voulait simplement accorder à ses troupes un court repos et les pourvoir de vivres et de munitions, les deux choses étant également indispensables. Puis il com- mencerait sa retraite par Mézières ou le général Vinoy arrivait à ce moment même avec le 13° corps nouvelle- ment formé. Le 1°' corps avait atteint Carignan dans le courant de l’apres-midi déjà ; vers le soir, deux de ses divi- sions prirent position à Douzy aün d’arrêter les Allemands s’i1s essayaient de serrer de près l’armée francaise. Quoique la Meuse empèchàt absolument les vainqueurs ‘ de Beaumont de poursuivre les Français, immédiatement après le bataille, la retraite de ceux-ci se changeabien vite en débandade. Les troupes étaient absolument exténuées par les efforts qu’e]les avaient du faire de jour et de nuit, sous une pluie battante, et par le manque de vivres.Des marches et contre-marches qui leur paraissaient inexpli- cables avaient ébranlé leur conlîance dans les hommes placés à leur tête et l'issue malheureuse d’une série d’en— gagements faisait qu’elles doutaient d’elles—mêmes. Des milliers de 1`uyards, demandant du pain à grands cris, se pressaient sur les chemins défoncés par les charrois, afin d’atteindre la petite place de guerre qui se trouvait ètre, d’une manière si inopinée, le point de rassemblement d’une grande armée. ‘ L’empereur Napoléon, venant de Carignan, arriva à _ Sedan fort tard dans la soirée, puis, dans la nuit du 30 au 31 aout, le 7° corps atteignit Floing et, dans la matinée seulement du 31, le 12* arrivait à Bazeilles.Le 5** corps, pro-