Page:Wilde - Le Crime de Lord Arthur Savile, trad. Savine, 1905.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


trop froide pour la porter en Angleterre… Ah ! voici M. Podgers. Eh bien ! monsieur Podgers, je voudrais que vous lisiez dans la main de la duchesse de Paisley…. Duchesse, voulez vous enlever votre gant… non pas celui de la main gauche… l’autre…

— Ma chère Gladys, vraiment je ne crois pas que ceci soit tout à fait convenable, dit la duchesse en déboutonnant comme à regret un gant de peau assez sale.

— Jamais rien de ce qui intéresse ne l’est, dit lady Windermere : on a fait le monde ainsi[1]. Mais il faut que je vous présente, duchesse. Voici M. Podgers, mon chiromancien favori ; monsieur Podgers, la duchesse de Paisley…. et si vous dites qu’elle a un mont de la lune plus développé que le mien, je ne croirais plus en vous désormais.

— Je suis sûre, Gladys, qu’il n’y a rien de ce genre dans ma main, dit la duchesse d’un ton grave.

— Votre Grâce est tout à fait dans le vrai,

  1. En français dans le texte.