Page:Wilde - Le Crime de Lord Arthur Savile, trad. Savine, 1905.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


répliqua M. Podgers en jetant un coup d’œil sur la petite main grassouillette aux doigts courts et carrés. La montagne de la lune n’est pas développée. Cependant la ligne de la vie est excellente. Veuillez avoir l’obligeance de laisser fléchir le poignet… je vous remercie… trois lignes distinctes sur la rascette[1]… vous vivrez jusqu’à un âge avancé, duchesse, et vous serez extrêmement heureuse… Ambition très modérée, ligne de l’intelligence sans exagération, ligne du coeur…

— Là-dessus soyez discret, monsieur Podgers, cria lady Windermere.

— Rien ne me serait plus agréable, répondit M. Podgers en s’inclinant, si la duchesse y avait donné lieu, mais j’ai le regret de dire que je vois une grande constance d’affection combinée avec un sentiment très fort du devoir.

— Veuillez continuer, monsieur Podgers, dit la duchesse dont le regard marquait la satisfaction.

  1. En français dans le texte.