50%.png

« On doit le temps ainsi prendre qu’il vient »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Froissart - Deuxième moitié du XIVe siècle

« On doit le temps ainsi prendre qu’il vient »


Version originale (moyen français)


On doit le temps ensi prendre qu’il vient,
Toutdis ne poet durer une fortune.

Un temps se piert et puis l’autre revient.
On doit le temps ensi prendre qu’il vient.

Je me conforte a che qu’il me souvient
Que tous les mois avons nouvelle lune.

On doit le temps ensi prendre qu’il vient,
Toutdis ne poet durer une fortune.

Adaptation (français moderne)


On doit le temps ainsi prendre qu’il vient,
Toudis ne peut durer une fortune.
 
Un temps se part, et puis l’autre revient.
On doit le temps ainsi prendre qu’il vient.
 
Je me conforte à ce qu’il me souvient
Que tous les mois avons nouvelle lune.

On doit le temps ainsi prendre qu’il vient,
Toudis ne peut durer une fortune.