À David d’Angers. Sur une statue d’enfant

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

À David d’Angers. Sur une statue d’enfant
Poésies de Sainte-Beuve Michel Lévy frères (p. 214-215).

À DAVID


Statuaire


(sur une statue d’enfant)


Divini opus Alcimedontis.
Virgile.


L’enfant ayant aperçu
            (À l’insu
De sa mère, à peine absente)
Pendant au premier rameau
            De l’ormeau
Une grappe mûrissante ;

L’enfant, à trois ans venu,
            Fort et nu,
Qui jouait sur la belle herbe,
N’a pu, sans vite en vouloir,
            N’a pu voir
Briller le raisin superbe.

Il a couru ! ses dix doigts
            À la fois,
Comme autour d’une corbeille,
Tirent la grappe qui rit
            Dans son fruit.
Buvez, buvez, jeune abeille !

La grappe est un peu trop haut ;
            Donc il faut
Que l’enfant hausse sa lèvre.

Sa lèvre au fruit déjà prend,
            Il s’y pend,
Il y pend comme la chèvre.

Oh ! comme il pousse en dehors
            Tout son corps,
Petit ventre de Silène,
Reins cambrés, plus fléchissants
            En leur sens
Que la vigne qu’il ramène.

À deux mains le grain foulé
            A coulé ;
Douce liqueur étrangère !
Tel, plus jeune, il embrassait
            Et pressait
La mamelle de sa mère.

Âge heureux et sans soupçon !
            Au gazon
Que vois-je ? un serpent se glisse,
Le même serpent qu’on dit
            Qui mordit,
Proche d’Orphée, Eurydice.

Pauvre enfant ! son pied levé
            L’a sauvé ;
Rien ne l’avertit encore. —
C’est la vie avec son dard
            Tôt ou tard !
C’est l’avenir ! qu’il l’ignore[1] !

  1. Dans la première forme de la statue de David il y avait un serpent qui était prêt à mordre le pied de l’enfant : je crois que l’artiste a fait disparaître depuis cet accessoire trop philosophique.