éléments Wikidata

Livre:Sainte-Beuve - Poésies 1863.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sainte-Beuve - Poésies 1863.djvu
TitrePoésies de Sainte-Beuve Voir et modifier les données sur Wikidata
AuteurCharles Augustin Sainte-Beuve Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionMichel Lévy frères
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1863
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série

Pages

- - - - - - np np np np 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 - - np np np np 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 np - - -



Avertissement 1

VIE, POÉSIES ET PENSÉES DE JOSEPH DELORME

Vie de Joseph Delorme 5
Poésies.Premier Amour 27
À la Rime 29
Au Loisir 33
Sonnet. Quand l’avenir pour moi 35
Sonnet. Pauvre enfant, qu’as-tu fait 35
Rêverie 36
Le Suicide 38
Le Songe 42
Le dernier Vœu 45
Adieux à la Poésie 48
À mon ami V. Hugo 52
Sonnet. Enfant, je m’étais dit 55
Retour à la Poésie 55
Sonnet. Sur un front de quinze ans 60
Bonheur champêtre 60
 84
À M***. Ô vous qui, lorsque seul 
 95
L’Attente. Imité de Schiller 
 120
Stances. Imité de Kirke White 
 139



Suite de Joseph Delorme

À madame Adèle J… 175
À madame Pauline F… 177
La Vallée au Loup 180
Pour mon ami Ulric Guttinguer. I. Stances 183
II. Désir 185
III. Au temps de nos amours 188
IV. Sonnet. Il est au monde un lieu 189
V. Le Coteau 190
    Envoi 192
Invocation 193
Le Contre-Temps 195
Sonnet. Laisse ta tête, Amie 198
Sonnet. Pour venger du passé… (À Théophile Gautier.) 198
Sonnet. Des laves du Vésuve 199
Sous les derniers soleils 200
Épode 201
La Suivante d’Emma 203
Amie, il faut aimer 204
Chanson. Dans des coins bleus 205
Quand votre père octogénaire 207
Plus que narcisse et pâle tubéreuse 208
Comment chanter quand l’Amie 209
Rondeau. À une belle Chasseresse 211
Héroïde. À une Chasseresse encore 212
Sonnet. Une soirée encore 214
À une Amazone 215
À Elle, qui était allée entendre Orphée 216
Sonnet. Osons tout et disons 217
Répit 218
Reprise 218
Oh ! que son jeune cœur 219
En face de la pièce d’eau 220
Comme au matin l’on voit 221
Sonnet. Que vient-elle me dire 222
Les Lettres brûlées 223
La Boucle de cheveux 224
Tantôt une vapeur 225
Sonnet. Triste, loin de l’Amie 227
Sonnet. Attendre, attendre encor 228
Sonnet. Par un ciel étoilé 228
Sonnet. Moi qui rêvais la vie 229
Sonnet. L’Amant antiquaire 230
Jeune, avide, inconnu 231
Sonnet. Si quelque blâme, hélas ! 234
Non, je ne chante plus 235
Printemps qui sitôt rachète 236
Brune aux yeux bleus 237
D’autres amants ont eu 238
Je ne connais plus la colline 241
Ode au Soir. Imité de Collins 242
Le long de cette verte, etc. 246
Laissez-moi, tout a fui 248
Sonnet. Insensé, qu’ai-je fait ? 249
Pour mon cher Marmier. Sur l’Elster 250
À mon cher Marmier 252
Pour mon ami Auguste Desplaces 254
Sous l’Odéon 256
Au Sommeil. Traduit de Stace 258
Traduit de Moschus. I. Sous un souffle apaisé 259
II. Pan aimait Écho, sa voisine 259
III. Quittant Pise et ses jeux 260
Églogue napolitaine 260
À Hortense 265
Sonnet. Le vieux coursier hennit 266
Sonnet. Ces beaux petits cheveux 267
Le Bouquet 268
À la comtesse Marie 269
Imité d’Ovide 271
Le Collége d’Éton. Imité de Gray 273
Stances d’Amaury 277
Sonnet. J’étais un arbre en fleur 280
Refrain. Désert du cœur 281
Ballade du vieux temps 282
Si je ne chante plus 282
Élégie. Simonide l’a dit 284
Jugements divers et témoignages sur Joseph Delorme 287-301

FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.

TABLE DES MATIÈRES



LES CONSOLATIONS


 39
XI. 
 47
XIII. 
Sonnet, imité de Wordsworth. C’est un beau soir 
 51
XIV. 
Sonnet, de Wordsworth. Les passions, la guerre 
 52
XV. 
Sonnet, du même. Quand le Poëte en pleurs 
 53
XVI. 
 54
XVII. À mon ami Leroux 55
XVIII. À mon ami Antony Deschamps 60
XIX. À mon ami Boulanger 66
XX. À Boulanger 69
XXI. Sonnet à Boulanger. Ami, ton dire est vrai 71
XXII. Sonnet. À Francfort-sur-le-Mein 72
XXIII. Sonnet à V. H. Votre génie est grand 73
XXIV. Sonnet à madame L. Madame, vous avez 74
XXV. À mademoiselle 75
XXVI. À Alfred de Vigny 78
XXVII. À Victor Pavie. La Harpe Éolienne. Traduit de Coleridge 81
XXVIII. À mon ami Paul Lacroix. Les Larmes de Racine 84
XXIX. À mon ami M. Prosper Mérimée 89

POÉSIES DIVERSES
Faisant suite aux Consolations.

I. À M. de Lamartine. Épître 95
II. Vers tirés de Volupté 100
III. L’automne. Imité de Southey 102
Jugements divers et témoignages sur les Consolations 107


Pensées d’août

Avertissement 131
Pensée d’août 135
M. Jean, maître d’école 150
À madame Tastu 174
À M. Achille du Clésieux 177
Sonnets à la duchesse de Rauzan. I. Au Thil où vous aimez 181
II. Ainsi l’on dit de vous 182
À mes amis Grégoire et Collombet 183
À Victor Pavie, le soir de son mariage 187
Sonnet à madame P. Heureux loin de Paris 190
Sonnet de sainte Thérèse, à Jésus crucifié 191
Tu te révoltes, tu t’irrites 192
193
193
Trois Sonnets imités de Wordsworth.
196
197
198
199
Vers qui se rapportent à Volupté. J’ai reçu, j’ai reçu 
200
205
206
Rome. Élégie imité de Guillaume de Schlegel 
211
214
Sonnet à M. Roger d’A. Un rayon, un rayon 
216
À mon cher Marmier. Imité du minnesinger Hadloub 
217
218
II. Une Romance encore. Quoi ! se peut-il 
219
220
À la duchesse de Rauzan. Partez, puisqu’un départ 
221
À M. de Salvandy, ministre du 15 avril 
223
Sonnet à madame G. Non, je ne suis pas gaie 
225
226
227
Sonnet à madame M. Quoi ! vous voulez 
228
229
230
238
238
240
Sonnet à M. Justin Maurice. Nous gravissions de nuit 
241
242
Sonnets.
244
244
245
Sonnet à Boulay-Paty. Nous partions sur le lac 
248
Sonnet à M. Paulin Limayrac. Je montais, je montais 
249
À M. Patin, après avoir suivi son Cours de poésie latine. Épître 
250
Sonnet à mon ami Ch. Labitte. En voyant jusqu’ici 
254
À J.-J. Ampère. Épître 
255
258
261
Sonnet. J’aime Paris 262
À la comtesse de Tascher. Récit 263
La Fontaine de Boileau, épître à la comtesse Molé 273
Maria, à M. de Lurde. Récit 278
Élégie. Elle me dit un jour 283


NOTES ET SONNETS
Faisant suite aux Pensées d’Août.

Sonnets. I. De Ballaignes à Orbe 287
II. Ballaignes à Jougne, au retour 288
Aux étudiants de la Sociélé de Zofinge, réponse 289
À H… Oh ! laissez-moi 291
Le Brigand, imite d’Uhland 293
Sonnets. I. En mars quand vient la bise 294
II. Mais la bise a passé 294
III. Et je songe au passé 295
Le dernier des onze Sonnets de Charles Lamb. Nous étions deux enfants 296
Sonnet. Ces jours derniers 297
Sonnet à Philothée. Pourquoi dans l’amitié 297
Sonnet à madame ***. Il est doux vers le soir 298
Sonnet à la Muse. Pauvre Muse froissée 299
Sonnet, réponse à Collombet. Oui, cher Zénon 300
Sonnet à moi adressé par M. Antoine de Latour, sur Port-Royal des Champs 301
Sonnet, réponse. Demande-moi plutôt 302
Sonnet à Marmier. Le vieux Slave est tout cœur 302
Sonnet imité de Ruckert. Et moi je fus aussi 303
Sonnet imité de Bowles. Comme après une nuit 304
Sonnet imité de Justin Kerner. Le matin en été 305
Sonnet imité de Bowles. Étrange est la musique 305
Sonnet imité de miss Caroline Bowles. Je n’ai jamais jeté la fleur 306
À madame P. Sur la mort d’une jeune enfant 307
Sonnet à madame Desbordes-Yalmore. Puisqu’aussi bien tout passe 310
Sonnet à M. le comte Molé. Le Tombeau de Delille 311
Sonnet. La jeunesse est passée 312
Sur la Saône, en voyant une jeune femme à sa fenêtre 312


Sonnets à deux sœurs.


FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES







VIE

POÉSIES ET PENSÉES

DE

JOSEPH DELORME



    Sic ego eram illo tempore, et flebam amarissime, et requiescebam in amaritudine.
Saint Augustin. Confess., liv. IV.
    Je l’ai vu, je l’ai plaint ; je le respectais ; il était malheureux et bon. Il n’a pas eu des malheurs éclatants ; mais, en entrant dans la vie, il s’est trouvé sur une longue trace de dégoûts et d’ennuis ; il y est resté, il y a vécu, il y a vieilli avant l’âge, il s’y est éteint.
Senancour, Oberman.





(MARS 1829)