À un morceau de pain blanc

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Jean-Baptiste Noro

À un morceau de pain blanc
écrit en janvier 1871

C'était hier encore, je dévorais farouche,
Mais l’espérance au cœur, cet abject aliment
Que nous jetait Ferry, que Favre à l’âme louche
Nous faisait digérer avec un faux serment.

Nous trouvions douce alors et moelleuse la couche,
Sur le terrain glacé du froid retranchement.
Tous nous allions au feu le sourire à la bouche,
Et l’estomac en proie au dur tiraillement.

Aujourd'hui, tu viens, toi, la mine appétissante.
La croûte aux reflets d’or et la pâte alléchante,
Baigné de pleurs hélas ! et non rouge de sang.

Pour t’acquérir, le fer seul devrait être en compte,
Froment amer, dix fois autant que notre honte.
Sois à jamais maudit, vil morceau de pain blanc !