À une femme poète

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
À François Coppée Armand SilvestreLes Ailes d’or
VII — Au fil des jours
À une jeune fille



À UNE FEMME POÈTE

Vous qui, d’un mal divin par la Muse blessée,
Apaisez vos ennuis sous le rythme vainqueur,
Et, pour mieux endormir le bruit de votre cœur,
Laissez chanter en vous une lyre offensée ;

Vous qui, dans le jardin vermeil de la pensée,
D’une distraite main cueillez la rime en fleur
Et sentez naître, en vous, une voix cadencée,
Partout où resplendit le son ou la couleur,

Oh ! vous avez raison d’aimer la Poésie !
Car une part des cieux par elle est ressaisie
Et le néant humain reprend quelque fierté.

Oh ! vous avez raison de chanter, étant belle
Car, à nos doigts meurtris la musique rebelle
Se fait clémente aux lèvres d’or de la Beauté.