Mozilla.svg

Émile Zola : l’homme & l’œuvre/La critique est un droit et souvent un devoir

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LE NATURALISME
OU
L’IMMORALITÉ LITTÉRAIRE




La critique est un droit et souvent un devoir

Cette étude est une tête de ligne, elle en précède d’autres, de noms moins retentissants, mais sûrement plus durables. Zola fut venu dans son rang alphabétique, dans mon Histoire littéraire du XIXe siècle, mais comme il en est la fin, presque la conclusion, je l’ai choisi comme commencement de ces biographies. Qui sait, au reste, il y a peut-être urgence à se hâter. Le jugement qu’une presse complaisante ou intéressée porte aujourd’hui sur son œuvre, sera-t-il confirmé demain par une critique impartiale ? Y a-t-il autant de talent que d’engouement, ou plus de celui-ci que de celui-là ? Zola est un habile, il biseaute si dextrement tous les atouts de la publicité, et cuisine, avec tant de science, tous les ragoûts pimentés du naturalisme, qu’on peut se demander si, dans ses succès, il n’y a pas autant de savoir-faire que du faire, en un mot, s’il n’y a pas plus de talent spéculatif que de talent littéraire. Pour le génie de Zola, n’en parlons pas, laissons cette amusette à ses caudataires. Il y a, dit-on, imprudence à goûter à ses sauces et témérité à toucher à son jeu, tant pis ; il y a nécessité et devoir à le faire, je le fais.

Ceux qui ne louent pas les yeux fermés et qui ne critiquent pas les oreilles bouchées, on les accuse de partialité, de parti pris, d’éreintement. Je tiens à dire, qu’indépendant de toute attache artistique, littéraire, politique et religieuse, je donne franchement et simplement mes appréciations, sans haine et sans enthousiasme, comme je pense, comme je sais et comme je crois. Être le bedeau d’un culte, le garçon d’admiration d’un talent et le commis voyageur d’une littérature, sont des métiers qui ne conviennent ni à mes goûts, ni à mon caractère. J’écris pour l’amour et l’honneur des lettres ; je sais bien qu’il n’y a pas bénéfice à le faire, mais il y a satisfaction d’un devoir accompli et d’une tâche bien remplie, cela me suffit. Je sais aussi qu’en me brûlant à l’actualité je risque de parler sous la pression de certains faits et de ne pouvoir me taire sous l’émotion de certaines impressions, mais comme je ne relève que de ma conscience et de celle des honnêtes gens, je soumets avec confiance mes sentiments à leur jugement.