Épîtres (Boileau)/Au lecteur épître iv

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
ÉpîtresImprimerie généraleVolumes 1 et 2 (p. 273-274).

EPITRE IV

1672

AU LECTEUR.

Je ne sais si les rangs de ceux qui passèrent le Rhin à la nage devant Tholus sont fort exactement gardés dans le poëme que je donne au public ; et je n’en voudrois pas être garant, parce que franchement je n’y étois pas, et que je n’en suis encore que fort médiocrement instruit. Je viens même d’apprendre en ce moment que M. de Soubise, dont je ne parle point, est un de ceux qui s’y est le plus signalé. Je m’imagine qu’il en est ainsi de beaucoup d’autres, et j’espère de leur faire justice dans une autre édition. Tout ce que je sais, c’est que ceux dont je fais mention ont passé des premiers. Je ne me déclare donc caution que de l’histoire du fleuve en colère, que j’ai apprise d’une de ses naïades, qui s’est réfugiée dans la Seine. J’aurois bien pu aussi parler de la fameuse rencontre qui suivit le passage ; mais je la réserve pour un poëme à part. C’est là que j’espère rendre aux mânes de M. de Longueville[1] l’honneur que tous les écrivains lui doivent, et que je peindrai cette victoire qui fut arrosée du plus illustre sang de l’univers ; mais il faut un peu reprendre haleine pour cela[2].

  1. Le duc de Longueville périt au passage du Rhin.
  2. Boileau n’a exécuté aucun des projets annoncés dans cet avertissement.