Mozilla.svg

Évangile d’une grand’mère/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Librairie de L. Hachette et Cie (p. 134-135).

XLVII

LE DOCTEUR DE LA LOI VEUT SUIVRE JÉSUS.



Et Notre-Seigneur quitta ce lieu pour aller prêcher dans un autre.

Voyant une grande foule autour de lui, il ordonna à ses disciples de monter dans des barques pour passer de l’autre côté du lac de Génézareth.

Alors, un Docteur de la loi s’approcha, et lui dit : « Maître, je vous suivrai partout où vous irez. » Jésus lui répondit :

« Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’Homme n’a pas où reposer sa tête. »

Notre-Seigneur disait cela, parce qu’il avait vu dans le cœur de ce Docteur de la loi, qu’il espérait s’enrichir en suivant Notre-Seigneur qui devait devenir, pensait-il, un grand Roi, riche et puissant.

Un des disciples lui dit : « Seigneur, avant de partir, permettez-moi d’aller ensevelir mon père. » Jésus lui dit :

« Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts. »

Jeanne. Comment ? Notre-Seigneur ne laisse pas ce disciple enterrer son père !

Grand’mère. C’est sans doute une très sainte action de rendre à ses parents les derniers devoirs ; mais Notre-Seigneur veut nous faire voir par cette réponse que le service de Dieu doit passer avant tout. Ce disciple s’était donné à Jésus ; il devait le suivre ; d’autres qui étaient restés près de son père pouvaient l’ensevelir. C’est cette obéissance parfaite qui fait l’esprit religieux ; ainsi font les sœurs de Charité que tout le monde aime et vénère ; leur supérieure les envoie en Chine, en Amérique, dans les Indes, sur les champs de bataille ; elles partent de suite sans faire la moindre objection ; et c’est une des raisons pour lesquelles elles inspirent tant de respect.

Jacques. Comment Notre-Seigneur dit-il qu’il faut laisser les morts enterrer les morts ? Les morts ne peuvent plus rien faire puisqu’ils sont morts.

Grand’mère. Notre-Seigneur appelle morts les gens du monde qui ne s’occupent que des choses du monde et qui sont comme morts pour les choses de Dieu.

Ce même soir, Jésus dit à ses disciples :

« Passons à l’autre bord du lac. »