Mozilla.svg

Évangile d’une grand’mère/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Librairie de L. Hachette et Cie (p. 203-204).

LXXV

LE FIGUIER STÉRILE.



Jésus dit ensuite cette parabole à ses disciples :

« Un homme avait planté un figuier dans sa vigne ; il vint pour y chercher des fruits et n’en trouva pas. Alors il dit à celui qui cultivait sa vigne : « Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier et je n’en trouve point. Coupez-le ; à quoi bon occupe-t-il encore la terre ? »

« Mais le vigneron, répondant, lui dit :

« Seigneur, laissez-le encore cette année ; je bêcherai tout autour et j’y mettrai du fumier. Peut-être portera-t-il du fruit. Sinon, vous le couperez. »

Valentine. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Grand’mère. Le figuier cultivé et bêché représente les âmes qu’on cherche à convertir pour qu’elles donnent des fruits, c’est-à-dire des bonnes actions, et pour qu’elles mènent une vie chrétienne. Le bon Dieu attend longtemps et voyant que ces âmes restent stériles, ne rapportent rien, il dit aux vignerons, c’est-à-dire aux Prêtres, qui cultivent les consciences et qui enseignent, de couper cet arbre ; c’est-à-dire d’abandonner, de chasser ces hommes inutiles qui ne font aucun bien. Mais le Prêtre prie le Seigneur d’attendre, de lui permettre de cultiver encore cet arbre, cette âme, qui finira peut-être par donner des fruits et par devenir une bonne et sainte âme. Et Notre-Seigneur qui est bon y consent.