Œuvres complètes de Béranger/La Descente aux Enfers

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Descente aux Enfers (Béranger).


LA DESCENTE AUX ENFERS


Air : Boira qui voudra, larirette
Paîra qui pourra, larira (Air noté )


        Sur la foi de votre bonne,
        Vous qui craignez Lucifer,
        Approchez, que je vous donne
        Des nouvelles de l’Enfer.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Sachez que la nuit dernière,
        Sur un vieux balai rôti,
        Avec certaine sorcière,
        Pour l’Enfer je suis parti.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,

                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Ma sorcière est jeune et belle,
        Et dans ces lieux inconnus,
        Diablotins, par ribambelle,
        Viennent baiser ses pieds nus.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Quoi qu’en disent maints bélîtres,
        En entrant nous remarquons
        Un amas d’écailles d’huîtres,
        Et des débris de flacons.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,

                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Là, ni chaudières, ni flammes,
        Et si grands que soient leurs torts,
        Aux Enfers nos pauvres âmes
        Reprennent un peu de corps.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Chez lui le Diable est bon homme ;
        Aussi voyons-nous d’abord
        Ixion faisant un somme
        Près de Tantale ivre mort.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Rien n’est moins épouvantable
        Que l’aspect de ce démon ;
        Sa majesté tenait table
        Entre Épicure et Ninon.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Ses arrêts les plus sévères,
        Qu’en mourant nous redoutons,
        Sont rendus au bruit des verres
        Et de huit cents mirlitons.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.


        Aux buveurs à rouge trogne,
        Il dit : Trinquons à grands coups.
        Vous n’aimiez que le bourgogne ;
        De champagne enivrez-vous.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        À la prude qui se gêne
        Pour lorgner un jouvenceau,
        Il dit : Avec Diogène,
        Fais l’amour dans un tonneau.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Gens dont nous fuyons les traces,
        Il vous dit : Plus retenus,

        Laissez Cupidon aux Grâces,
        Contentez-vous de Vénus.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Il dit encor bien des choses
        Qui charment les assistants ;
        Puis à Ninon, sur des roses,
        Il ôte au moins soixante ans.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Alors ma sorcière éprouve
        Un désir qui l’embellit,
        Et soudain je me retrouve
        Dans ses bras et sur mon lit.


Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.

        Si, d’après ce qu’on rapporte,
        On bâille aux célestes lieux,
        Que le Diable nous emporte,
        Et nous rendrons grâce à Dieu.

Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.
            Tant qu’on le pourra,
                L’on trinquera,
                    Chantera,
                    Aimera
                    La fillette.
Tant qu’on le pourra, larirette,
On se damnera, larira.


Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LA DESCENTE AUX ENFERS

Air : Boira qui voudra, larirette.
No 21



\relative c'' {
  \time 2/2
  \key g \major
  \tempo "Allegro."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 120
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
s2. g8 a | b4 b a c | b2 b4 g8 a | b4 b a c 
b2 r4 g8 a | b4 b d b | a2 a4 b8 a | g4 g g b 
a2 b4. a8 | g4 g a a8 c | b4 g b4. a8 | g4 g a a8 b 
g2 g8 a c d | d4 d d d | d b8 c d4 b8 c 
d4 b8 c d4 (g) | d2 b4. a8 | g4 g a a8 c 
b4 g b4. a8 | g4 g a a8 b | g2 r4 \bar "||"
}
\addlyrics {
Sur la foi de vo -- tre bon -- ne
Vous qui crai -- gnez Lu -- ci -- fer
Ap -- pro -- chez que je vous don -- ne
Des nou -- vel -- les de l’en -- fer
Tant qu’on le pour -- ra, la -- ri -- ret -- te
On se dam -- ne -- ra la -- ri -- ra
Tant qu’on le pour -- ra L’on trin -- que -- ra
Chan -- te -- ra Ai -- me -- ra La fil -- let -- te
Tant qu’on le pour -- ra, la -- ri -- ret -- te
On se dam -- ne -- ra la -- ri -- ra
}

Haut