Œuvres complètes de Béranger/Le Sénateur

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Sénateur.
Œuvres complètes de Béranger H. Fourniertome 1 (pp. 6-8).


LE SÉNATEUR


1813


Air : J’ons un curé patriote (Air noté )


    Mon épouse fait ma gloire :
    Rose a de si jolis yeux !
    Je lui dois, l’on peut m’en croire,
    Un ami bien précieux.
    Le jour où j’obtins sa foi
    Un sénateur vint chez moi.
                Quel honneur !
                Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
Je suis votre humble serviteur.

    De ses faits je tiens registre :
    C’est un homme sans égal.
    L’autre hiver, chez un ministre,
    Il mena ma femme au bal.
    S’il me trouve en son chemin,
    Il me frappe dans la main.
                Quel honneur !
                Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
Je suis votre humble serviteur.


    Près de Rose il n’est point fade,
    Et n’a rien de freluquet.
    Lorsque ma femme est malade,
    Il fait mon cent de piquet.
    Il m’embrasse au jour de l’an ;
    Il me fête à la Saint-Jean.
                Quel honneur !
                Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
Je suis votre humble serviteur.

    Chez moi qu’un temps effroyable
    Me retienne après dîner,
    Il me dit d’un air aimable :
    « Allez donc vous promener ;
    « Mon cher, ne vous gênez pas,
    « Mon équipage est là-bas. »
                Quel honneur !
                Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
Je suis votre humble serviteur.

    Certain soir à sa campagne
    Il nous mena par hasard ;
    Il m’enivra de champagne,
    Et Rose fit lit à part :
    Mais de la maison, ma foi,
    Le plus beau lit fut pour moi.
                Quel honneur !
                Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
Je suis votre humble serviteur.


    À l’enfant que Dieu m’envoie
    Pour parrain je l’ai donné.
    C’est presque en pleurant de joie
    Qu’il baise le nouveau-né ;
    Et mon fils, dès ce moment,
    Est mis sur son testament.
                Quel honneur !
                Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
Je suis votre humble serviteur.

    À table il aime qu’on rie ;
    Mais parfois j’y suis trop vert.
    J’ai poussé la raillerie
    Jusqu’à lui dire au dessert :
    On croit, j’en suis convaincu,
    Que vous me faites c…
                Quel honneur !
                Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
Je suis votre humble serviteur.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LE SÉNATEUR

Air : J’ons un curé patriote
No 3



\relative c'' {
  \time 2/4
  \key g \major
  \tempo "Allegro."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 110
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
  \partial 4 g8 g  
  \appoggiatura b16 a8 g g g
  \appoggiatura b16 a8 g g g |
  a c b a
  g4 g8 g
  \appoggiatura b16 a8 g g g
  \appoggiatura b16 a8 g g g |
  a c b a
  g4 \bar "||" d'8 d
  c b a g
  a4 d8 d |
  c b a g
  a4 g8 g
  \appoggiatura b16 a4 g8 g
  \appoggiatura b16 a4 g8 g |
  a b c a
  d d c b
  c a g fis
  g4 \bar "||"
}
\addlyrics {
Mon é- pou- se fait ma gloi- re Rose a
de si jo- lis yeux Je lui dois, l’on peut m’en croi- re Un a-
mi bien pré- ci- eux. Le jour où j’ob- tins sa foi Un sé-
na- teur vint chez moi. Quel hon- neur Quel bon- heur "Ah !" mon-
sieur le sé- na- teur Je suis votre hum- ble ser- vi- teur.
}

Haut