100%.png

Œuvres complètes de Béranger/Les Clefs du Paradis

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Clefs du Paradis.


LES CLEFS DU PARADIS


Air : À coup d’pied, à coup d’poing (Air noté )


    Saint Pierre perdit l’autre jour
    Les clefs du céleste séjour.
    (L’histoire est vraiment singulière !)
    C’est Margot qui, passant par là,
    Dans son gousset les lui vola.
                        « Je vais, Margot,
            « Passer pour un nigaud ;
« Rendez-moi mes clefs, » disait saint Pierre.

    Margoton, sans perdre de temps,
    Ouvre le ciel à deux battants.
    (L’histoire est vraiment singulière !)
    Dévots fieffés, pécheurs maudits,
    Entrent ensemble en paradis.
                        « Je vais, Margot,
            « Passer pour un nigaud ;
« Rendez-moi mes clefs, » disait saint Pierre.

    On voit arriver en chantant
    Un turc, un juif, un protestant ;
    (L’histoire est vraiment singulière !)

    Puis un pape, l’honneur du corps,
    Qui, sans Margot, restait dehors.
                        « Je vais, Margot,
            « Passer pour un nigaud ;
« Rendez-moi mes clefs, » disait saint Pierre.

    Des jésuites, que Margoton
    Voit à regret dans ce canton,
    (L’histoire est vraiment singulière !)
    Sans bruit, à force d’avancer,
    Près des anges vont se placer.
                        « Je vais, Margot,
            « Passer pour un nigaud ;
« Rendez-moi mes clefs, » disait saint Pierre.

    En vain un fou crie, en entrant,
    Que Dieu doit être intolérant ;
    (L’histoire est vraiment singulière !)
    Satan lui-même est bienvenu :
    La belle en fait un saint cornu.
                        « Je vais, Margot,
            « Passer pour un nigaud ;
« Rendez-moi mes clefs, » disait saint Pierre.

    Dieu, qui pardonne à Lucifer,
    Par décret supprime l’enfer.
    (L’histoire est vraiment singulière !)
    La douceur va tout convertir :
    On n’aura personne à rôtir.
                        « Je vais, Margot,
            « Passer pour un nigaud ;
« Rendez-moi mes clefs, » disait saint Pierre.


    Le paradis devient gaillard,
    Et Pierre en veut avoir sa part.
    (L’histoire est vraiment singulière !)
    Pour venger ceux qu’il a damnés,
    On lui ferme la porte au nez.
                        « Je vais, Margot,
            « Passer pour un nigaud ;
« Rendez-moi mes clefs, » disait saint Pierre.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LES CLEFS DU PARADIS.

Air : À coups d’pied, à coups d’poing
No 117


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Haut