100%.png

Œuvres complètes de Béranger/Louis XI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Louis XI.


LOUIS XI [1]


Air : Sans un p’tit brin d’amour
ou Air nouveau de M. Amédée de Beauplan (Air noté )


            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !

Notre vieux roi, caché dans ces tourelles,
        Louis, dont nous parlons tout bas,
Veut essayer, au temps des fleurs nouvelles,
        S’il peut sourire à nos ébats.

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !


Quand sur nos bords on rit, on chante, on aime,
        Louis se retient prisonnier :
Il craint les grands, et le peuple, et Dieu même ;
        Surtout il craint son héritier.

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !

Voyez d’ici briller cent hallebardes
        Aux feux d’un soleil pur et doux.
N’entend-on pas le Qui vive des gardes,
        Qui se mêle au bruit des verroux ?

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !

Il vient ! il vient ! Ah ! du plus humble chaume
        Ce roi peut envier la paix.
Le voyez-vous, comme un pâle fantôme,
        À travers ces barreaux épais ?

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !

            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !

Dans nos hameaux quelle image brillante
        Nous nous faisions d’un souverain !
Quoi ! pour le sceptre une main défaillante !
        Pour la couronne un front chagrin !

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !

Malgré nos chants il se trouble, il frissonne :
        L’horloge a causé son effroi.
Ainsi toujours il prend l’heure qui sonne
        Pour un signal de son beffroi.

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !

Mais notre joie, hélas ! le désespère ;
        Il fuit avec son favori.
Craignons sa haine, et disons qu’en bon père,
        À ses enfants il a souri.


            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LOUIS XI.

Air : Sans un petit brin d’amour.
No 157.


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


MÊME CHANSON
Musique de M. Amédée de Beauplan.
No 157 bis.


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Haut

  1. On sait que ce roi, retiré au Plessis-lez-Tours avec Tristan, confident et exécuteur de ses cruautés, voulait voir quelquefois les paysans danser devant les fenêtres de son château.