100%.svg

Œuvres complètes de Démosthène et Eschine (Traduction de Joseph Planche)/Volume VI/Notes sur le plaidoyer contre Conon

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
NOTES


DU PLAIDOYER DE DÉMOSTHÈNE


CONTRE CONON.


__________


[i] Suivant Harpocration, Panacte était une ville entre l’Attique et la Béotie. Suivant d’autres, ce n’était qu’un fort de l’Attique.

[2] Léocorie était un temple bâti dans le Céramique, en l’honneur des filles de Léon, qui, dans une peste dont fut affligée Athènes, avaient été vouées par leur père pour le salut de la ville. — Plus bas, Méiite était un quartier d’Athènes, un bourg de la tribu Cécropide, ainsi appelé de Mélite, fille de Myrmex, fils d’Apollon.

[3] Il y a d’autres noms en grec, des noms inconnus chez nous, des noms obscènes que se donnaient des libertins et des débauchés. Je les ai remplacés par des noms connus, par des noms consacrés, dans le paganisme, au libertinage et à la débauche.

[4] L’orateur ne nomme que Ctésias dans ce discours ; mais cet endroit et d’autres annoncent que Conon avait plusieurs fils, et qu’ils étaient avec lui quand il insulta Ariston.

[5] Brauron était un bourg de l’Attique ; chaque bourg avait ses sacrifices : c’est de la prêtresse chargée de ces sacrifices qu’il est ici question.

[6] Le grec dit expressément jusqu’au delà de minuit ; mais la chose est bien extraordinaire et parait incroyable. — Que ce fils… De quel fils Conon voulait parler, et à quelle occasion il en parlait, c’est ce qu’il n’est guère possible de deviner.

[7] On sait que les Anciens se servaient d’horloges d’eau pour mesurer le tems que devaient parler les orateurs. Le tems où l’on faisait lire les pièces n’était pas compté.

[8] Je n’ai vu nulle part que ce supplice fût en usage à Athènes. Les auteurs qui font l’énumération des supplices usités dans cette ville, ne parlent point de celui-ci. Peut-être l’expression grecque ne signifierait-elle pas, à qui on a fait crever les yeux, mais, qui a perdu les yeux par un accident, ou dont la vue est extrêmement affaiblie. — (C’est assurément ce dernier sens qui est le véritable. L’autre est un contre-sens. Addit. de l’Édit.).

[9] Triballes, les Tiiballes étaient un peuple de la Mysie. Ici, c’est un nom que se donnait une coterie de débauchés. J’ignore pourquoi ils prenaient ce nom. — Qu’ils ramassaient… On sait que les sacrifices d’expiation et de purification étaient fort en usage chez les Anciens. On immolait un jeune porc pour purifier le peuple avant qu’il s’assemblât. On jetait les morceaux de la victime qui avait servi à la purification : apparemment qu’on ne pouvait les manger sans se rendre coupable d’impiété.

[10] Cependant nous voyons, dans plusieurs discours de notre orateur, que sa mère elle-même, et d’autres encore, ont voulu prêter ce serment. — (Mais c’est Androtion qui parle et non pas Démosthène. Addit, de l’Édit.).

[11] La formule qui termine ce plaidoyer se retrouve à la fin de la harangue contre Leptinc, et du plaidoyer contre Nausimaque. Isée l’a aussi employée deux fois. Nous avons écrit ότι, au lieu de ό, τι, comme M. Wolf l’avait cpnseillé In Leptineam, p. 588. (Note de l’Éditeur).




________________