Œuvres complètes de Lamartine (1860)/Tome 1/L’Ange/Commentaire

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

COMMENTAIRE

DE LA DIX-SEPTIÈME MÉDITATION



Ceci est un fragment d’un poëme épique de Clovis, que j’avais ébauché dans mon enfance, et que j’ai brûlé depuis, avec tant d’autres ébauches indignes de la lumière. Un de mes amis avait copié ce fragment, et le fit insérer dans je ne sais quelle feuille littéraire, après la publication des premières Méditations. Je le recueillis dans les secondes, comme un enfant qui demandait asile dans la famille légitime de mes premiers vers.