Œuvres complètes de Lamartine (1860)/Tome 2/La Mort de Socrate/Note première

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres complètes de LamartineChez l’auteur (p. 43-44).
NOTE PREMIÈRE

(Page 9)


On voyait sur les mers une poupe dorée.



ÉCHÉCRATE [1].

Phédon, étais-tu toi-même auprès de Socrate, le jour qu’il but la ciguë dans la prison ? ou en as-tu seulement entendu parler ?


PHÉDON [2].

J’y étais moi-même, Échécrate.


ÉCHÉCRATE.

Que dit-il à ses derniers moments, et de quelle manière mourut-il ? Je l’entendrais volontiers, car nous n’avons personne à Phliunte qui fasse maintenant de voyage à Athènes ; et depuis longtemps il n’est pas venu chez nous d’Athénien qui ait pu nous donner aucun détail à cet égard, sinon qu’il est mort après avoir bu la ciguë. On n’a pu nous dire autre chose.


PHÉDON.

Vous n’avez donc rien su du procès, ni comment les choses se passèrent ?


ÉCHÉCRATE.

Si fait : quelqu’un nous l’a rapporté, et nous étions étonnés que la sentence n’eût été exécutée que longtemps après avoir été rendue. Quelle en fut la cause, Phédon ?


PHÉDON.

Une circonstance particulière. Il se trouva que, la veille du jugement, on avait couronné la poupe du vaisseau que les Athéniens envoient chaque année à Délos.


ÉCHÉCRATE.

Qu’est-ce donc que ce vaisseau ?


PHÉDON.

C’est, au dire des Athéniens, le même vaisseau sur lequel jadis Thésée conduisit en Crète les sept jeunes gens et les sept jeunes filles qu’il sauva en se sauvant lui-même. On raconte qu’à leur départ les Athéniens firent vœu à Apollon, si Thésée et ses compagnons échappaient à la mort, d’envoyer chaque année, à Délos une Théorie ; et, depuis ce temps, ils ne manquent pas d’accomplir leur vœu. Quand vient l’époque de la Théorie, une loi ordonne que la ville soit pure, et défend d’exécuter aucune sentence de mort avant que le vaisseau soit arrivé à Délos et revenu à Athènes ; et quelquefois le voyage dure longtemps, lorsque les vents sont contraires. La Théorie commence aussitôt que le prêtre d’Apollon a couronné la poupe du vaisseau ; ce qui eut lieu, comme je le disais, la veille du jugement de Socrate. Voilà pourquoi il s’est écoulé un si long intervalle entre sa condamnation et sa mort.



  1. Échécrate, de Phliunte, ville de Sicyonie. C’est probablement le pythagoricien dont parle Platon dans sa IXe lettre à Architas.
    Voyez Diog. Laërce, liv. VIII, ch. 46 ; Jambl. (Vita Pithagorœ, I, 36.)
  2. Chef de l’école d’Élis. (Voyez Diog. Laërce, II, 105.)