Œuvres complètes de Lamartine (1860)/Tome 2/Le dernier chant du Pèlerinage d’Harold/Note neuvième

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres complètes de LamartineChez l’auteur (p. 170).
NOTE NEUVIÈME

(Page 124)


Le féroce Albanais, l’Épirote au front chauve……


L’Albanie comprend une partie de la Macédoine, l’Illyrie et l’Épire. Ce pays, qu’on peut apercevoir des côtes d’Italie, est un des plus beaux de la Grèce. Lord Byron dit qu’il n’est point de plume ou de pinceau capable de rendre la beauté de ses sites ; nous pourrions ajouter qu’il n’y a ni plume ni pinceau capables de rendre l’héroïque dévouement de ses habitants, dans les derniers temps de la lutte qu’ils ont soutenue, plus que tous les autres, pour l’affranchissement de la Grèce. Ils ressemblent, assure-t-on, aux montagnards d’Écosse ; leurs vêtements, leur figure, leurs mœurs, sont les mêmes. Les montagnes de l’Albanie seraient tout à fait celles de la Calédonie, si le climat en était moins méridional. J’ai trouvé, ajoute lord Byron, en Albanie, les femmes les plus belles que j’aie jamais vues, pour la taille et pour la tournure. Elles étaient occupées à réparer un chemin dégradé par les torrents. Leur démarche est tout à fait théâtrale : cela vient sans doute de leur manteau qu’elles portent attaché sur une épaule. Leur longue chevelure fait penser aux Spartiates, et l’on ne peut se faire une idée du courage qu’elles déploient dans les guerres de partisans.