Œuvres de P. Corneille (Marty-Laveaux)/Tome 9/Office de la sainte Vierge

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L’OFFICE
DE LA
SAINTE VIERGE
TRADUIT EN FRANÇOIS


L’ORAISON DOMINICALE.

Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié. Que votre règne arrive. Que votre volonté se fasse en la terre, comme elle se fait au ciel. Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien ; et nous remettez nos dettes, comme nous les remettons à nos débiteurs ; et ne nous laissez pas tomber dans la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

LA SALUTATION ANGÉLIQUE.

Je vous salue, Marie, pleine de grâce : le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre les femmes, et Jésus, le fruit de votre ventre, est béni.

Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous autres pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort, Ainsi soit-il.

LE SYMBOLE DES APÔTRES,

Je crois en Dieu, le père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ; et en Jésus-Christ, son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, et est né de la Vierge Marie ; qui a enduré sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, et a été enseveli ; qui est descendu aux enfers, et est ressuscité d’entre les morts le troisième jour ; qui est monté aux cieux, et y est assis à la dextre[1] de Dieu, le père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois au Saint-Esprit, la sainte Église catholique, la communion des saints, la rémission des péchés, la résurrection de la chair, et la vie éternelle. Ainsi soit-il.

ORATIO DOMINICA[2].

Pater noster qui es in cœlis, sanctificetur nomen tuum. Adveniat regnum tuum. Fiat voluntas tua, sicut in cœlo et in terra. Panem nostrum quotidianum da nobis hodie ; et dimitte nobis debita nostra, sicut et nos dimittimus debitoribus nostris ; et ne nos inducas in tentationem, sed libera nos a malo. Amen.

SALUTATIO ANGELICA.

Ave, Maria, gratia plena : Dominus tecum. Benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Jésus.

Sancta Maria, mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostræ. Amen.

SYMBOLUM APOSTOLORUM.

Credo in Deum, patrem omnipotentem, creatorem cœli et terrae ; et in Jesum Christum, filium ejus unicum, Domin nostrum, qui conceptus est de Spiritu sancto, natus ex Maria virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus et sepultus ; descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad cœlos, sedet ad dexteram Dei, patris omnipotentis : inde venturus est judicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam æternam. Amen.


L’OFFICE

DE LA SAINTE VIERGE[3]


À MATINES

Je vous salue, Marie, etc.
Ouvrez mes lèvres, roi des anges,

Que je réponde à leurs concerts,
Et ma bouche de vos louanges
Fera retentir l’univers.

Ô grand Dieu, de qui tout procède,
Qui faites et vivre et mourir,
Ne me refusez pas votre aide,
Hâtez-vous de me secourir.

Gloire au Père, souverain maître !

Gloire au Fils, à l’Esprit divin !

Et telle qu’elle étoit quand tout commença d’être,
Telle soit-elle encor maintenant et sans fin !

Louez le Seigneur.

Invitatoire. Je vous salue, Marie, pleine de grâce : le Seigneur est avec vous. Je vous salue, Marie, pleine de grâce : le Seigneur est avec vous.




OFFICIUM BEATÆ VIRGINIS.


AD MATUTINUM
Ave, Maria, etc.

Seigneur, vous ouvrirez mes lèvres ;

Domine, labia mea aperies ;


Et ma bouche annoncera vos louanges.

Et os meum annuntiabit laudem tuam.


Mon Dieu, venez à mon aide.

Deus, in adjutorium meum intende.

Seigneur, hâtez-vous de me secourir.

Domine, ad adjuvandum me festina.


Gloire soit au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit ! Telle qu’elle a été au commencement, telle soit-elle encore maintenant, et toujours, et dans les siècles des siècles ! Ainsi soit-il.

Gloria Patri, et Filio, et Spiritui sancto ! Sicut erat in principio, et nunc, et semper, et in sæcula saeculorum ! Amen.


Alléluia.

Invitatorium. Ave, Maria, gratia plena : Dominus tecum. Ave, Maria, gratia plena : Dominus tecum.

  1. Voyez ci-dessus, p. 51, note 1
  2. Corneille donne ici le texte et la traduction du Pater, de l’Ave et du Credo, parce que ces trois prières se récitent tout bas, est-il dit dans le Bréviaire, avant les Matines et avant toutes les heures, excepté à Complies.
  3. L’Office de la sainte Vierge traduit par Corneille est l’Officium parvum beatæ virginis du Bréviaire romain. Du reste, dans tout ce volume, dédié à la Reine, notre poëte s’est conformé à la liturgie romaine, suivie par l’aumônerie royale, qui dépendait immédiatement du souverain pontife. — Il y a çà et là de légères différences entre le texte latin de l’édition de 1670 et celui du Bréviaire romain, aussi bien que de la Vulgate (voyez, par exemple, au psaume xlv, verset 6, p. 104 ; au psaume xcvn, verset 8, p. 120, etc.) : ce sont probablement de pures inadvertances.