100%.png

Œuvres de Saint-Amant/Qui diantre auroit pensé que la guerre en ce lieu

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

SONNET

À Monsieur de Bruslon-Deageant


Qui diantre auroit pensé que la guerre en ce lieu
Eust allumé sa torche aux glaces de la bise ?
À Paris un blocus ? ô l’estrange surprise !
J’ensuis aussy penaut qu’un coche sans essieu.

Encor, si j’estois sain, je prendrais quelque espieu ;

Mais je languis d’un mal qui l’os me cauterise,
Et pourrois triompher aux portes d’une eglise,
Montrant en pauvre diable une jambe de Dieu.

Illustre et cher Bruslon, cœur que ma peine touche,
Je ne puis plus pourtant faire la femme en couche
Dans le jeusne forcé dont j’ay suby les lois ;

Et malgré les douleurs que je souffre en ce membre,
La faim, qui, comme on dit, chasse le loup du bois,
Obligera le mien à sortir de ma chambre.