Œuvres poétiques choisies de Théodore-Agrippa d’Aubigné

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
TABLE

Portrait d’Agrippa d’Aubigné d’après le tableau de Bartholomæus Sarburgh [1590-?] (Musée de Bale).
AGRIPPA D’AUBIGNÉ 
 vii
LE PRINTEMPS
Fac-similé d’une page du manuscrit Monmerqué 
 2
SONNETS :
Combattu des vents et des flots 
 5
II 
Ronsard si tu as sçeu par tout le monde espandre 
 6
III 
J’entreprens hardiment de te rendre éternelle 
 7
IV 
L’amour pour me combattre a de vous emprunté 
 7
Je vis un jour un soldat terrassé 
 8
VI 
Nous ferons ma Diane, un jardin fructueux 
 9
VII 
Autant de fois que vostre esprit de grace 
 9
VIII 
Si tost que vostre coche a peu ensemble avoir 
 10
IX 
Je dispute pour vous contre ceste lignée 
 11
Guerre ouverte, et non point tant de subtilitez 
 12
XI 
Tu m’avois demandé, mignonne 
 12
XII 
Va-t’en dans le sein de ma mye 
 13
XIII 
Vos yeux ont honoré d’une celeste veuë 
 14
XIV 
Celuy qui voit comment je me paie de regretz 
 14
XV. 
Mille baisers perdus, mille et mille faveurs 
 15
XVI. 
Le jardinier curieux de ces fleurs 
 16
XVII. 
Par ses yeux conquerans fut tristement ravie 
 16
XVIII. 
Sort inique et cruel ! le triste laboureur 
 17
XIX. 
Soupirs espars, sanglots en l’air perdus 
 18
XX. 
Au tribunal d’amour, après mon dernier jour 
 18
STANCES:
I. 
O mes yeux abusez, espérance perdue 
 20
II. 
Puisque le cors blessé, mollement estendu 
 22
III. 
Pressé de desespoir, mes yeux flambans, je dresse 
 23
IV. 
Pleurez avec moy, tendres fleurs 
 24
V. 
Citadines des mons de Phocide, apportez 
 26
VI. 
L’aer ne peut plus avoir de vens 
 28
VII. 
Que de douceurs d’une douleur 
 30
VIII. 
Vous dites que je suis muable 
 32
IX. 
Ou va cest enchaisné avec ce brave port 
 33
X. 
Veux-tu que je sacrifie 
 34
XI. 
Bon jour petit enfant ! Bon jour 
 36
XII. 
Ce sont petits Amours, avortons de mes peines 
 37
ODES :
I. 
Ainsi l’amour et la Fortune 
 40
II. 
Sous la tremblante courtine 
 41
III. 
En voyant vostre beau, pourquoy n’ay je pas veu 
 43
IV. 
Bergers qui pour un peu d’absence 
 44
V. 
Epit[h]alame 
 47
VI. 
Tes yeux vaincueurs et languissans 
 52
VII. 
D’une dme toute pareille 
 53
VIII. 
Celui la qui a congnëue 
 53
IX. 
Que me sert cruellement belle 
 55
X. 
Ce champis, je ne sçay comment 
 57
XI. 
Mignonne, pourquoy donnes-tu 
 58
XII. 
Invective d’impatience d’amour 
 60
Aux critiques 
 62
LES TRAGIQUES
MISÈRES :

Je n’escris plus les feux d’un amour inconnu . Financiers, justiciers, qui opprime^ de Jaim . Icy je veux sortir du gênerai discours . . . Jadis nos %pis anciens, vrais pères et vrais ^is Or laissons-là courir la pierre et le Cousteau .

PRINCES :

Flatteurs, je vous en veux ; je commence par vous , . 83 Roys, que le vice noir asservit sous ses loix .... 90 xAigle né dans le haut des plus superbes aires .... 98 Un père, deux fois père, employa sa substance, . . . loi

LES FEUX :

Le ’Printemps de VEglise et Veste sont passe:( . . ’ . . 1 10

LES FERS :

Voicy venir le jour, jour que les destinées 116

JUGEMENT :

’Baisse donc. Eternel, tes hauts deux pour descendre, , 128 Voici le grand Héraut d’une estrange nouvelle, ... 1 36

DISCOURS PAR STANCES

Discours par stances avec l’esprit du feu Roy, etc. . 147

MESLANGES
POÉSIES DIVERSES :

Allusion des hirondelles 167 Complainte a sa dame .... « 169 Larmes pour Suzanne de Lezat 170

SONNETS

I . . Veux-tu savoir qui peut faire la vie heureuse, . lyS II. . Je fuis celle qui veult, je veux celle qui nye . . 173 III . Amour fut engendré du loisir vicieux .... 174 IV. . Vous souhaitte:^ un Imir imaginaire 176 V . . Extase 176 A M. DE Ronsard (vers faits à sei^e ans) 177 Chanson 178 Preparatip a la mort 179

PIÈCES SATYRIQUES :

Ode 181

SONNETS

I . . L’autheur trouva en passant par âgen ... 187 II . • Du PAON ET DU courtisan . l88 III . Huguenots, vous croieT^ qu’au doux sein de V Eglise, 189 IV. . Sonnet donné au Rot Charles IX 190 V . . Sonnet donné au Rot Charles neufviesme . . 191 VI. . François, honte de France, opprobre des François. 192 VII . Sardanapale n’eust de masle qu’une image ... 192 VIII. T>es monstres avorte^^, bastards de la Nature . . 193 Sur l*apotheose du Cardinal Boromé igb Sur le jeu de la Passion 198 Sur Sainct Claude 199 [Contre la présence réelle]. . * 199 Sur les comportemens du duc de Guise 200

ÉPIGRAMMES

I . . Cette espine a poussé mainte fleur argentine . . 20 1 II. . Ce fili semé à Vavanture 201 III . Tu as choisis la Comtesse 202 IV. . Si quelque diable est véritable 202

PIÈCES INÉDITES
STANCES :
I. 
O vous plein de pitié, plaignez, pleurez ma perte 
 205
II. 
Vous fleuves, vous rochers, vous antres effroyables 
 207
III. 
Ha cueur infortuné, pauvre cueur misérable 
 208
IV. 
Vertes foretz, verds prez, verds monds 
 209
V. 
Me Jault-il tant souffrir 
 211
VI. 
D’une chesne d’amour, l’amour me tient pris 
 211
VII. 
O spectacles hideux 
 213
VIII. 
Ce n’est pas la musette ou le luth que j’accorde 
 214
DIALOGUES :
I. 
Le Cueur. — Les Yeux 
 217
II. 
Nimphes qui des coulantes eaux 
 219
Chanson 
 221
SONNETS :
I. 
Ce clair flambeau illuminant mes yeux 
 225
II. 
O belle main unique en sa beauté 
 226