A la prefecture (Haag)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anonyme ()
Le Livre d’un inconnu
Alphonse Lemerre, éditeur (p. 5-6).
III
A LA PRÉFECTURE

Dans le bureau, chambre poudreuse
Où s’empilent les verts cartons,
Le soir une foule nombreuse
Attend les votes des cantons.
 
De temps en temps s’ouvre une porte
On se tourne de ce côté ;
C’est une dépêche qu’apporte
Quelque gendarme tout crotté.

Le Préfet, assis dans sa chaise,
Lit les résultats d’un ton sec ;
Chacun bâtit son hypothèse
Sur le succès d’X ou d’Y grec.

On parle, on s’anime : la lampe,
Sous son très classique abat-jour,
Montre avec de faux airs de rampe
Chaque visage tour à tour.
 
Chauves chauvins, rouges rosettes,
Monarchistes, républicains :
Sur ces figures inquiètes
Se peignent les espoirs mesquins.

Les vaincus parlent de revanche.
Dehors la lune, astre pensif,
Plaque sur la pelouse blanche
Les larges ombres d’un massif.