éléments Wikidata

Livre:Haag - Le Livre d’un inconnu, 1879.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Haag - Le Livre d’un inconnu, 1879.djvu
TitreLe Livre d’un inconnu
AuteurAnonyme (Paul Haag Voir et modifier les données sur Wikidata)
Maison d’éditionAlphonse Lemerre, éditeur
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1879
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

TABLE

Pages.

I LE MASQUE 1

II MINUIT 3

III A LA PREFECTURE 5

IV O REVERIE, O FEE, O DOUCE ENCHANTERESSE 7

V TERREUR NOCTURNE 8

VI NUIT DE JUIN 10

VII PAYSAGE 12

VIII LA VOIR, SENTIR SON BRAS S’APPUYER SUR LE MIEN 14

IX PREMIER PRINTEMPS 16

X SAIS-TU COMBIEN IL EST PARFOIS MELANCOLIQUE 18

XI LOIN DU CENTRE ELEGANT OU LA FOULE caractères non reproduits PRESSE 21

XII HUIT JOURS SANS TOI, HUIT JOURS, AH! TU DEVRAIS SAVOIR 23

XIII DIS-MOI PAR QUEL TOUCHANT ET SINGULIER CAPRICE 25

XIV ON CAUSAIT, ON PARLAIT DU MONDE, DE LA FETE 28

XV AU BORD DE LA MER 30

XVI BONHEUR POSTHUME 32

XVII QUAND JE TE VOIS DONNANT A TOUS EN DEPENSIERE 34

XVIII JE SORTIS, J’AVAIS FROID, LE LONG DES AVENUES 37

XIX DIEU, TOI QUI FAIS LA NUIT D’ETE CALME ET SEREINE 39

XX L’OCCIDENT, RAYE PAR DE NOIRS NUAGES 41

XXI LA NUIT TOMBAIT, ET DANS LE JARDIN SOLITAIRE 43

XXII TRISTES FORETS, RAVINS DESERTS SEMES DE RONCES 45

XXIII DESESPOIR, DESESPOIR, NOIRE ET SINISTRE MER 46

XXIV DEPUIS BIENTOT HUIT MOIS QUE JE NE L’AI PAS VUE 48

XXV JE SUIS COMME UN CAPTIF DANS UNE TOUR DESERTE 50

XXVI DES BLES, DES BLES PROFONDS, ENCOR VERTS, ONDULANT 52

XXVII JE ME SOUVIENS ENCOR DU TEMPS DE MON ENFANCE 53

XXVIII HUIT JOURS SE SONT PASSES, HUIT JOURS, HUIT JOURS ENCORE 56

XXIX NOCTURNE 58

XXX AINSI JE TE REVOIS, O MYSTIQUE GRANDE OURSE 62

XXXI OUI, PEUT-ETRE, PEUT-ETRE EST-CE LA LE REMEDE 65

XXXII COMME LE SANG COULANT D’UNE BLESSURE OUVERTE 67

XXXIII LA CHAINE DES HEURES 69

XXXIV O MES VERS, CONFIDENTS AIMES DE MA PENSEE 72

XXXV AU CIEL, COMME LES MATS D’UN IMMENSE NAVIRE 75

XXXVI LUNE, LUNE FANTASQUE, O PEU DISCRETE AMIE 77

XXXVII RETOUR D’AUTOMNE 79

XXXVIII CE SOIR LE FIRMAMENT EST TRES PUR ET TRES CLAIR 81

XXXIX MA CHERE, NOUS IRONS AUX DERNIERS SOIRS D’AUTOMNE 84

XL LA SEINE 87

XLI LA CHAMBRE 89

XLII UN FEU QUI S’ALLUMAIT DANS LES PALEURS DU SOIR 92

XLIII A L’OUVREUSE 94