Abrégé de l’origine de tous les cultes/VI

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


CHAPITRE VI.

Explication des voyages d’Isis ou de la Lune, honorée sous ce nom en Égypte.




La Lune fut associée par les anciens Égyptiens au Soleil, dans l’administration universelle du Monde, et c’est elle qui joue le rôle d’Isis dans la fable sacrée, connue sous le titre d’histoire d’Osiris et d’Isis. Les premiers hommes qui habitèrent l’Égypte, nous dit Diodore de Sicile, frappés du spectacle des cieux et de l’ordre admirable du Monde, crurent apercevoir dans le ciel deux causes premières et éternelles, ou deux grandes Divinités, et ils appelèrent l’une d’elles ou le Soleil, Osiris ; et l’autre, ou la Lune, Isis. La dénomination d’Isis, donnée à la Lune, est confirmée par Porphyre et par d’autres auteurs : d’où nous tirons une conséquence nécessaire : c’est que les courses d’Isis ne sont que les courses de la Lune ; et comme les champs de l’Olympe sont ceux qu’elle parcourt dans sa révolution de chaque mois, c’est là que nous placerons la scène de ses aventures, et que nous la ferons voyager. Cette conclusion est justifiée par le passage de Chérémon, que nous avons cité plus haut, où ce savant égyptien nous dit que les Égyptiens expliquaient la fable d’Osiris et d’Isis, ainsi que toutes les fables sacrées, par les apparences célestes, par les phases de la Lune, par les accroissements et les diminutions de sa lumière, par les divisions du temps et du Ciel en deux parties, par les paranatellons ou par les astres qui se lèvent ou se couchent en aspect avec les signes. C’est d’après ce principe que nous avons expliqué le poème des douze travaux : ce sont les mêmes principes que nous suivrons dans l’explication de la légende d’Isis ; dont nous offrirons aussi le tableau comparatif, avec ceux que présente le Ciel depuis le moment où le Soleil a quitté notre hémisphère, et laissé à la Lune, alors pleine, l’empire des longues nuits, jusqu’au moment où il repasse dans nos climats.

Prenons donc Isis à l’époque de la mort de son époux, et suivons ses pas, depuis l’instant qu’elle en est privée, jusqu’à ce qu’il lui soit rendu, et qu’il revienne des enfers, ou pour parler sans figure, depuis le moment où le Soleil a passé dans les régions australes ou inférieures du Monde, jusqu’à ce qu’il repasse en vainqueur dans les régions boréales ou dans l’hémisphère supérieur.

Plutarque suppose qu’Osiris, après ses voyages, étant de retour en Égypte, fut invité à un repas par Typhon, son frère et son rival. Celui-ci lui donna la mort et jeta son corps dans le Nil. Le Soleil, dit Plutarque, occupait alors le signe du Scorpion, et la Lune était pleine ; elle était donc dans le signe opposé au Scorpion, c’est-à-dire, au Taureau, qui prêtait ses formes au Soleil équinoxial printanier ou à Osiris ; car à cette époque éloignée, le Taureau était le signe qui répondait à l’équinoxe du printemps. Aussitôt qu’Isis fut informée de la mort de l’infortuné Osiris, que tous les Anciens ont dit être le même dieu que le Soleil, et qu’elle eut appris que le génie des ténèbres l’avait enfermé dans un coffre, elle se mit à la recherche de son corps. Incertaine sur la route qu’elle doit tenir, inquiète, agitée, le cœur déchiré par la douleur, en habits de deuil, elle interroge tous ceux qu’elle rencontre ; de jeunes enfants lui apprennent que le coffre qui contient le corps de son époux, a été porté par les eaux jusqu’à la mer, et de là à Biblos, où il s’était arrêté ; qu’il reposait mollement sur une plante qui tout-à-coup avait poussé une superbe tige. Le coffre en fut tellement enveloppé, qu’il semblait ne faire qu’un avec elle. Le roi du pays, étonné de la beauté de l’arbuste, le fit couper, et en fit une colonne pour son palais, sans s’apercevoir du coffre qui s’était uni et incorporé avec le tronc. Isis, instruite par la renommée, et poussée comme par un instinct divin, arrive à Biblos : baignée de larmes, elle va s’asseoir près d’une fontaine, où elle reste dans un état d’accablement, sans parler à personne, jusqu’à ce qu’elle vit arriver les femmes de la reine. Elle les salue honnêtement, et retrousse leur chevelure, de manière à y répandre, ainsi que partout leur corps, l’odeur d’un parfum exquis. La reine ayant appris de ses femmes ce qui venait de se passer, et sentant l’odeur admirable de l’ambroisie, voulut connaître cette étrangère. Elle invite Isis à venir dans son palais, et s’attacher à sa personne ; elle en fait la nourrice de son fils. Isis met le doigt au lieu du bout de sa mamelle, dans la bouche de cet enfant, et brûle pendant la nuit toutes les parties mortelles de son corps ; en même temps elle se métamorphose elle-même en hirondelle, voltige autour de la colonne, et fait retentir l’air de ses cris plaintifs, jusqu’à ce que la reine, qui l’avait observée, voyant brûler son fils, vint à pousser un cri aigu. Ce cri rompit le charme qui devait donner à l’enfant l’immortalité. La déesse alors se fit connaître, et demanda que la colonne précieuse lui fût donnée. Elle en retira facilement le corps de son époux, en dégageant le coffre du bois qui le recouvrait : elle le voila d’un léger tissu qu’elle parfuma d’essences ; elle remit au roi et à la reine cette enveloppe de bois étranger, qui fut déposée à Biblos dans le temple d’Isis. La déesse s’approcha ensuite du coffre, le baigna de ses larmes, et poussa un cri si perçant que le plus jeune des fils du roi en mourut de frayeur. Isis emmena l’aîné avec elle, et, emportant le coffre chéri, elle s’embarqua ; mais un vent un peu violent s’étant élevé sur le fleuve Phœdrus, vers le matin, elle le fit tout-à-coup tarir. Elle se retire à l’écart ; se croyant seule, elle ouvre le coffre, et collant sa bouche sur celle de son époux, elle le baise et l’arrose de ses larmes. Le jeune prince qu’elle avait emmené, s’étant avancé par derrière à petit bruit, épiait sa conduite. La déesse s’en aperçoit, se retourne brusquement, et lance sur lui un regard si terrible, qu’il en meurt d’effroi. Elle se rembarque, et retourne en Égypte auprès d’Orus son fils, qu’on élevait à Butos, et elle dépose le corps dans un lieu retiré. Typhon étant allé la nuit à la chasse, trouve le coffre, reconnaît le cadavre, et le coupe en quatorze morceaux, qu’il jette çà et là. La déesse l’ayant vu, vint rassembler ces lambeaux épars ; elle les enterra chacun dans le lieu où elle les trouva. De toutes les parties du corps d’Osiris, les parties de la génération furent les seules qu’Isis ne put retrouver. Elle y substitua le Phallus, qui en fut l’image, et qui fut consacré dans les mystères.

Peu de temps après, Osiris revint des enfers au secours d’Orus son fils, et le mit en état de le venger. Il lui donna pour monture, les uns disent le cheval, les autres le loup. Typhon fut vaincu : Isis le laissa échapper. Orus en fut indigné, et ôta à sa mère son diadème ; mais Mercure lui donna en place un casque à forme de tête de taureau.

Voilà le précis de la légende égyptienne sur Isis, qui n’est parvenue jusqu’à nous que très-mutilée, et qui a dû faire partie d’un poème sacré sur Osiris, Isis et Typhon leur ennemi. Malgré les lacunes immenses qui se trouvent dans cette histoire allégorique, il ne nous sera pas difficile de reconnaître une correspondance parfaite entre les traits principaux qui nous restent de cette ancienne fable sacrée, et les tableaux qu’offre le Ciel dans les différentes époques du mouvement des deux grands astres qui règlent le cours des saisons, la marche périodique de la végétation et du temps, et la succession des jours et des nuits. Nous allons, comme dans le poëme sur Hercule, faire le rapprochement de ces divers tableaux, tant de ceux que présente la fable, que de ceux qu’offre le ciel. Nous les fixerons à douze.


TABLEAUX COMPARATIFS


Tableaux célestes Tableaux de la légende
Premier tableau céleste.

Le scorpion, signe qu’occupe le Soleil au moment de la mort d’Osiris, a pour paranatellons ou astres qui se lèvent et se couchent en aspect avec lui, les serpents, qui fournissent à Typhon ses attributs. À cette division céleste répond, par son coucher, Cassiopée, reine d’Éthiopie, qui annonce en automne les vents impétueux.
Premier tableau de la légende.

Osiris est mis à mort par Typhon, son rival, génie ennemi de la lumière. Cet événement arrive sous le scorpion. Typhon associe à sa conspiration une reine d’Éthiopie, laquelle nous dit Plutarque, désigne les vents violents.
Second tableau céleste.

Le Soleil s’unit alors au serpentaire qui, suivant tous les auteurs, est le même qu’Esculape, et qui prête ses formes à cet astre dans son passage aux signes inférieurs, où il devient Sérapis et Pluton.
Second tableau de la légende.

Osiris descend au tombeau ou aux enfers. C’est alors, suivant Plutarque, qu’il devient Sérapis, le même dieu que Pluton et qu’Esculape.
Tableaux célestes Tableaux de la légende
TROISIÈME TABLEAU CÉLESTE

Au moment où le Soleil descend aux signes inférieurs, et où il répond au dix-septième degré du scorpion, époque à laquelle on fixe la mort d’Osiris, la Lune se trouve pleine au taureau céleste. C’est dans ce signe qu’elle s’unit au Soleil du printemps, lorsque la Terre reçoit du Ciel sa fécondité, et lorsque le jour reprend son empire sur les longues nuits. Le taureau, opposé au lieu du Soleil, entre dans le cône d’ombre que projette la Terre, et qui forme la nuit, avec laquelle monte et descend le taureau, qu’elle couvre de son voile durant tout son séjour sur l’horizon.
TROISIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Ce jour-là même Isis pleure la mort de son époux, et dans la cérémonie lugubre qui tous les ans retenait cet événement tragique, on promenait en pompe un bœuf doré, couvert d’un crêpe noir, et l’on disait que ce bœuf était l’image d’Osiris, c’est-à-dire, Apis, symbole du taureau céleste, suivant Lucien. On y exprimait le deuil de la Nature, que l’éloignement du Soleil privait de sa parure, ainsi que de la beauté du jour qui allait céder sa place au dieu des ténèbres ou des longues nuits. On y pleurait, ajoute Plutarque, la retraite des eaux du Nil et la perte de tous les bienfaits du printemps et de l’été.
QUATRIÈME TABLEAU CÉLESTE

La Lune va régler désormais seule l’ordre de la Nature. Tous les mois, son disque plein et agrandi nous présente dans chacun des signes supérieurs une image du Soleil, qu’elle n’y trouve plus, et dont elle tient la place pendant la nuit, sans avoir ni sa lumière ni sa chaleur féconde. Elle est pleine dans le premier mois d’automne, au signe dans lequel, à l’équinoxe du printemps, Osiris avait placé le siège de sa fécondité, signe consacré à la Terre, tandis que le Soleil occupe le scorpion, signe consacré à l’élément de l’eau.
QUATRIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Les Égyptiens, le premier jour qui suivait cette mort, allaient à la mer pendant la nuit. Là ils formaient, avec de la terre de l’eau, une image de la Lune, qu’ils paraient, et ils criaient qu’ils avaient retrouvé Osiris. Ils disaient que la terre et l’eau, dont ils composaient cette image, représentaient ces deux Divinités. Osiris et Isis, ou le Soleil et la Lune : allusion faite, sans doute, à la nature des éléments qui présidaient aux signes où ces deux astres se trouvaient alors.
CINQUIÈME TABLEAU CÉLESTE

Le taureau, où répond le cône d’ombre de la Terre, désigné sous l’emblème d’un coffre ténébreux, et occupé par la Lune pleine, avait sous lui le fleuve d’Orion, appelé Nil, et au-dessus Persée, dieu de Chemmis, ainsi que la constellation du cocher, qui porte la chèvre et ses chevreaux. Cette chèvre s’appelle la femme de Pan, et elle fournissait à ce dieu ses attributs.
CINQUIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Le coffre qui renferme Osiris est jeté dans le Nil. Les Pans et les Satyres, qui habitaient aux environs de Chemmis, s’aperçurent les premiers de cette mort ; ils l’annoncèrent par leurs cris, et ils répandirent partout le deuil et l’effroi.
SIXIÈME TABLEAU CÉLESTE

La pleine Lune suivante arrive dans le signe des gémeaux, où sont peints deux enfants qui président aux oracles de Didyme, et dont l’un s’appelle Apollon, dieu de la divination.
SIXIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Isis, avertie de la mort de son époux, voyage pour chercher le coffre qui renferme son corps. Elle rencontre d’abord des enfants qui avaient vu le coffre ; elle les interroge ; elle en reçoit des renseignements, et elle leur accorde le don de la divination.
SEPTIÈME TABLEAU CÉLESTE

La pleine Lune qui vient après, a lieu au cancer, domicile de cette planète. Les constellations en aspect avec ce signe, et qui se couchent à son lever, sont la couronne d’Ariane, princesse avec laquelle coucha Bacchus, l’Osiris égyptien ; le chien Procyon et le grand chien, dont une étoile se nomme étoile d’Isis. Le
Septième tableau de la légende

Isis apprend qu’Osiris a, par erreur, couché avec sa sœur. Elle en trouve la preuve dans une couronne qu’il a laissée chez elle. Il en était né un enfant qu’elle cherche à l’aide de ses chiens ; elle le trouve, l’élève et se l’attache : c’est Anubis son fidèle gardien.
Tableaux célestes Tableaux de la légende
grand chien lui-même fut révéré sous le nom d’Anubis en Égypte.
HUITIÈME TABLEAU CÉLESTE

La Lune du mois suivant se trouve pleine dans le signe du lion, domicile du Soleil ou d’Adonis, dieu adoré à Biblos. Les astres en aspect avec ce signe sont le fleuve du verseau et le Céphée, roi d’Éthiopie, appelé Régulus, ou simplement le roi. À sa suite se lève Cassiopée, sa femme ou reine d’Éthiopie ; Andromède, sa fille, et Persée, son gendre.
HUITIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Isis se transporte à Biblos, et se place près d’une fontaine, où elle est rencontrée par des femmes de la cour du roi. La reine et le roi veulent la voir : elle est amenée à la cour, et on lui propose l’emploi de nourrice du fils du roi. Isis accepte la place.
NEUVIÈME TABLEAU CÉLESTE

La Lune qui suit est pleine au signe de la vierge, appelée aussi Isis par Erathosthène. On y peignait une femme allaitant un enfant. En aspect avec ce signe se trouvent le mât du vaisseau céleste et le poisson à tête d’hirondelle.
NEUVIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Isis devenue nourrice allaite l’enfant pendant la nuit ; elle brûle toutes les parties mortelles de son corps, puis elle est métamorphosée en hirondelle. On

la voit s’envoler, et se placer près d’une grande colonne qui s’était formée tout-à-coup d’une très petite tige, à laquelle tenait le coffre qui renfermait son époux.

DIXIÈME TABLEAU CÉLESTE

Sur les divisions qui séparent le signe de la vierge, que quitte la Lune, de celui de la balance, où elle va devenir pleine, se trouvent placés le vaisseau, et le Bootès qu’on dit avoir nourri Orus. Au couchant est le fils ou le gendre du Roi d’Éthiopie, Persée, ainsi que le fleuve d’Orion. Les autres astres en aspect avec la balance, et qui montent à sa suite, sont le porc d’Érymanthe ou l’ourse céleste, nommé le chien de Typhon ; le dragon du pôle le fameux Python, qui fournit à Typhon ses attributs. Voilà le cortège dont se trouve entourée la pleine Lune de la balance ou du dernier des signes supérieurs : elle va précéder la Néoménie du printemps, qui aura lieu au taureau, dans lequel le Soleil ou Osiris doit se réunir à la Lune, ou à Isis, son épouse.
DIXIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Isis ayant trouvé le coffre qui contient le corps de son époux, quitte Byblos ; elle monte un vaisseau avec le fils aîné du roi et dirige sa route vers Boutos, où était le nourricier d’Horus. Elle dessèche le matin un fleuve d’où s’élevait un vent trop fort. Elle dépose à l’écart le coffre précieux ; mais ce coffre est découvert par Typhon, qui chassait au clair de la pleine Lune, et qui poursuivait un porc ou un sanglier. Il reconnaît le cadavre de son rival, et il le coupe en autant de parties qu’il y avait de jours depuis cette pleine Lune jusqu’à la nouvelle ; cette circonstance, dit Plutarque, fait allusion à la diminution successive de la lumière lunaire, pendant les quatorze jours qui suivent la pleine Lune.
ONZIÈME TABLEAU CÉLESTE

La Lune au bout de quatorze jours, arrive au taureau, et s’unit au Soleil, dont elle va rassembler les feux sur son disque, pendant les autres quatorze jours qui vont suivre. Elle se trouve alors en conjonction tous les mois avec lui dans la partie supérieure des signes, c’est-à-dire dans l’hémisphère où le Soleil, vainqueur des ténèbres et de l’hiver, rapporte la lumière, l’ordre et l’harmonie. Elle emprunte de lui la force qui va détruire les germes du mal que Typhon, pendant l’absence d’Osiris ou dans l’hiver, a mis dans la partie boréale de la Terre. Ce passage du Soleil au taureau, lorsqu’il revient des enfers ou de l’hémisphère inférieur, est marqué par le lever du soir, du cheval, du centaure et du loup, et par le
ONZIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Isis rassemble les quatorze morceaux du corps de son époux ; elle leur donne la sépulture, et consacre le Phallus, que l’on promenait en pompe aux fêtes du printemps, connues sous le nom de Paamyhes. C’était à cette époque que l’on célébrait l’entrée d’Osiris dans la Lune. Osiris alors était revenu des enfers au secours d’Orus, son fils, et d’Isis, son épouse, à qui il unit ses forces contre Typhon ou contre le chef des ténèbres : la forme sous laquelle il apparaît est le loup, suivant les uns, le cheval, suivant les autres.
Tableaux célestes Tableaux de la légende
coucher, appelée astre d’Orus. Ce dernier se trouve, tous les jours suivants, uni au Soleil printanier, dans son triomphe sur les ténèbres et sur Typhon qui

les produit.

DOUZIÈME TABLEAU CÉLESTE

L’année équinoxiale finit au moment où le Soleil et la Lune se trouvent réunis avec Orion ou avec l’astre d’Orus constellation placée sous le taureau, et qui s’unit à la Néoménie du printemps. La nouvelle Lune se rajeunit dans le taureau, et peu de jours après elle se montre sous la forme du croissant, dans le signe suivant, ou aux gémeaux, domicile de Mercure. Alors Orion, uni au Soleil, précipite le scorpion son rival dans les ombres de la nuit ; car il se couche toutes les fois qu’Orion monte sur l’horizon. Le jour prolonge sa durée, et les germes de mal sont peu à peu détruits. C’est ainsi que le poète Nonnus nous peint Typhon vaincu à la fin de l’hiver, lorsque le Soleil arrive au taureau, et qu’Orion monte aux cieux avec lui, car ce sont ses expressions.
DOUZIÈME TABLEAU DE LA LÉGENDE

Isis, pendant l’absence de son époux, avait rejoint le terrible Typhon lorsqu’elle déposa le coffre dans le lieu où se trouvait son ennemi. Ayant enfin trouvé Osiris dans le moment où celui-ci se disposait à combattre Typhon, elle est privée de son ancien diadème par son fils ; mais elle reçoit de Mercure un casque en forme de tête de taureau. Alors Orus, sous les traits et dans l’attitude d’un guerrier redoutable, tel qu’on peint Orion ou l’astre d’Orus, combat et défait son ennemi, qui avait attaqué son père sous la forme du dragon du pôle ou du fameux Python. Ainsi dans Ovide, Apollon défait le même Python au moment où Io, devenue ensuite Isis, reçoit les faveurs de Jupiter, qui la place ensuite au signe céleste du taureau. Toutes ces fables se tiennent et ont le même objet.


Une correspondance aussi complète, et qui porte sur tant de points de ressemblance entre les tableaux de cette allégorie et ceux du Ciel, et qui se soutient d’un bout à l’autre, quelque mutilée que soit cette légende ou cette histoire sacrée, ne permet pas de douter que le prêtre astronome qui l’a composée n’ait fait autre chose que décrire les courses de la Lune dans les cieux, sous le titre de courses d’Isis, surtout quand on sait qu’Isis est le nom que l’on donnait à la Lune en Égypte. En effet, il faudrait soutenir qu’Isis n’est pas la Lune, ce qu’on ne peut pas dire ; ou prétendre qu’Isis étant la Lune, les courses d’Isis ne sont pas celles de la Lune, ce qui impliquerait contradiction ; ou enfin suivre ailleurs qu’au ciel et que parmi les constellations, les courses de cet astre. Nous n’avons fait, dans notre explication, que mettre en usage la méthode que nous indique Chérémon pour décomposer les fables sacrées, et nommément celle d’Osiris et d’Isis, qu’il dit être relative aux accroissements et aux diminutions de la lumière de la Lune à l’hémisphère supérieur et inférieur, et aux astres en aspect avec les signes, autrement appelés paranatellons. Ce sont les savants d’Égypte qui nous ont eux-mêmes tracé la route que nous avons suivie dans notre explication. Voilà donc une ancienne reine d’Égypte et un ancien roi, dont les aventures feintes ont été décrites sous la forme d’histoire, et qui pourtant, comme l’Hercule des Grecs, ne sont que des êtres physiques et les deux principaux agents de la Nature. On doit juger, par ces exemples, du caractère allégorique de l’antiquité, et combien on doit être en garde contre les traditions, qui mettent les êtres physiques au nombre des êtres historiques.

Il est important de ne pas perdre de vue qu’on écrivait autrefois l’histoire du Ciel ; et du Soleil principalement, sous la forme d’une histoire d’hommes, et que le peuple, presque partout, l’a prise pour de l’histoire, et le héros pour un homme. L’erreur fut d’autant plus facile à accréditer, qu’en général les prêtres firent tout ce qui était en eux pour persuader au peuple que les dieux qu’il adorait, avaient vécu, et avaient été des princes, des législateurs, ou des hommes vertueux qui avaient bien mérité de l’humanité, soit qu’on voulût par là donner des leçons aux chefs des peuples, en leur enseignant qu’ils ne pouvaient aspirer à la même gloire qu’en imitant les anciens chefs des sociétés ; soit qu’on cherchât à donner un encouragement à la vertu du peuple, en lui persuadant que le sceptre autrefois avait été le prix des services rendus à la patrie, et non pas le patrimoine de quelques familles. On montrait les tombeaux des dieux, comme s’ils eussent existé réellement ; l’on célébrait des fêtes, dont le but semblait être de renouveler tous les ans le deuil qu’avait occasionné leur perte. Tel était le tombeau d’Osiris, couvert sous ces masses énormes, connues sous le nom de pyramides, que les Égyptiens élevèrent à l’astre qui nous dispense la lumière. Une d’elles a ses quatre faces qui regardent les quatre points cardinaux du Monde. Chacune des faces a cent dix toises à la base, et les quatre forment autant de triangles équilatéraux. La hauteur perpendiculaire est de soixante-dix-sept toises, suivant les mesures données par Chazelles, de l’Académie des sciences. Il résulte de ces dimensions, et de la latitude sous laquelle cette pyramide est élevée, que quatorze jours avant l’équinoxe de printemps, époque précise à laquelle les Perses célébraient le renouvellement de la Nature, elle devait cesser de rendre des ombres à midi, et qu’elle n’en projetait plus que quatorze jours après celui d’automne. Donc le jour ou le Soleil se trouvait dans le parallèle ou dans le cercle de déclinaison australe, qui répond à cinq degrés quinze minutes ; ce qui arrivait deux fois l’an, une fois avant l’équinoxe de printemps, et l’autre après celui d’automne ; cet astre paraissait exactement à midi, sur le sommet de la pyramide. Alors son disque majestueux semblait quelques instants placé sur cet immense piédestal, et s’y reposer, tandis que ses adorateurs, agenouillés au pied, prolongeant leur vue le long du plan incliné de la face boréale de la pyramide, contemplaient le grand Osiris, soit qu’il descendît dans l’ombre du tombeau, soit qu’il en sortît triomphant. J’en dirai autant de la pleine Lune des équinoxes, lorsqu’elle avait lieu dans ce parallèle.

Il semblerait que les Égyptiens, toujours grands dans leurs conceptions, eussent exécuté le projet le plus hardi qui fût jamais imaginé, celui de donner un piédestal au Soleil et à la Lune, ou à Osiris et à Isis, à midi pour l’un et à minuit pour l’autre, lorsqu’ils arrivaient dans la partie du Ciel, près de laquelle passe la ligne qui sépare l’hémisphère boréal de l’hémisphère austral, l’empire du bien de celui du mal, celui de la lumière de celui des ténèbres. Ils voulurent que l’ombre disparût de dessus toutes les faces de la pyramide à midi, durant tout le temps que le Soleil séjournerait dans l’hémisphère lumineux, et que la face boréale se recouvrît d’ombre lorsque la nuit commencerait à reprendre son empire dans notre hémisphère, c’est-à-dire, au moment où Osiris descendrait au tombeau et aux enfers. Le tombeau d’Osiris était couvert d’ombres à peu près six mois, après quoi la lumière l’investissait tout entier à midi, dès qu’Osiris, revenu des Enfers, reprenait son empire en passant dans l’hémisphère lumineux. Alors il était rendu à Isis et au dieu du printemps, Orus, qui avait enfin vaincu le génie des ténèbres et des hivers. Quelle idée sublime ! Au centre de la pyramide est un caveau qu’on dit être le tombeau d’un ancien roi. Ce roi, c’est l’époux d’Isis, le fameux Osiris, ce roi bienfaisant que le peuple croyait avoir régné autrefois sur l’Égypte, tandis que les prêtres et les savants voyaient en lui l’astre puissant qui gouverne le Monde et l’enrichit de ses bienfaits. Et en effet eût-on jamais fait une aussi grande dépense si ce tombeau n’eût pas été censé conserver les restes précieux d’Osiris, que son épouse avait recueillis, et qu’elle confia, dit-on, aux prêtres, pour être enterrés en même temps qu’ils lui décernèrent les honneurs divins ? Peut-on lui supposer un autre objet chez un peuple qui n’épargnait rien pour donner de la pompe et de la magnificence au culte, et dont le plus grand luxe était le luxe religieux ? C’est ainsi que les Babyloniens, qui adoraient le Soleil sous le nom de Bélus, lui élevèrent aussi un tombeau que cachait une immense pyramide ; car dès qu’on eut personnifié l’astre puissant qui anime la nature, et que dans les fictions sacrées on l’eut fait naître, mourir et ressusciter, le culte imitatif, qui cherchait à retracer ses aventures, plaça des tombeaux à côté de ses temples. Ainsi, l’on montrait celui de Jupiter en Crète ; du Soleil Christ, en Palestine ; de Mithra, en Perse ; d’Hercule à Cadix ; du Cocher, de l’Ourse céleste, de Méduse, des Pléiades, etc., en Grèce. Ces différents tombeaux ne prouvent rien pour l’existence historique des personnages feints auxquels l’esprit mystique des Anciens les a consacrés. On montrait aussi le lieu où Hercule s’était brûlé, et nous avons fait voir qu’Hercule n’était que le Soleil personnifié dans les allégories sacrées ; de même que nous avons montré que les aventures de la reine Isis appartenaient à la Lune, chantée par ses adorateurs. Nous allons encore voir d’autres exemples du génie allégorique des Anciens, dans lesquels le Soleil est personnifié et chanté sous le nom d’un héros bienfaisant. Tel est le fameux Bacchus des Grecs ou l’Osiris égyptien.