Abrégé du dictionnaire grec-français/Γ

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Β
Δ  ►

Γ, γ (γάμμα, v. ce mot) gamma, 3e lettre de l’alphabet grec. Comme chiffre γ’ = 3, = 3000.

γ’ par élis. p. γε.

Γαβηνοί, ῶν (οἱ) habitants de Gabes, ville de Sogdiane.

Γάβιοι, ων (οἱ) = lat. Gabii, Gabies, ville du Latium.

γάγγαμον, ου (τὸ) petit filet rond ; fig. filet, lien (de la servitude).

Γάδειρα, ων (τὰ) Gadeires, ville de Bétique en Espagne (auj. Cadix).

Γαδειραῖος πορθμός () le passage de Gadeires (auj. détroit de Gibraltar) [Γάδειρα].

Γαδειρικός, ή, όν, de Gadeires [Γάδειρα].

γαῖα, ας () poét. c. γῆ.

Γαῖα, ης, , αν, voc. α () Gæa, c. à d. la Terre personnifiée [v. le préc.]

γαίη, ion. c. γαῖα.

γαιήϊος, ος, ον, né de la terre [γαίη].

γαιή·οχος, ος, ον : 1 qui embrasse la terre (Poséidôn) ; subst. le dieu qui embrasse la terre (Poséidôn) || 2 qui protège le pays (Zeus, Artémis) [γαίη, ἔχω].

γαίω, seul. part. prés. dans la locut. κύδεϊ γαίων, Il. fier de sa force toute-puissante [R. Γαϝ, se réjouir].

γάλα, gén. γάλακτος (τὸ) lait [pour *γλακτ-, *γλακτός ; cf. lat. lac, anc. lat. lact ; gén. lactis = *glact, *glactis].

γαλα·θηνός, ή, όν, qui tête encore, c. à d. tout jeune, tendre, délicat [γάλα, R. Θα ou Θη, sucer, téter]

γαλακτο·ειδής, ής, ές, semblable à du lait [γ. εἶδος].

γαλακτόομαι-οῦμαι, se transformer en lait, devenir laiteux [γάλα].

γαλακτο·πότης, ου () buveur de lait [γάλα, R. Πο, boire, v. πίνω].

γαλακτουχέω-ῶ, avoir du lait, en parl. d’une femme [γάλα, ἔχω]

γαλάνα, γαλάνεια, dor. c. γαλήνη, *γαλήνεια.

γαλαξίας, ου, adj. m. de lait, lacté : ὁ γ. κύκλος, Plut. la voie lactée (litt. le cercle lacté)

Γαλάται, v. Γαλάτης.

Γαλάτης, ου : I adj. m. de Galatie, Galate || II subst. οἱ Γαλάται : 1 les Gaulois en gén. (de la Gaule transalpine et de la Gaule cisalpine) appelés collectiv. Γ. ἑσπέριοι, Gaulois de l’Occident || 2 les Galates ou Gaulois d’Asie Mineure : Γ. ἑῷοι, Gaulois de l’Orient.

Γαλατία, ας () 1 Galatie, contrée d’Asie Mineure || 2 Gaule (transalpine et cisalpine) [Γαλάτης]

Γαλατικός, ή, άν, de Galatie ou de Gaule.

γαλε·αγκών, ῶνος (, ) aux bras courts.

γαλέη, ης, par contr. γαλῆ, ῆς () 1 belette || 2 p. anal. mustèle, poisson de mer.

γαλεώτης, ου () sorte de lézard moucheté.

γαλῆ, v. γαλέη.

*γαλήνεια, dor. γαλάνεια, ας () c. γαλήνη.

γαλήνη, ης () calme de la mer ; γαλήνην ἐλαύνειν, Od. sillonner une mer calme ; fig. calme ou sérénité

γαληνός, ός, όν, calme, serein [cf. γαλήνη].

Γαλλία, ας () = lat. Gallia, la Gaule ; αἱ Γαλλίαι, les Gaules (transalpine et cisalpine) [cf. Γαλατία, nom grec usuel de la Gaule].

γαλόως, att. γάλως () belle-sœur, sœur du mari [cf. lat. glōs ; l’α introduit en grec par résonance du λ.

γαμβρός, οῦ () tout parent par alliance : 1 gendre, beau-fils || 2 beau-frère, c. à d. mari de la sœur ou frère de la femme || 3 beau-père [pour *γαμ-ρός, *γαμερός, de. γα- μέω]

γαμετή, ής () femme légitime, épouse [auj. verb. de γαμέω].

γαμέτης, ου () époux, mari [γαμέω].

γαμέω-ῶ (impf. ἐγάμουν, f. γαμῶ, poster. γαμήσω, ao. ἔγημα, poster. ἐγάμησα, pf. γεγάμηκα ; pass. fut. réc. γαμηθήσομαι, ao. ἐγαμέθην, réc. ἐγαμήθην, pf. γεγάμημαι) se marier, en parl. de. l’homme, d’où : 1 épouser, prendre pour femme (lat. ducere uxorem) acc. : γάμον γαμεῖν, Eschl. contracter mariage ; τὀν τινος γάμον γ. Eur. contracter mariage avec qqn ; γ. λέκτρα βασιλέως, Eur. épouser la fille du roi ; rar. avec double acc. : γάμους τοὺς πρώτους ἐγάμεε (ion.) Κύρου δύο θυγατέρας, Hdt. en premières noces il épousait deux filles de Cyrus ; γ. ἀπό τινος ou ἔκ τινος, prendre une femme dans la famille de qqn ; direct. avec un gén. Ἀδρήστοιο δ’ ἔγημε θυγατρῶν, Il. il épousa une des filles d’Adrestos ; au pass. être prise comme femme, être épousée || 2 prendre pour compagne, en gén., sans idée de mariage || 3 ironiq. en parl. de la femme : γαμοῦσα σε, Eur. en t’épousant (Médée exprime ainsi son mépris pour Jason) || Moy. (γαμέομαι-οῦμαι ; fut. γαμοῦμαι, poster. γαμήσομαι ; ao. ἐγημάμην) 1 intr. se marier, en parl. de la femme, prendre pour époux, se donner en mariage (lat. nubere) : τινι, à qqn || 2 tr. en parl. des parents, marier sa fille, donner sa fille pour femme : τινι, à qqn [γάμος].

γαμήλευμα, ατος (τὸ) c. γάμος [γαμήλιος].

γαμήλιος, ος, ον, nuptial [γαμέω].

γαμητέον, adj. verb. de γαμέω.

γαμικός, ή, όν, qui concerne le mariage ; τἁ γαμικά, Thc. mariage, noces [γάμος].

γάμμα (τὸ) indécl. gamma, 3e lettre de l’alphabet grec [v. Γ, γ]

γαμο·δαίσια, ων (τὰ) s. e. ἱερά, cérémonie nuptiale [γάμος, δαίω].

γάμος, ου () I union, d’où : 1 union légitime, mariage : εἰς γάμον τινὸς ἐλθεῖν, Eur. épouser qqn ; ἄγειν τινὰ ἐπὶ γάμῳ, Xén. ou πρὸς γάμον, Plut. m. sign., litt. emmener une femme pour l’épouser ; souv. au plur. (cf. lat. nuptiæ) || 2 union, relations intimes, sans idée de mariage || II fêtes d’un mariage, noces : γάμον τεύχειν, Od. ou ἀρτύειν, Od. préparer la célébration d’un mariage ; particul. festin pour un mariage, repas de noces : γάμον δαινύναι, Od. faire un repas de noces || III p. ext. synon. d’épouse [R. Γα, engendrer : v. γίγνομαι, γένος].

γαμφηλαί, ῶν (αἱ) mâchoires d’animal ou d’être fabuleux [*γάμπτω = κάμπτω, courber ; cf. γόμφος].

γαμψ·ῶνυξ, υχος (, ) aux serres ou aux griffes recourbées [γαμψός, recourbé, ὄνυξ].

*γανάεις, άεσσα, άεν, seul. plur. γανάεντες, qui fait resplendir, qui glorifie [γάνος].

γανάω-ῶ (seul. prés.) I intr. être brillant || II tr. faire briller, fig. glorifier, célébrer [γάνος].

γάννυμαι, forme réc. p. γάνυμαι.

γάνος, εος-ους (τὸ) éclat d’un liquide limpide et brillant, d’où aspect riant ou joyeux ; fig. joie, orgueil [γαίω, cf. γάνυμαι].

γανόω-ῶ (seul. prés. et ao. ἐγάνωσα ; pass. ao. ἐγανώθην, pf. γεγάνωμαι) faire briller, rendre luisant, polir [γάνος].

γανόωντα, γανόωντες, γανόωσαι (part. prés.) γανόωσι (3 pl. prés. ind.) épq. de γανάω.

γάνυμαι, briller de joie, être radieux, être joyeux : γ. φρένα, Il. être joyeux dans son cœur, avoir le cœur en joie ; γ. τινι, ἐπί τινι, τινος, être joyeux de qqe ch. [R. Γα, se réjouir ; cf. γαίω].

Γανυ·μήδης, εος-ους () Ganymèdès (Ganymède) échanson de Zeus [γάνος, μήδομαι].

γανύσσομαι, fut. épq. de γάνυμαι.

γάνωμα, ατος (τὸ) éclat, brillant [γανόω].

γανωσις, εως () action de rendre brillant [γανόω].

γά·ποτος, dor. c. γήποτος.

γάρ, conj. touj. placée après un mot, car, en effet : I 1 pour démontrer que ce qui vient d’être dit est naturel ou possible : Ζεύς πολλῶν πολιών κατέλυσε κάρηνα· τοῦ γὰρ κράτος ἐστὶ μέγιστον, Il. Zeus a renversé les faîtes de beaucoup de villes ; car sa puissance est très grande ; qqf. avant la propos. qu’elle explique : Ἀτρείδη, πολλοὶ γὰρ τεθνᾶσιν Ἀχαιοί, τῷ σε χρὴ πόλεμον παῦσαι, Il. fils d’Atrée, tant de Grecs sont morts déjà qu’il te faut cesser la guerre (litt. il te faut... car beaucoup de Grecs, etc.) ; dans ce cas, le sujet de la propos. principale devient qqf. par attract. le rég. de la propos. où se trouve γάρ : τῶν δὲ πᾶν γὰρ ἧν τὸ πλῆθος αὐτῶν μεταίτιον οὐκ ἐδέκοντο (pour οἱ δὲ, πᾶν γὰρ ἦν... οὐκ ἐδέκοντο), Hdt. ceux-ci, car toute la foule était leur complice, n’accueillaient pas, etc. ; τὴ δὲ κακῶς γὰρ ἔδεε γενέσθαι εἶπε (pour ἡ δὲ, κακῶς γὰρ..., εἶπε), Hdt. celle-ci, car il fallait qu’il lui arrivât malheur, dit, etc. ; τῶν δὲ Ἀθηναίων ἔτυχε γὰρ πρεσβεία ἐν τῇ Λακεδαίμονι παροῦσα, καὶ ὡς ᾔσθοντο (pour οἱ δὲ Ἀθηναίοι, ἔτυχε γὰρ πρεσβεία..., ὡς ᾔσθοντο) Thc. les Athéniens, car leur ambassade se trouvait justement à Lacédémone, apprenant que, etc. || 2 pour justifier une affirmation implicitement contenue dans ce qui vient d’être dit : ἐπιστευόμην ὑπὸ τῶν Λακεδαιμονίων· οὐ γὰρ ἄν με ἔπεμπον πάλιν πρὸς ὑμᾶς (s. e. εἰ μη ἐπὶστευον), Xén. j’avais la confiance des Lacédémoniens, car autrement ils ne m’auraient pas renvoyé auprès de vous ; οὔκουν ἀνάγκη ἐστί; — ἀνάγκη γὰρ, ἔφη, Xén. n’est-ce pas chose nécessaire ? Oui, en effet, dit-il, cela est nécessaire || II pour expliquer ce qu’on vient de faire entendre (γὰρ correspond alors au français : c’est que) : λεκτέα ἀ γιγνώσκω· ἔχει γὰρ ἡ χώρα πεδία κάλλιστα, Xén. je dois dire ce que je sais, c’est que le pays a des plaines magnifiques. En ce sens γὰρ est souvent annoncé par les locut. τὸ δὲ μέγιστον, ὁ δὲ μέγιστον ou δεινότατον, etc. : ὁ δὲ πάντων ἀδικώτατον ἔδοξε· τῶν γὰρ προγεγραμμένων ἠτίμωσεν υἰούς, Plut. ce qui parut le plus injuste de tout, c’est qu’il déclara infâmes les enfants des proscrits ; τούτου δὲ τεκμήριον τόδε γάρ, Hdt. en voici la preuve, c’est que, etc. ; de même, après les formules qui annoncent un avis, une explication, etc. (σκέψασθε δὲ, δῆλον δὲ, μαρτύριον δὲ, etc. examinez donc, cela est évident, et la preuve, etc.) || III pour tirer une sorte de conclusion de ce qui vient d’être dit ou indiqué, au sens du français donc, ainsi donc : ποιμὴν γὰρ ἦσθα; Soph. tu étais donc pâtre ? ὄλωλε γὰρ δύστηνος; Soph. l’infortuné est-il donc mort ? particul. dans les loc. τίς γάρ; τί γάρ; ἡ γάρ; etc. : τίς γάρ σε θεῶν ἐμοὶ ἄγγελον ἧκεν; Il. quel dieu t’a donc envoyée vers moi en messagère ? τί γάρ; Soph. quoi donc en effet ? c. à d. comment n’en serait-il pas ainsi ? cela doit être ; au contraire : πῶς γὰρ; πόθεν γάρ; Att. comment donc en effet (cela serait-il) ? c. à d. cela ne peut pas être, cela est impossible || Locutions : 1 ἁλλά γὰρ, mais en effet « mais (il n’en est pas ainsi), car », etc. ; ἁλλ’ οὐ γὰρ σ’ ἐθέλω βαλέειν λάθρῃ, ὀπιπτεύσας, Il. mais (ne crains pas), car je ne veux pas te frapper après t’avoir guetté en cachette || 2 γὰρ ἄρα, γὰρ ῥα, γὰρ δή, γὰρ νυ, oui certes, car (cela est) || 3 γάρ τε, et en effet || 4 γὰρ οὗν, car en vérité [γέ, ἄρα].

γαργαλής, ής, ές, chatouilleux.

Γαργήττιος, ου () habitant de Gargettos, dème att. de la tribu Ægide.

γαστήρ, gén. γαστρός () A ventre : I ventre au sens génér. || II ventre pour estomac (lat. venter) : βόσκειν γαστέρα, Od. nourrir (litt. repaître) son ventre, se nourrir ; γαστέρι νέκυν πενθῆσαι, Il. célébrer par un jeûne (litt. par le ventre) le deuil d’un mort ; p. ext. 1 synon. de envie de manger, appétit, faim : ἐν γαστρὸς ἀνάγκαις, Eschl. dans les nécessités de la faim ; γαστρὸς ἐγκρατής, Xén. qui maîtrise son appétit ; γαστρὸς ἥττων, Xén. esclave de sa gourmandise ; γαστρὶ δουλεύειν, χαρίσασθαι, être l’esclave de son ventre, complaire à son ventre || 2 synon. de nourriture, manger || III ventre pour sein, entrailles (lat. uterus) : τινὰ γαστέρι φέρειν, Il., ἐν γαστρὶ ἔχειν, Hdt. porter un enfant dans son sein || B p. anal. poche gonflée de chair préparée, boudin, saucisse [cf. lat. venter].

γάστρα, ας, ion. γάστρη, ης () panse d’un vase, vase pansu, marmite, bidon [γαστήρ].

γαστρίζω (f. ίσω) remplir le ventre || Moy. se remplir le ventre [γαστήρ].

γαστρι·μαργία, ας () gloutonnerie [γαστήρ, μάργος]

γάστρις, ιδος, adj. (, ) ventru [γαστήρ].

γαστρο·ειδής, ής, ές, en forme de ventre [γ. εἶδος].

γαστρο·κνημία, ας () le mollet (litt. la partie pansue de la jambe) [γαστήρ, κνήμη]

γαστρώδης, ης, ες, ventru [γαστήρ, -ωδής].

γαυλικός, ή, όν, de vaisseau marchand (cargaison) [γαῦλος].

γαῦλος, ου () vaisseau marchand phénicien de forme arrondie [orig. sémitique].

γαυλός, οῦ () vase ou panier arrondi, particul. 1 vase à traire le lait || 2 seau à puiser || 3 tasse, en gén.

γαυρίαμα, ατος (τὸ) orgueil, arrogance [γαυριάω].

γαυριάω (f. άσω) être fier, en parl. de chevaux : p. anal. en parl. de pers. : γ. τινι, ἐπί τινι, s’enorgueillir de qqe ch. [γαῦρος].

γαῦρος, ος, ον : 1 joyeux || 2 qui rayonne de joie ou d’orgueil, orgueilleux, fier ; τὰ γαῦρα, fierté, arrogance [R. Γαϝ se réjouir ; cf. γαίω et lat. gaudeo]

γαυρότης, ητος () fierté, orgueil [γαῦρος].

γαυρόω-ῶ, au moy. être fier [γαῦρος].

γδουπέω, épq. c. δουπέω.

γε, particule enclitique, marque : I une restriction, du moins : Διός γε διδόντος, Od. du moins Zeus le permet ; κατά γε τὸν σὸν λόγον, Xén. du moins à t’entendre dire || II une affirmation : 1 à la vérité (au sens de μέν), p. opp. à δέ : σὺ δ’ οὑ λέγεις γε, δρᾶς δέ, Eur. pour toi, tu ne parles pas à la vérité, mais tu agis || 2 certes, assurément, en vérité : οὐχ ὥς γε, Soph. non certes ainsi, certainement non ainsi, nullement ainsi à coup sûr ; ὥσπερ γ’ ἡ φάτις, Soph. comme εn fait (avait dit) l’oracle, exactement comme, etc. Dans ces constr. γε équivaut souv. à notre puisque (lat. quippe, quippe qui, etc.) ; οἱ γέ σου καθύβρισαν, Soph. eux qui en fait se sont joués de toi, c. à d. (il faudrait nous dérober aux Atrides) puisqu’ils se sont joués de toi ; ὁπότε γε, ἑπεί γε, ἐπειδή γε etc. puisque en vérité || 3 justement, précisément : φίλους τιθέντες τούς γε πολεμιωτάτους, Eur. nous rendant amis justement les plus acharnés de nos ennemis ; ποίου δὲ τούτου πλήν γ’ Ὀδυσσέως ἐρεῖς; Soph. de qui vas-tu me parler là sinon justement d’Ulysse ? || 4 et même, bien plus : παρῆσαν τινες καὶ πολλοί γε, Plat. ils étaient là qqes-uns et même beaucoup || III une conclusion : eh bien donc ! donc : δρᾶ γ’, εἴ τι δράσεις, Eur. si tu veux faire qqe chose (entreprendre une action mémorable), fais-le donc, ou fais-le tout de suite.

γέγαα, γεγάασι, 1 sg. et 3 pl. pf. poét. de γίγνομαι.

γεγαῶτα, -ῶτας, acc. sg. et plur. du part. pf. poét. (v. γέγαα) de γίγνομαι.

γεγένημαι, pf. de γίγνομαι.

γεγέννημαι, pf. pass. de γεννάω.

γέγηθα, v. γηθέω.

γέγονα, pf. de γίγνομαι.

γέγωνα, pf. 2 au sens d’un prés. d’où le prés. γεγωνέω-ῶ : 1 pousser des cris, crier ; ὅσσον τε γέγωνε βοήσας, Od. aussi loin qu’un homme peut se faire entendre en criant ; γ. τινι, parler en criant, s’adresser en criant à qqn || 2 se faire entendre en criant : οὖπως οἱ ἔην βώσαντι γεγωνεῖν, Il. malgré ses cris, il ne put parvenir à se faire entendre || 3 p. ext. parler, p. opp. à un bruit inarticulé : γ. τι, dire ou annoncer qqe ch. ; γ. τινί τι, dire ou annoncer qqe ch. à qqn [orig. inconnue].

γέγωνε, 3 sg. du pf. au sens d’un prés., ou de l’impf ou de l’ao., ou 2 sg. impér. du pf. au sens d’un prés. de γέγωνα.

γεγωνέμεν, inf. épq. de γέγωνα.

γεγωνευν, 1 sg. ou 3 pl. épq. impf. de γεγωνέω.

γεγωνέω-ῶ, c. γέγωνα.

γεγώνησις, εως () cri, vocifération [γεγωνέω].

γεγωνίσκω (seul. prés. et impf. ἐγεγώνισκον) crier ; avec un acc. annoncer à haute voix, proclamer [γέγωνα].

1 γεγωνός, neutre du partic. γεγωνώς.

2 γεγωνός, ός, όν, qui résonne d’un son clair, éclatant, sonore [γεγωνώς]

γεγωνώς, participe de γέγωνα.

γεγώς, ῶσα, ῶτες, formes du part. pf. contracte de γίγνομαι.

Γεδρωσία, ας () Gédrosie (auj. le Mékran dans le Béloutchistan) contrée d’Asie.

Γεδρώσιοι, ων (οἱ) les habitants de la Gédrosie.

γεη·πόνος, ος, ον, cultivateur [γῆ, πένομαι].

γεηρός, ά, όν, terrestre [γῆ].

γείνατο, 3 sg. poét. ao. du suiv.

γείνομαι : I pass. (seul. prés. et impf.) c. γίγνομαι, être engendré, naître || II Moy. (seul. ao. 1 ἐγεινάμην) : 1 engendrer, enfanter ; οἱ γεινάμενοι, les parents ; ἡ γεινάμενη, la mère || 2 faire naître, en parl. de Zeus [p. *γενϳομαι, de la R. Γεν ; cf. γίγνομαι].

γεῖσον ou γεῖσσον, ου (τὸ) parapet, créneau.

γειτνίασις, εως () le voisinage, les voisins [γειτνιάω]

γειτνιάω-ῶ (ao. ἐγειτνίασα) 1 être voisin de, dat. || 2 fig. n’être pas éloigné de, être analogue ou semblable à, dat. [γείτων]

γειτονεύω (f. εύσω) être voisin de, dat. [γείτων].

γειτονέω-ῶ (f. ήσω) c. le préc.

γειτόνημα, ατος (τὸ) voisinage d’un lieu, lieu voisin [γειτονέω].

γειτόνησις, εως () voisinage [γειτονέω].

γειτονία, ας () voisinage [γείτων].

γείτων, ων, ον, gén. όνος : I subst. voisin, voisine ; ἐν γειτόνων οἰκεῖν,Luc. habiter dans le voisinage || II adj. : 1 voisin (lieu, mer, ville, etc.) : τινός ou τινί, de qqn ou de qqe ch. || 2 fig. voisin, analogue ou semblable : ἐν γειτόνων εἶναι, Luc. être à peu près de même sorte.

γέλασα, ao. poét. de γελάω.

γελασείω (seul. prés.) avoir envie de rire [désidér. de γελάω].

γελάσιμος, ος, ον, risible, ridicule [γελάω].

γελασῖνος, ού () le rieur (Démocrite) [γελάω].

γέλασμα, ατος (τὸ) rire ; fig. pli, ride (sur la surface de l’eau) [γελάω]

γέλασσα, ao. épq. de γελάω.

γελαστής, οῦ () rieur [γελάω].

γελαστικός, ή, όν, porté à rire, rieur [γελάω].

γελαστός, ή, όν, risible, plaisant [γελάω].

γελάω-ῶ (impf. ἐγέλων, fut. γελάσομαι, poster. γελάσω, ao. ἐγέλασα, pf. inus. ; pass. f. γελασθήσομαι, ao. ἐγελάσθην, pf. seul. en compos.) I primit. briller ; γέλασσε (poét.) δὲ πᾶσα περὶ χθὼν χαλκοῦ ὑπὸ στεροπῆς, Il. toute la terre alentour resplendit de l’éclat étincelant de l’airain || II p. suite (à cause de la joie qui illumine le visage) rire ; γ. χειλεσιν Il. rire des lèvres, c. à d. d’un rire contraint ; avec un suj. de chose : εγελασσε δὲ οἱ φιλον ητορ, Il. et son cœur se réjouit (litt. fut riant) ; γ. Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/172 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/173 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/174 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/175 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/176 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/177 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/178 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/179 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/180 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/181 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/182 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/183 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/184