Amours et Haines (1869)/Le Gué

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Amours et HainesMichel Lévy frères, éditeurs (p. 69-70).
◄  La Falaise
Les Roses  ►


LE GUÉ.


Il fallait passer la rivière,
Nous étions tous deux aux abois.
J’étais timide, elle était fière,
Les tarins chantaient dans les bois.

Elle me dit : « J’irai derrière,
Mon ami, ne regardez pas. »
Et puis elle défit ses bas…
Il fallait passer la rivière.


Je ne regardai… qu’une fois,
Et je vis l’eau comme une moire
Se plisser sur ses pieds d’ivoire…
Nous étions tous deux aux abois.

Elle sautait de pierre en pierre,
J’aurais dû lui donner mon bras,
Vous jugez de notre embarras.
J’étais timide, elle était fière.

Elle allait tomber, — je le crois, —
J’entendis son cri d’hirondelle ;
D’un seul bond je fus auprès d’elle…
Les tarins chantaient dans les bois.