75%.png

Analyse du Kandjour/Gyut/07

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Léon Feer.
Texte établi par Musée Guimet, Paris (Tome 2p. 304-305).

VOLUME VII. — (Ja)

Sept ouvrages distincts :

1. Sarva Tathâgata kâija-vâk-citta (krṣna Yamâri nâma Tantra, tib. De-vjin-gçegs-pa thams-cad-kyi-sku-gsung-thugs-gçin-rje-gçed-nag-po-jes-bya-vahi-rgyud, དེ་བཞིན་གཞེགས་པ་ཐམས་ཅད་ཀྱི་སྐུ་གསུང་ཐུགས་གཞིན་རྗེ་གཞེད་ནག་པོ་ཞེས་བྱ་བའི་རྒྱུད (folios 1-29) : « La personne, la doctrine et la compassion de tous les Tathâgatas ». — Tantra appelé « le noir destructeur du Seigneur de la mort ». — La salutation est adressée à Arya Manjuçri Yamâri (tib. Hphags-pa-hjam-dpal-gçin-rje-gçed). Ce tantra fut prononcé par Bhagavat (tib. Com-dan-das), à la demande de Vajrapâni (tib. Cagna Dorje). Il y a plusieurs mantras pour guérir de la convoitise, de la colère ou de la passion, de l’ignorance, de l’envie, etc. Instruction pour préparer des mandalas et accomplir des cérémonies. Moyen de se purifier du péché (folio 28). Comment il faut considérer l’âme.

2. Yamâri krṣna karma sarva cakra siddhâkara, tib. Gçin-rje-gçed-nag-pohi-hkhor-lo las thams-cad-grub-par-byed-pa, གཤིན་རྗེ་གཤེད་ནག་པོའི་འཁོར་ལོ་ལས་ཐམས་ཅད་གྲུབ་པར་བྱེད་པ (folios 29-46). Roue de Yamâri kṛṣṇa (le noir destructeur du Seigneur de la mort) pour effectuer une chose quelconque. — Traité mystique sur un sujet semblable à celui du précédent.

3. Vajra mahâ Bhairava, tib. Rdo rje jigs-byed chen-po, རྡོ་རྗེ་འཇིགས་བྱེད་ཆེན་པོ (folios 46-63). Le grandement redoutable Vajra, dieu, ou saint déifié. — Comment on obtient la faveur de cette divinité. — Mandalas, oblations, cérémonies, plusieurs mantras à répéter (folio 57). Instruction sur la manière de peindre Vajra Mahâ Bhairava (noir et nu, avec plusieurs mains et faces menaçantes). — Quels sacrifices il faut lui offrir.

Folios 63-71. — Quelques fragments d’autres traités ou de quelques petits ouvrages.

4. Rakta-Yamâri, tib. Gçin-vje-gçed-dmar-po, གཞིན་རྗེ་གཤེད་དམར་པོ (folios 71-117) : « Le rouge destructeur du Seigneur de la mort. « Tantra de premier ordre par Bhagavat (Çâkya), à la demande de Vajra-pâni. — Énumération de plusieurs Vajras qui ont triomphé du Seigneur de la mort. Description de plusieurs cérémonies et mantras, principalement ceux de Vajra carcika. Exemple : « Om ! Vajra Carcike Siddhendra Nila Hârinî Ratna-traya, etc., etc. (folio 82). Description de plusieurs emblèmes dans un Mandala (folios 108-109). Mantras pour obtenir la victoire sur un ennemi et plusieurs autres instructions. — De la nature de la suprême intelligence.

5. Bhagavân eka jata, tib. Bcom-ldan-hdas-ral-pa gcig-pa, བཅོམ་ལྡན་འདས་རལ་པ་གཅིག་པ (folios 117-122). « Bhagavat à la chevelure tressée. » — Tantra de premier ordre prononcé par Çâkya, à la demande de Chakna Dorje (Sk. Vajrapâni), sur ce sujet : unir la méthode à la sagesse.

6. Candra-guhya-tilaka, tib. Zla-gsang-thig-le, ཟླ་གསང་ཐིག་ལེ (folios 122-213). Candra (la lune), marque ou indice de mystères. Tantra de premier ordre par Samanta Bhadra (tib. Kun-tu-vzang-po), le Buddha suprême parle, sur la demande que lui font tous les Bhagavat-Tathâgatas, de les instruire dans le Candra guhya tilaka, dans la vraie connaissance de tous les mystères (folio 130). Énumération de plusieurs choses avec mention expresse qu’elles procèdent ou viennent de Samanta Bhadra (tib. Kun-tu-vsang-po), le Optimus Maximus des Romains. — C’est un excellent Tantra en prose et en vers. — Il y a beaucoup d’idées sublimes sur l’Être suprême et sur l’âme, comme aussi sur l’existence des choses en général. Il y a quelques éloges ou hymnes adressés à Samanta-Bhadra. Il y a également des descriptions de Mandalas ; — des cérémonies mystiques à accomplir ; — l’initiation aux saints mystères ; — plusieurs manières de conférer la puissance.

7. Sarva Tathâgata tattva-sangraha, tib. De-vjin-gçegs-pa-thams-cad kyi-de kho na-ñid-vsdus-pa, དེ་བཞིན་གཅེགས་པ་ཐམས་ཅད་ཀྱི་དེ་ཁོ་ན་ཉིད་བསྡུས་པ (folios 213-440). « Abrégé sur l’essence ou la nature de tous les Tathâgatas ou Buddhas ». Sûtra de hauts principes (ou d’un caractère spéculatif)[1]. La salutation est : « Adoration au Buddha et à tous les Bodhisattvas ». Inauguration de Çâkya par d’autres Tathâgatas ou Buddhas, après qu’il fût devenu Buddha. Les orateurs sont Vairocana, Çâkya, et d’autres Buddhas, Vajrapâni et d’autres Bodhisattvas. Plusieurs Mantras — théologie mystique, — moyens d’arriver à la perfection. — Traduit par le Gelong, Rin-chen Bzang-po.

  1. C’est-à-dire, incontestablement, Sûtra de Grand-Véhicule. (L. F.).