75%.png

Analyse du Kandjour/Gyut/16-17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Léon Feer.
Texte établi par Musée Guimet, Paris (Tome 2p. 337-340).

VOLUME XVI. — (Bahog)

B deuxième ou inférieur.

Un ouvrage, savoir :

Arya amogha-pâça-kalpa-Râjâ. tib. Hphags-pa-don-yod-pahi-jags-pahi-cho ga-jib-mohi-rgyal-po, འཕགས་པ་དོན་ཡོད་པའི་ཞགས་པའི་ཆོ་ག་ཞིབ་མོའི་རྒྱལ་པོ (folios 1-569). — Description détaillée des rites religieux et des cérémonies d’Arya-Amogha-Pâça. — Termes de la salutation : Adoration au Buddha et à tous les Bodhisattvas. — Sujet : Description de mandalas, cérémonies, mantras, éloges, instructions. — Les diverses parties de ce volume ont été traduites par différentes personnes en des temps différents ; la fin l’a été par Çâkya et le Gelong Rin-chen-grub.


VOLUME XVII. — (Ma)

Seize ouvrages distincts :

1. Sarva karma âvarana viçodhani — nâma dhârani, tib. Las-kyi sgrib-pa thams-cad rnam-par sbyong-va-jes-bya-vahi-gzungs, ལས་ཀྱི་སྒྲིབ་པ་ཐམས་ཅད་རྣམ་པར་སྦྱོང་བ་ཞེས་བྱ་བའི་གཟུངས​ (folios 1-3). Dhâranî pour nettoyer toutes les souillures des œuvres morales (pour écarter toutes les difformités morales.) — Termes de la salutation : « Adoration à Bhagavat (tib. Vcom-ldan-hdas བཅོམ་ལྡན་འདས​, que rien ne trouble ». Namo ratnatrayâya. — Il y a un petit nombre de mantras, et on énumère quelques avantages que l’on peut acquérir en les répétant.

2. Vidyâ uttama mahâ tantra, tib. Rig-pa mchog-gi rgyud-chen-po, རིག་པ་མཆོག་གི་རྒྱུད་ཆེན་པོ (folios 3-365). Grand tantra du Vidya supérieur enseigné par Chakna-Dorje (Sk. Vajrapâni) avec la permission de Com-dan-das (Çâkya) à Çrâvastî. — Mantras avec une instruction sur l’usage qu’il en faut faire ; dans quelles circonstances on doit les écrire ; quels jours il faut accomplir les cérémonies et brûler l’encens ; quelles choses on peut obtenir par eux (folio 37). Chakna Dorje s’étant prosterné aux pieds de Com-dan-das (Çâkya) prononce ce mantra : Namo Ratnatrayasya | Namaçcanda Vajrapânisya mahâ yaxa senapatisya | Namaç-canda pramatanâya | svâhâ | Hiri miri tirini | svâhâ. | Cérémonies de Rudrânî (tib. Nag-mo-drag-mo, ནག་མོ་དྲ་མོ), de Jayavati (tib. Rgyal-va-can-ma, རྒྱལ་བ་ཅན་མ) etc. Plusieurs sortes de mandalas. Cérémonies pour obtenir un bonheur spécifié comme : santé, longue vie, victoire sur un ennemi, faculté de saisir et de retenir ce qu’on a entendu ou appris. — Cérémonies de Kârtikeya (tib. Smin-drug-gi-bu, སྨིན་དྲུག་གི་བུ), de six grandes déesses comme Umâ (tib. Dkah bzlog}}, = དཀའ་བཟློག​ etc.), — l’action de chasser les mauvais esprits. — La guérison des lunatiques (ou des fous) et de ceux qui sont atteints de consomption, au moyen de plusieurs espèces de mets et de breuvages ou potions. — Plusieurs procédés pour soigner les maladies. — Folio 365, on lit un çloka de quatre lignes en ces termes[1] :

Nad-med-pa-ni | rñed-pahi mchog.
      ན་མེད་པ་ནི་རྙེད་པའི་མཆོག །
Chog-çes pa ni | nor-gyi-mchog.
      ཆོག་ཤེས་པ་ནི་ནོར་གྱི་མཆོག །
Yid vrtan-pa | gñen-gyi mchog.
      ཡིད་བརྟན་པ་ཉེན་གྱི་མཆོག །
Mya-ngan-hdas-pa | vde-vahi mchog.
      མྱ་ངན་འདས་པ་བདེ་བའི་མཆོག​

La santé est l’acquisition suprême.
Le contentement est la suprême richesse.
La fermeté d’âme est le suprême parent.
Le Nirvâna est le bien-être suprême.

       Dkon-mchog-gsum-la-phyag-hts’al lo
དཀོན་མཆོག་གསུམ་ལ་ཕྱག་འཚལ་ལོ ། །
       Adoration aux trois joyaux.

Traduit par Vidyakara Prabhâ et Palsegs. Lotsava tibétain mantras.

(Folios 366-368), les huit noms de Chakna Dorje (Sk. Vajrapâni) avec quelques mantras.

3. Vajra vidârana — nâma-dhâranî, tib. Rdo-rje-rnam-par-hjoms-pa — jes bya-vahi gzungs, རྡོ་རྗེ་རྣམ་པར་འཇོམས་པ – ཞེས་བྱ་བའི་གཟུངས​. — Dhâranî appelée : « Celui qui soumet le tonnerre. » — Quelques mantras et leur efficacité.

4. Mahâ-vajra Meruçikhara kûṭâgâra-dhâranî. tib. Rdo-rjehi-Rirab-chen-pohi rtse-mohi-khang-pa vrtsegs-pahi — gzungs, རྡོ་རྗེའི་རི་རབ་ཆེན་པོའི་རྩེ་མོའི་ཁང་པ་བརྩེགས་པའི་གསུངས​ (folios 370-419) : « La maison à étapes (ou le palais) sur le sommet du grand Ri-rab (Sk. Meru), — Dhâranî ». — Termes de la salutation : Adoration au Buddha et à tous les Bodhisattvas. — Prononcé par Çâkya dans cette demeure au sommet du Meru. Sujet : Éloge de Çâkya par les dieux et les Bodhisattvas. — Exhortations à aller à lui pour écouter sa doctrine. Instruction qu’il donne sur plusieurs sujets. Spéculation métaphysique sur la nature du Tathâgata (Dieu) dans un discours entre Çakna Dorje (Sk. Vajrapâni) et Çaradvatihibu. — Traduit par l’Upadhyâya (tib. Mkhan-po, maître ou professeur ! Çilendrabodhi, Jñânasiddhi et Bande-ye-çes-de.

5. Vajra-ajita anala-pramohâṇi — dhârani, tib. Rdo-rje-mi-hpham-pa-me-ltar rab-tu rmongs-byed — gzungs, རྡོ་རྗེ་མི་འཕམ་པ་མེ་ལྟར་རབ་ཏུ་རྨོངས་བྱེད་གསུངས​ (folios 419-424) : « L’invincible Vajra qui rend aveugle comme le feu ». — Des démons de toutes sortes poussent de grandes clameurs dans leur détresse, et prient Com-ldan-das de les protéger. — Instruction qu’il leur adresse.

6. Daça-Vajra pâninâ hṛdaya, tib. Lag-na rdo-rje vcuhi-sñing-po, ལག་ན་རྡོ་རྗེ་བཅུའི་སྙིང་པོ (folios 424-426) : « L’essence de dix Vajrapânis. — Quelques mantras et bija-mantras.

7. Vajra dunda — Nâga samaya, tib. Rdo-rje-mchu — kluhi dam-ts’ig, རྡོ་རྗེ་མཆུ་ – ཀླུའི་དམ་ཚིག་ (folios 436-466). Le bec de Vajra (ou de diamant) ou le serment (ou la promesse) d’un Nâga (serpent). — Quelques cérémonies et mantras aux Nâgas (ou serpents) pour obtenir la pluie au temps convenable. — Les Nâgas promettent de ne point nuire aux grains, etc.

8. Sadṛça aya oṣṭa, tib. Lcag-mchu nag-po, ལྕག་མཆུ་ནག་པོ (folios 466-467). « Le bec noir en fer. »

9. Loha dunda, — dhâranî, tib. Lcags mchu — gzungs, ལྕག་མཆུ –གཟུངས​ (folios 469-470). « Le bec de fer », Dhârani par Çâkya à Indra, sur les moyens de soumettre tous les mauvais esprits qui peuvent nuire à sa doctrine.

10. Autres dhâranî sous le même titre (folio 472).

11. Kundalyâmṛta hṛdaya — dhâranî, tib. Bdud-rtsi-thab-sbyar-gyi sñing-po — gzungs, བདུད་རྩི་ཐབ་སྦྱར་གྱི་སྙིང་པོ – གཟུངས​ (folio 474). Quelques mantras par Dorje Khrovo (Sk. Vajra Canda) avec la permission de Com-dan-das pour le bien de tous les êtres animés.

12. Mahâ bala — mahâ yâna-sûtra, tib. Stobs po-che — theg-pa-chen pohi mdo, སྟོབས་པོ་ཆེ – ཐེག་པ་ཆེན་པོའི་མདོ (folio 489) : « Celui qui a une grande force (ou puissance) ». Sûtra de grand Véhicule. — Quelques mantras de Vajra Krodha Mahâ Bala, leur efficacité. — Le Mahâ bala est Tathâgata, est Dharma, est tout ; — en conséquence Mâra ou Kâma recourt à Mahâ Bala pour avoir sa protection.

13. Vighnan vinaya gâdatrâ — dhâranî, tib. Bgegs-sel-vahi — gzungs, བགེགས་སེལ་བའི་གསུངས (folio 489). Dhârani contre les esprits nuisibles.

14. Mahâ-yaxa-senapatayenâra Kuvera kalpa, tib. Gnod-sbyin-gyi sde-dpon chen-po-gar-mkhan-mchag-gi-brtag-pa གནོད་སྦྱིན​་གྱི་སྡེ་དཔོན་ཆེན་པོ་གར་མཁན་མཆག་གི་བརྟག་པ (folio 521). Çâkya dans le palais de Kuvera. — Descriptions du grand Mandala. — Quelques cérémonies et mantras ; — réflexions sur l’esprit suprême, par Mahâ-Yaxa avec la permission et la bénédiction de Çâkya.

15. Jambhala crî, — dhâranî, tib. Gnod-hdzin dpal — gzungs, གནོད་འཛིན་དཔལ – གཟུངས​ (folio 523). Dhârani consistant en quelques mantras.

16. Jambhala-Jalendra yathâ lasatâ kalpa nâma, tib. Gnod-gnas-dvang-po-ji-ltar hbyung-vahi-rtog-pa, གནོད་གནས་དབང་པོ་ཇི་ལྟར་འབྱུང་བའི་རྟོག་པ : « Sur la manière dont est né Jambhala Jalendra. » — Plusieurs mantras. — À la fin : Om ! Supratiṣṭha Vajraye Svâhâ.

  1. Le Çloka du folio 365 cité par Csoma correspond très exactement au Çloka pali 204 du Dhammapada, chap. XV.