75%.png

Analyse du Kandjour/Le Dulva

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Csoma de Körös
Traduction par Léon Feer.
Texte établi par Musée Guimet, Paris (Tome 2p. 148-150).


LE DULVA


PREMIÈRE SECTION DU KANDJOUR ET DU TRIPITAKA

Le Dul-va འདུལ་བ (Sk. Vinaya) traite généralement de la discipline religieuse ou de l’éducation des personnes qui ont adopté l’état religieux. Voici les subdivisions de cet ouvrage :

Dul-va-ji, འདུལ་བ་གཞི (Sk. Vinaya-vastu), « la base de la discipline ou de l’éducation », en 4 volumes.

So-sor-thar-pe-do, སོ་སོར་ཐར་པའི་མད་ (Sk. Pratimoxa-sûtra), « sûtra sur l’émancipation » en 30 feuillets.

Dul-va-nam-par-jet-pa, འདུལ་བ་ནམ་པར་བ་ཞེད་པ (Sk. Vinaya-mbhâ-ga), « explication de l’éducation », en 4 volumes.

Gé-long-me-so-sor-ihar-pe-do. དགེ་སློང་མའེ་སོ་སོར་ཐར་པའེ་མདོ (Sk. Bhixuni-pratimoxa-sûtra), « sûtra sur l’émancipation pour les prêtresses ou nonnes », en 36 feuilles.

Gé-long-me-dul-va-rnam-pa-jet-pa, དགེ་སློང་མའེ་འདུལ་བ་རྣམ་པར་འབྱེད་པ (Sk. Bhixuni-vinaya-vibhâga), « explication de la discipline ou de l’éducation des prêtresses ou nonnes », en 1 volume avec le traité précédent.

Dulva-phran-ts’egs-kyi-ji, འདུལ་བ་ཕྲན་ཙེགས་ཀྱི་གཞི་ (Sic. Vinaya xudraka-vastu), « divers détails relatifs à la discipline religieuse », en 2 volumes.

Dul-va-jung-lama, འདུལ་བ་གཞུང་བླ་མ་ (Sk. Vinaya-uttara-grantha), « le livre du texte principal (ou bien : « le dernier ouvrage de la classe appelée Dulva) sur l’éducation », en 2 volumes.

Quelques-uns ne distinguent dans tout le Dulva que quatre divisions, qui sont en sanscrit : 1° Vinaya-vastu ;Pratimoxa-vastu et vinaga-vibhâga ;vinaya-xudraka-vastu, et 4° Vinaya-uttara-grantha. Et cette division est appelée Lung-de-vj̈i, ལུང་སྡེ་བའི, « les quatre classes de préceptes ». Mais dans l’édition de la Société on a adopté la division ci-dessus.

Sous ce titre Dul-va, il y a 13 volumes distingués par les 13 premières lettres de l’alphabet (de K à P : པ​). Chaque feuille, sur la marge de gauche où les lignes commencent, porte la mention de ce titre, suivie de la lettre sous laquelle le volume est enregistré, accompagnée elle-même du numéro de la feuille exprimé en lettres ; exemple : Dul-va. K. gcig ; འདུལ་བ་ཀ་གཅིག​, c’est-à-dire : classe Dulva, volume K (ou premier), feuille première.

Sur la première page, on voit trois images représentant Çâkya avec son fils à sa gauche et un de ses principaux disciples à sa droite. Ces trois sentences ou légendes sont placées au-dessous : Thub-dvang-la-namo ( « salutation au prince des Munis » ). Çarihi-bu-la-namo ( « salutation au fils de Çârikâ » ). Sgra-gchan-hdzin-la-namo ( « salutation à Gra-cen-dzin », sk. Râhula).

Les titres des grandes divisions du Kâ-gyur et de quelques ouvrages particuliers sont fréquemment donnés à la fois en sanscrit et en tibétain comme le début lui-même en offre l’exemple, savoir : Rgya-gar-skad-du རྒྱ་གར་སྐད་དུ (en langue de l’Inde, ou du Magadha, ou sanscrit Vinaya-vastu) ; et immédiatement après, Bod-skad-du བོད་སྐད་དུ (en langue du Tibet) Dul-va gj̈i འདུལ་བ་གའི « la base de la discipline religieuse. »

Après le titre de l’ouvrage vient la « salutation aux trois joyaux » en tibétain, en ces termes : Dkon-Mchog-Gsum-la-phyag Hts’al-lo, exprimée ailleurs en sanscrit par les mots Namo Ratnatrayâya, qui signifient exactement la même chose.

Alors suit une salutation spéciale à Çâkya en un çloka dont le sens est : « Celui qui a coupé entièrement tous les liens (de l’affection humaine), qui a surmonté les déterministes (Sk. Tirthika, tib. Mu-stegs-can), et a réellement subjugué le diable avec toutes ses armées, celui-là a trouvé la perfection suprême (est un bodhisattva) ; je l’adore. »

Je passe maintenant à la revue des matières formant les diverses divisions de la classe Dul-va.

La première (Rdul-va-Gji) en tibétain, Vinaya-vastu en sanscrit) « base de l’éducation », consiste en plusieurs traités sur l’instruction disciplinaire des personnes revêtues d’un caractère religieux qui devinrent des sectateurs de Çâkya et entrèrent dans l’ordre religieux de ce Buddha ou sage. Il y a, sans en compter plusieurs autres, dix-sept traités de ce genre compris dans les quatre premiers volumes de la classe .Dulva. Le meilleur arrangement qu’on puisse adopter est de rapporter les divers sujets au volume de la classe et au feuillet du volume où ils se trouvent.