Architecture rurale, second cahier, 1791/Géoscopie ou des qualités des terres propres au pisé

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Géoscopie ou des qualités des terres propres au pisé.

1o. Toutes les terres en général ſont bonnes à faire le piſé, lorſqu’elles n’ont pas l’aridité des terres maigres & l’onctuoſité des terres glaiſes.

2o. Toutes les terres végétales ſont auſſi en général propres à cette conſtruction.

3o. Les terres graſſes, qu’on nomme bien ſouvent argilles ou franches, les mêmes dont on ſe ſert pour faire les groſſes briques ou les tuiles communes, ſont bonnes à faire le piſé ; mais employées ſeules, elles ſe fendent, je veux dire qu’elles procurent de petites crevaſſes au piſé, parce que contenant beaucoup de gluten, par conſéquent plus d’humidité, en ſéchant elles occaſionnent ces fentes, ce qui aux yeux des perſonnes, au fait de l’art du piſé, ne les empêche pas de croire à ſa bonté.

4o. Les terres fortes où ſont mêlés de petits graviers, & par cette raiſon, ne peuvent ſervir à faire ni briques, ni tuiles, même aucune poterie, parce que les graviers ſe convertiſſent en chaux dans le four, petillent à la moindre humidité, je veux dire que lorſque l’on a retiré du four les briques, tuiles ou poterie, & qu’on les emploie à quelque uſage, la moindre humidité fait fuſer ces petits graviers réduits en chaux, & forment mille petits éclats défectueux ; les terres graveleuſes, dis-je, dont on ne ſait que faire, deviennent très-précieuſes pour ce genre de conſtruction, puiſqu’avec elles on fait le meilleur piſé.

Je m’en tiendrai à ces principes généraux, de peur d’embrouiller par de plus longues explications l’eſprit de mes lecteurs ; je vais leur indiquer les ſignes par leſquels ils pourront reconnoître les terres propres au piſé ; enſuite je les inſtruirai du mélange qu’ils doivent en faire pour réunir les avantages de l’économie & de la ſolidité.