Mozilla.svg

Astronomie populaire (Arago)/III/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
GIDE et J. BAUDRY (Tome 1p. 142-143).

CHAPITRE XXI

durée de la sensation de la vue


Certaines de nos sensations subsistent encore un temps très-appréciable après que leur cause a cessé d’agir. La sensation de la vue est dans ce cas ; sans cela, un charbon enflammé parcourant rapidement un cercle, n’offrirait pas une ligne continue de lumière, car le charbon ne saurait être dans tous les points du cercle à la fois. Il faut, pour que la ligne continue existe, que le charbon décrive la courbe dans un temps qui ne surpasse pas la durée de la sensation lumineuse qu’il engendre en divers points de la rétine.

Des expériences de D’Arcy, faites en 1765, ont montré que la courbe lumineuse présente des solutions de continuité aussitôt que le temps de la révolution du charbon surpasse 8 tierces, c’est-à-dire de seconde = 0″,13.

En disposant l’expérience d’une autre manière, en faisant tourner devant le charbon, cette fois immobile, un cercle opaque percé près de sa circonférence d’un trou qui, à chaque tour, allait se placer en face du charbon, D’Arcy trouva que ce charbon n’éprouvait pas d’éclipse, qu’il était toujours visible, tant que le cercle opaque rotatif n’employait pas plus de 9 tierces à faire son tour, et l’on a 9 tierces = de seconde = 0″,15.

Une très-vive lumière blesse nos yeux, et y laisse une impression plus ou moins durable. Qu’on regarde le soleil, ne fût-ce que l’espace d’une seconde, avec un œil, sans l’interposition d’aucun verre affaiblissant ; l’observateur, même après avoir fermé l’œil, croira voir une image bien définie de l’astre.

La Hire dit, dans son Traité des différents accidents de la vue (Académie des sciences, t. ix) : que cette image, vue l’œil fermé paraît d’abord rouge, et qu’ensuite elle passe successivement au jaune, au vert et au bleu.

La Hire ajoute que cette régularité dans la succession des couleurs de la tache représentant le soleil, ne se manifeste plus si l’œil restant ouvert se porte sur des objets diversement colorés. La tache est-elle jaune, l’œil fermé : elle paraîtra verte, si l’expérimentateur regarde du bleu. Est-elle bleue, l’œil fermé : elle semblera encore verte à l’instant où l’expérimentateur, ouvrant l’œil, la projettera en quelque sorte sur un fond jaune.

La Hire explique ce résultat, en remarquant que le vert se forme par le mélange du jaune et du bleu.