Mozilla.svg

Au Pays de Rennes/La Porte Mordelaise

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hyacinthe Caillière (p. 109-110).


LA PORTE MORDELAISE


La porte Mordelaise fut ainsi nommée parce qu’elle conduisait à la paroisse de Mordelles.

C’était par cette porte que les ducs de Bretagne faisaient leur entrée lorsqu’ils venaient se faire sacrer à Rennes. Elle est curieuse comme souvenir historique et comme spécimen de l’architecture militaire au moyen-âge.


Porte mordelaise

On lisait autrefois une inscription sur une pierre placée par hasard au bas de l’un des murs de cette porte, puisque les trois lignes qui s’y trouvaient gravées étaient présentées verticalement.

Cette pierre est aujourd’hui au Musée archéologique, et voici l’inscription :

IMP. CÆS. ANTONIO. GORDIANO.
PIO. FEL. AVG. P. M.
TR. P. COS. O. R.

À l’Empereur César-Antoine Gordien, pieux, fortuné, auguste, souverain pontife, tribun du peuple, consul, le sénat de Rhedones.

C’est du moins la traduction qui est généralement adoptée.

Près de la porte Mordelaise s’élevait jadis le vieil ostel de l’oncle et de la tante de Bertrand Duguesclin. C’est là qu’ils l’accueillirent avec tant d’indulgence lorsqu’à treize ans, il se sauva de la maison paternelle.

Quand son ante le vit si fu moult tourmentée,
Dame, dist ses mariz vous estes rassotée
Il convient, et c’est droit, jeunesse soit passée.

En effet, jeunesse passa, et l’enfant terrible devint un héros.