Au docteur Alibert (O. C. Élisa Mercœur)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes d’Élisa Mercœur, Texte établi par Adélaïde AumandMadame Veuve Mercœur (p. 299-300).


AU DOCTEUR ALIBERT.

 

Tous vos droits sont acquis à l’immortalité.

Élisa Mercœur.
 

          Docteur savant, aimable sage,
Dans ce jour, à la fois heureux et solennel,
De quel vœu dois-je ici vous présenter l’hommage ?
Que reste-t-il pour vous à demander au ciel ?
Ce n’est pas la vertu, cette base première
          De l’humaine félicité,
Le génie à l’œil d’aigle, à l’ardente lumière,
          La douce et touchante bonté ;
Ce n’est pas une page au livre de l’histoire :
Acquis par le talent, assurés pour la gloire,
Tous vos droits sont connus à l’immortalité.
          Pardonnez cet aveu sincère
De tous les dons unis de l’esprit et du cœur.

          Si le ciel forme sur la terre
          Ce que l’homme appelle bonheur,
Je ne connais pour vous, aimable et cher docteur,
          Aucun souhait qui reste à faire.


(1833.)