Aucassin et Nicolette (Mario Roques)/Aucassin et Nicolette

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Mario RoquesLibrairie ancienne Édouard Champion (p. 1-40).

C’EST D’AUCASIN ET DE NICOLETE[70 b]


I


Qui vauroit bons vers oïr
del deport du viel antif
de deus biax enfans petis,
Nicholete et Aucassins,
5des grans paines qu’il soufri
et des proueces qu’il fist
por s’amie o le cler vis,
dox est li cans, biax li dis
et cortois et bien asis.
10Nus hom n’est si esbahis,
tant dolans ni entrepris,
de grant mal amaladis,
se il l’oit, ne soit garis
et de joie resbaudis,
15tant par est douce.


II. or dient et content et fablent

que li quens Bougars de Valence faisoit guere au conte
Garin de Biaucaire si grande et si mervelleuse et si mortel
qu’il ne fust uns seux jors ajornés qu’il ne fust as portes et
as murs et as bares de le vile a cent cevaliers | et a dis mile[c]
sergens a pié et a ceval, si li argoit sa terre et gastoit son5
païs et ocioit ses homes.

Li quens Garins de Biaucaire estoit vix et frales, si avoit

son tans trespassé. Il n’avoit nul oir, ne fil ne fille, fors un
seul vallet : cil estoit tex con je vos dirai.
10Aucasins avoit a non li damoisiax. Biax estoit et gens et
grans et bien tailliés de ganbes et de piés et de cors et de
bras ; il avoit les caviax blons et menus recercelés et les ex
vairs et rians et le face clere et traitice et le nes haut et bien
assis. Et si estoit enteciés de bones teces qu’en lui n’en avoit
15nule mauvaise se bone non ; mais si estoit soupris d’Amor,
qui tout vaint, qu’il ne voloit estre cevalers, ne les armes
prendre, n’aler au tornoi, ne fare point de quanque il
deust.
Ses pere et se mere li disoient :
20« Fix, car pren tes armes, si monte el ceval, si deffent te
terre et aïe tes homes : s’il te voient entr’ex, si defenderont
il mix lor cors et lor avoirs et te tere et le miue.
— Pere, fait Aucassins, qu’en parlés vos ore ? Ja Dix ne
me doinst riens que je li demant, quant ere cevaliers, ne
25monte a ceval, ne que voise a estor ne a bataille, la u je fiere
cevalier ni autres mi, se vos ne me donés Nicholete me douce
amie que je tant aim.
[d]— Fix, fait li peres, ce | ne poroit estre. Nicolete laise
ester, que ce est une caitive qui fu amenee d’estrange terre,
30si l’acata li visquens de ceste vile as Sarasins, si l’amena en
ceste vile, si l’a levee et bautisie et faite sa fillole, si li
donra un de ces jors un baceler qui du pain li gaaignera par
honor : de ce n’as tu que faire. Et se tu fenme vix avoir, je
te donrai le file a un roi u a un conte : il n’a si rice home en
35France, se tu vix sa fille avoir, que tu ne l’aies.
— Avoi ! peres, fait Aucassins, ou est ore si haute honers
en terre, se Nicolete ma tresdouce amie l’avoit, qu’ele ne
fust bien enploiie en li ? S’ele estoit enpereris de Colstenti-
noble u d’Alemaigne, u roine de France u d’Engletere, si

aroit il assés peu en li, tant est france et cortoise et de bon40
aire et entecle de toutes boncs teces. »


III. or se cante.

Aucassins fu de Biaucaire
d’un castel de bel repaire.
De Nicole le bien faite
nuis hom ne l’en puet retraire,
que ses peres ne l’i laisse5
et sa mere le manace :
« Di va ! faus, que vex tu faire ?
Nicolete est cointe et gaie ;
jetee fu de Cartage,
acatee fu d’un Saisne ;10
puis qu’a mouillé te vix traire,
pren femme de haut parage.[71]
— Mere, je n’en puis el faire :
Nicolete est de boin aire ;
ses gens cors et son viaire,15
sa biautés le cuer m’esclaire ;
bien est drois que s’amor aie,
que trop est douce. »


IV. or dient et content et fablent.

Quant li quens Garins de Biaucare vit qu’il ne poroit
Aucassin son fil retraire des amors Nicolete, il traist au
visconte de le vile qui ses hon estoit, si l’apela :
« Sire quens, car ostés Nicolete vostre filole ! Que la
tere soit maleoite dontele lu amenee en cest païs ! Cor par5
li pert jou Aucassin, qu’il ne veut estre cevaliers, ne faire

point de quanque faire doie ; et saciés bien que, se je le puis
avoir, que je l’arderai en un fu, el vous meismes porés avoir
de vos tote peor.
— Sire, fait li visquens, ce poise moi qu’il i va ne qu’il i 10
vient ne qu’il i parole. Je l’avoie acatee de mes deniers, si
l’avoie levee et bautisie et faite ma filole, si li donasse un
baceler qui du pain li gaegnast par honor : de ce n’eust
Aucassins vos fix que faire. Mais puis que vostre volentés
est et vos bons, je l’envoierai en tel tere et en tel païs que 15
ja mais ne le verra de ses ex.
— Ce gardés vous ! fait li quens Garins : grans maus vos
en porroit venir. »
Il se departent. [b]
Et li visquens estoit molt rices hom, si avoit un rice palais 20
par devers un gardin. En une canbre la fist metre Nicolete
en un haut estage et une vielle aveuc li por conpagnie et por
soisté tenir, et s’i fist metre pain et car et vin et quanque
mestiers lor fu ; puis si fist l’uis seeler c’on n’i peust de nule
part entrer ne iscir, fors tant qu’il i avoit une fenestre par 25
devers le gardin assés petite dont il lor venoit un peu d’essor.


V. or se cante.

Nicole est en prison mise
en une canbre vautie
ki faite est par grant devisse,
panturee a miramie.
A la fenestre marbrine 5
la s’apoia la mescine :
ele avoit blonde la crigne
et bien faite la sorcille,
la face clere et traitice ;

ainc plus bele ne veïstes.10
Esgarda par le gaudine
et vit la rose espanie
et les oisax qui se crient,
dont se clama orphenine :
« Ai mi ! lasse moi, caitive ! 15
por coi sui en prison misse ?
Aucassins, damoisiax sire,
ja sui jou li vostre amie
et vos ne me haés mie ;
por vos sui en prison misse 20
en ceste canbre vautie
u je trai molt maie vie ; [c]
mais, par Diu le fil Marie,
longement n’i serai mie,
se jel puis fare. » 25


VI. or dient et content et fablent.

Nicolete fu en prison, si que vous avés oï et entendu, en
le canbre. Li cris et le noise ala par tote le terre et par tot le
païs que Nicolete estoit perdue : li auquant dient qu’ele est
fuie fors de la terre, et li auquant dient que li quens Garins
de Biaucaire l’a faite mordrir. Qui qu’en eust joie, Aucas- 5
sins n’en fu mie liés, ains traist au visconte de la vile, si
l’apela.
« Sire visquens, c’avés vos fait de Nicolete ma tresdouce
amie, le riens en tot le mont que je plus amoie ? Avés le me
vos tolue ne enblee ? Saciés bien que, se je en muir, faide 10
vous en sera demandee ; et ce sera bien drois, que vos
m’arés ocis a vos deus mains, car vos m’avés tolu la riens
en cest mont que je plus amoie.

— Biax sire, fait li quens, car laisciés ester. Nicolete est
une caitive que j’amenai d’estrange tere, si l’acatai de mon 15
avoir a Sarasins, si l’at levee et bautisie et faite ma fillole, si
l’ai nourie, si li donasce un de ces jors un baceler qui del
pain li gaegnast par honor : de ce n’avés vos que faire. Mais
prendés le fille a un roi u a un conte. | Enseurquetot, que [d]
cuideriés vous avoir gaegnié, se vous l’aviés asognentee ne 20
mise a vo lit ? Mout i ariés peu conquis, car tos les jors du
siecle en seroit vo arme en infer, qu’en paradis n’enterriés
vos ja.
— En paradis qu’ai je a faire ? je n’i quier entrer, mais que
j’aie Nicolete ma tresdouce amie que j’aim tant ; c’en paradis 25
ne vont fors tex gens con je vous dirai. Il i vont ci viel
prestre et cil viel clop et cil manke qui tote jor et tote nuit
cropent devant ces autex et en ces viés creutes, et cil a ces
viés capes ereses et a ces viés tatereles vestues, qui sont nu
et decauc et estrumelé, qui moeurent de faim et de soi et 30
de froit et de mesaises ; icil vont en paradis : aveuc ciax n’ai
jou que faire. Mais en infer voil jou aler, car en infer vont
li bel clerc, et li bel cevalier qui sont mort as tornois et as
rices gueres, et li buen sergant et li franc home : aveuc
ciax voil jou aler ; et s’i vont les beles dames cortoises que 35
eles ont deus amis ou trois avoc leur barons, et s’i va li
ors et li argens et li vairs et li gris, et si i vont herpeor et
jogleor et li roi del siecle : avoc ciax voil jou aler, mais que
j’aie Nicolete ma tresdouce amie aveuc mi.
— Certes, fait li visquens, | por nient en parlerés, que ja [72]
mais ne le verrés ; et se vos i parlés et vos peres le savoit, il
arderoit et mi et li en un fu, et vos meismes porriés avoir
toute paor.
— Ce poise moi », fait Aucassins ; se se depart del vis-
conte dolans. 45


VII. or se cante.

Aucasins s’en est tornés
molt dolans et abosmés :
de s’amie o le vis cler
nus ne le puet conforter,
ne nul bon consel doner. 5
Vers le palais est alés ;
il en monta les degrés,
en une canbre est entrés,
si comença a plorer
et grant dol a demener 10
et s’amie a regreter.
« Nicolete, biax esters,
biax venir et biax alers,
biax deduis et dous parlers,
biax borders et biax jouers, 15
biax baisiers, biax acolers,
por vos sui si adolés
et si malement menés
que je n’en cuit vis aler,
suer douce amie. »20


VIII. or dient et content et fablent.

Entreusque Aucassins estoit en le canbre et il regretoit
Nicolete s’amie, li quens Bougars de Va | lence, qui sa [b]
guerre avoit a furnir, ne s’oublia mie, ains ot mandé ses
homes a pié et a ceval, si traist au castel por asalir. Et li cris
lieve et la noise, et li cevalier et li serjant s’arment et qeurent 5
as portes et as murs por le castel desfendre, et li borgois

montent as aleoirs des murs, si jetent quariax et peus agui-
siés.
Entroeusque li asaus estoit grans et pleniers, et li quens
Garins de Biacaire vint en la canbre u Aucassins faisoit deul 10
et regretoit Nicolete sa tresdouce amie que tant amoit.
« Ha ! fix, fait il, con par es caitis et maleurox, que tu
vois c’on asaut ton castel tot le mellor et le plus fort ; et
saces, se tu le pers, que tu es desiretés. Fix, car pren les
armes et monte u ceval et defen te tere et aiues tes homes et 15
va a l’estor : ja n’i fières tu home ni autres ti, s’il te voient
entr’ax, si desfenderont il mix lor avoir et lor cors et te tere
et le miue ; et tu ies si grans et si fors que bien le pués faire,
et farre le dois.
— Pere, fait Aucassins, qu’en parlés vous ore ? Ja Dix ne 20
me doinst riens que je li demant, quant ere cevaliers, ne
monte el ceval, ne voise en estor, la u je fiere cevalier ne
autres mi, se vos ne me | doués Nicolete me douce amie [c]
que je tant aim.
— Fix, dist li pere, ce ne puet estre : ançois sosferoie jo 25
que je feusse tous desiretés et que je perdisse quanques g’ai
que tu ja l’euses amollier ni a espouse. »
Il s’en torne ; et quant Aucassins l’en voit aler, il le
rapela :
« Peres, fait Aucassins, venés avant : je vous ferai bons 30
couvens.
— Et quex, biax fix ?
— Je prendrai les armes, s’irai a l’estor, par tex covens
que, se Dix me ramaine sain et sauf, que vos me lairés
Nicolete me douce amie tant veir que j’aie deus paroles u 35
trois a li parlees et que je l’aie une seule fois baisie.
— Je l’otroi », fait li peres.
Il li creante et Aucassins fu lié.


IX. or se cante.

Aucassins ot du baisier
qu’il ara au repairier :
por cent mile mars d’or mier
ne le fesist on si lié.
Garnemens demanda ciers, 5
on li a aparelliés :
il vest un auberc dublier
et laça l’iaume en son cief,
çainst l’espee au poin d’or mier,
si monta sor son destrier 10
et prent l’escu et l’espiel ;
regarda andex ses piés,
bien li sissent es estriers ;
a mervelle se tint ciers.
De s’amie li sovient, 15
s’esperona le destrier ;
il li cort rnolt volentiers :
tot droit a le porte en vient
a la bataille.


X. or dient et content.

Aucassins fu armés sor son ceval, si con vos avés oï et [d]
entendu. Dix ! con li sist li escus au col et li hiaumes u cief
et li renge de s’espee sor le senestre hance ! Et li vallés fu
grans et fors et biax et gens et bien fornis, et li cevaus sor
quoi il sist rades et corans, et li vallés l’ot bien adrecié par mi 5
la porte.
Or ne quidiés vous qu’il pensast n’a bués n’a vaces n’a

civres prendre, ne qu’il ferist cevalier ne autres lui. Nenil
nient ! onques ne l’en sovint ; ains pensa tant a Nicolete sa
douce amie qu’il oublia ses resnes et quanques il dut faire ; et 10
li cevax qui ot senti les esperons l’en porta par mi le presse,
se se lance tres entre mi ses anemis ; et il getent les mains de
toutes pars, si le prendent, si le dessaisisent de l’escu et de
le lance, si l’en mannent tot estrousement pris, et aloient ja
porparlant de quel mort il feroient morir. 15
Et quant Aucassins l’entendi :
« Ha ! Dix, fait il, douce creature ! sont çou mi anemi
mortel qui ci me mainent et qui ja me cauperont le teste ? Et
puis que j’arai la teste caupee, ja mais ne parlerai a Nicolete
me douce amie que je tant aim. Encor ai je ci une bone espee 20
et siec sor bon destrir sejorné : se or ne me deffent por li,
onques Dix ne li aït se ja mais m’aime ! »
Li vallés fu grans et fors, et li cevax so quoi il sist fu
remuans ; et il mist le main a l’espee, si comence a | ferir a [73]
destre et a senestre et caupe hiaumes et naseus et puins 25
et bras et fait un caple entor lui, autresi con li senglers
quant li cien l’asalent en le forest, et qu’il lor abat dis
cevaliers et navre set et qu’il se jete tot estroseement de
le prese et qu’il s’en revient les galopiax ariere, s’espee en
sa main. 30
Li quens Bougars de Valence oï dire con penderoit
Aucassin son anemi, si vendit cele part ; et Aucassins ne le
mescoisi mie : il tint l’espee en la main, se le fiert par mi le
hiaume si qu’i li enbare el cief. Il fu si estonés qu’il caï a
terre ; et Aucassins tent le main, si le prent et l’en mainne 35
pris par le nasel del hiame et le rent a son pere.
« Pere, fait Aucassins, ves ci vostre anemi qui tant vous a
gerroié et mal lait : vint ans ja dure ceste guerre ; onques ne
pot iestre acievee par home.

— Biax fix, fait li pere, tes enfances devés vos faire, nient 40
baer a folie.
— Pere, fait Aucassins, ne m’alés mie sermonant, mais
tenés moi mes covens.
— Ba ! quex covens, biax fix ?
— Avoi ! pere, avés les vos obliees ? Par mon cief ! qui que 45
les oblit, je nes voil mie oblier, ains me tient molt au cuer.
Enne m’eustes vos en covent que, quant je pris les armes et
j’alai a l’estor, que, se Dix me ramenoit sain et sauf, que
vos me lairiés Nicolete ma douce amie tant veir que j’aroie
parlé a li deus paroles | ou trois ? Et que je l’aroie une fois [b]
baisie m’eustes vos en covent ! Et ce voil je que vos me tenés.
— Jo ? fait li peres ; ja Dix ne m’aït, quant ja covens vos
en tenrai ; et s’ele estoit ja ci, je l’arderoie en un fu, et vos
meismes porriés avoir tote paor.
— Est ce tote la fins ? fait Aucassins. 55
— Si m’aït Dix, fait li peres, oïl.
— Certes, fait Aucassins, je sui molt dolans quant hom de
vostre eage ment.
« Quens de Valence, fait Aucassins, je vos ai pris.
— Sire, voire, fait li quens. 60
— Bailiés ça vostre main, fait Aucassins.
— Sire, volentiers. » Il li met se main en la siue.
« Ce m’afiés vos, fait Aucassins, que, a nul jor que vos
aiés a vivre, ne porrés men pere faire honte ne destorbier de
sen cors ne de sen avoir que vos ne li faciès. 65
— Sire, por Diu, fait il, ne me gabés mie ; mais metés
moi a raençon : vos ne me sarés ja demander or ni argent,
cevaus ne palefrois, ne vair ne gris, ciens ne oisiax, que je
ne vos doinse.
— Coment ? fait Aucassins ; ene connissiés vos que je vos 70
ai pris ?

— Sire, oie, fait li quens Borgars.
— Ja Dix ne m’aït, fait Aucassins, se vos ne le m’afiés, se
je ne vous fac ja cele teste voler.
— Enondu ! fait il, je vous afie quanque il vous plaist. » 75
Il li afie ; et Aucassins le fait monter sor un ceval, et il
monte sor un autre, si le conduist tant qu’il fu a sauveté.


XI. or se cante.

Qant or voit li quens Garins [c]
de son enfant Aucassin
qu’il ne pora departir
de Nicolete au cler vis,
en une prison l’a mis 5
en un celier sosterin
qui fu fais de marbre bis.
Quant or i vint Aucassins,
dolans fu, ainc ne fu si ;
a dementer si se prist 10
si con vos porrés oïr :
« Nicolete, flors de lis,
douce amie o le cler vis,
plus es douce que roisins
ne que soupe en maserin.15
L’autr’ ier vi un pelerin,
nes estoit de Limosin,
malades de l’esvertin.
si gisoit ens en un lit,
mout par estoit entrepris, 20
de grant mal amaladis ;
tu passas devant son lit,
si soulevas ton traïn

et ton peliçon ermin,
la cemisse de blanc lin, 25
tant que ta ganbete vit :
garis fu li pelerins
et tos sains, ainc ne fu si ;
si se leva de son lit,
si rala en son païs 30
sains et saus et tos garis.
Doce amie, flors de lis,
biax alers et biax venirs,
biax jouers et biax bordirs, [d]
biax parlers et biax delis, 35
dox baisiers et dox sentirs,
nus ne vous poroit haïr.
Por vos sui en prison mis
en ce celier sousterin
u je fac mout male fin ; 40
or m’i convenra morir
por vos, amie. »


XII. or dient et content et fabloient.

Aucasins fu mis en prison, si com vos avés oï et entendu,
et Nicolete fu d’autre part en le canbre. Ce fu el tans d’esté,
el mois de mai que li jor sont caut, lonc et cler, et les nuis
coies et series.
Nicolete jut une nuit en son lit, si vit la lune luire cler par 5
une fenestre et si oï le lorseilnol center en gardîng, se li
sovint d’Aucassin sen ami qu’ele tant amoit. Ele se comença
a porpenser del conte Garin de Biaucaire qui de mort le
haoit ; si se pensa qu’ele ne remanroit plus ilec, que, s’ele
estoit acusee et li quens Garins le savoit, il le feroit de male 10

mort morir. Ele senti que li vielle dormoit qui aveuc Ii
estoit ; ele se leva, si vesti un bliaut de drap de soie que ele
avoit molt bon, si prist dras de lit et touailes, si noua l’un a
l’autre, si fist une corde si longe conme ele pot, si le noua au
piler de le fenestre ; si s’avala contreval le gardin, et prist 15
se vesture a l’une main devant et a l’autre deriere, si s’escorça
por le rousee qu’ele vit grande sor Ferbe, si s’en ala aval le
gardin.
Ele | avoit les caviaus blons et menus recercelés, et les ex [74]
vairs et rians, et le face traitice, et le nes haut et bien assis, 20
et lé levretes vremelletes plus que n’est cerisse ne rose el
tans d’esté, et les dens blans et menus ; et avoit les mame-
letes dures qui li souslevoient sa vesteure ausi con ce fuis-
sent deus nois gauges ; et estoit graille par mi les flans qu’en
vos dex mains le peusciés enclorre ; et les flors des marge- 25
rites qu’ele ronpoit as ortex de ses piés, qui li gissoient sor
le menuisse du pié par deseure, estoient droites noires avers
ses piés et ses ganbes, tant par estoit blance la mescinete.
Ele vint au postic, si le deffrema, si s’en isci par mi les
rues de Biaucaire par devers l’onbre, car la lune luisoit molt 30
clere, et erra tant qu’ele vint a le tor u ses amis estoit. Li
tors estoit faelee de lius en lius ; et ele se quatist delés l’un
des pilers, si s’estraint en son mantel, si mist sen cief par mi
une creveure de la tor qui vielle estoit et anciienne, si oï
Aucassin qui la dedens plouroit et faisoit mot grant dol et 35
regretoit se douce amie que tant amoit. Et quant el l’ot assés
escouté, si comença a dire.


XIII. or se cante.

Nicolete o le vis cler
s’apoia a un piler,

s’oï Aucassin plourer [b]
et s’amie regreter ;
or parla, dist son penser : 5
« Aucassins, gentix et ber,
frans damoisiax honorés,
que vos vaut li dementer,
li plaindres ne li plurers,
quant ja de moi ne gorés ? 10
car vostre peres me het
et trestos vos parentés.
Por vous passerai le mer,
s’irai en autre regné. »
De ses caviax a caupés, 15
la dedens les a rüés.
Aucassins les prist, li ber,
si les a molt honerés
et baisiés et acolés ;
en sen sain les a boutés ; 20
si recomence a plorer,
tout por s’amie.


XIV. or dient et content et fabloient.

Qant Aucassins oï dire Nicolete qu’ele s’en voloit aler en
autre païs, en lui n’ot que courecier.
« Bele douce amie, fait il, vos n’en irés mie, car dont
m’ariis vos mort ; et li premiers qui vos verroit ne qui vous
porroit, il vos prenderoit lués et vos meteroit a son lit, si vos 5
asoignenteroit. Et puis que vos ariiés jut en lit a home, s’el
mien non, or ne quidiés mie que j’atendisse tant que je tro-
vasse coutel dont je me peusce ferir el cuer et ocirre. Naie
voir, tant n’atenderoie je mie ; ains m’esquelderoie de si

lonc que je verroie une maisiere | u une bisse pierre, s’i hur- [c]
teroie si durement me teste que j’en feroie les ex voler et
que je m’escerveleroie tos : encor ameroie je mix a morir de
si faite mort que je seusce que vos eusciés jut en lit a home,
s’el mien non.
— A ! fait ele, je ne quit mie que vous m’amés tant con vos 15
dites ; mais je vos aim plus que vos ne faciés mi.
— A voi ! fait Aucassins, bele douce amie, ce ne porroit estre
que vos m’amissiés tant que je fac vos. Fenme ne puet tant
amer l’oume con li hom fait le fenme ; car li amors de le
fenme est en son oeul et en son le cateron de sa mamele et 20
en son l’orteil del pié ; mais li amors de l’oume est ens el
cué plantée, dont ele ne puet iscir. »
La u Aucassins et Nicolete parloient ensanble, et les escar-
gaites de le vile venoient tote une rue ; s’avoient les espees
traites desos les capes, car li quens Garins lor avoit conmandé 25
que, se il le pooient prendre, qu’i l’ocesissent. Et li gaite qui
estoit sor le tor les vit venir, et oï qu’il aloîent de Nicolete
parlant et qu’il le maneçoient a occirre.
« Dix ! fait il, con grans damages de si bele mescinete,
s’il l’ocient ! Et molt seroit grans aumosne, se je li pooie dire, 30
par quoi il ne s’aperceuscent, et qu’ele s’en gardast ; car s’i
l’ocient, dont iert Aucassins mes damoisiax mors, dont grans
damages ert. »


XV. or se cante.

Li gaite fu mout vaillans,
preus et cortois et saçans ; [d]
il a comencié un cant
ki biax fu et avenans.
« Mescinete o le cuer franc, 5
cors as gent et avenant.

le poil blont et reluisant,
vairs les ex, ciere riant ;
bien le voi a ton sanblant,
parlé as a ton amant 10
qui por toi se va morant.
Jel te di et tu l’entens :
garde toi des souduians
ki par ci te vont querant,
sous les capes les nus brans ; 15
forment te vont maneçant,
tost te feront messeant,
s’or ne t’i gardes. »


XVI. or dient et content et fabloient.

« Hé ! fait Nicolete, l’ame de ten pere et de te mere soit en
benooit repos, quant si belement et si cortoisement le m’as
ore dit. Se Diu plaist, je m’en garderai bien, et Dix m’en
gart ! »
Ele s’estraint en son mantel en l’onbre del piler, tant que 5
cil furent passé outre ; et ele prent congié a Aucassin, si s’en
va tant qu’ele vint au mur del castel. Li murs fu depeciés,
s’estoit rehordés, et ele monta deseure, si fist tant qu’ele fu
entre le mur et le fossé ; et ele garda contreval, si vit le
fossé molt parfont et molt roide, s’ot molt grant paor. 10
« Hé ! Dix, fait ele, douce creature ! se je me lais caïr, je
briserai le col, et se je remain ci, on me prendera demain,
si m’ardera on en un fu. Encor ainme je mix que je muire
ci que tos li pules me regardast demain a merveilles. » [75]
Ele segna son cief, si se laissa glacier aval le fossé, et quant 15
ele vint u fons, si bel pié et ses beles mains, qui n’avoient
mie apris c’on les bleçast, furent quaissies et escorcies et li

sans en sali bien en dose lius, et ne por quant ele ne santi ne
mal ne dolor por le grant paor qu’ele avoit. Et se ele fu en
paine de l’entrer, encor fu ele en forceur de l’iscir. Ele se 20
pensa qu’ileuc ne faisoit mie bon demorer, e trova un pel
aguisié que cil dedens avoient jeté por le castel deffendre, si
fist pas un avant l’autre, si monta tant a grans painnes qu’ele
vint deseure. Or estoit li forés près a deus arbalestees, qui
bien duroit trente liues de lonc et de lé, si i avoit bestes sau- 25
vages et serpentine : ele ot paor que, s’ele i entroit, qu’eles
ne l’ocesiscent, si se repensa que, s’on le trovoit ileuc, c’on le
remenroit en le vile por ardoir.


XVII. or se cante.

Nicolete o le vis cler
fu montee le fossé,
si se prent a dementer
et Jhesum a reclamer :
« Peres, rois de maïsté, 5
or ne sai quel part aler :
se je vois u gaut ramé, [b]
ja me mengeront li lé,
li lion et li sengler,
dont il i a a plenté ; 10
et se j’atent le jor cler,
que on me puist ci trover,
li fus sera alumés
dont mes cors iert enbrasés ;
mais, par Diu de maïsté, 15
encor aim jou mix assés
que me mengucent li lé,
li lion et li sengler,

que je voisse en la cité :
je n’irai mie. » 20


XVIII. or dient et content et fabloient.

Nicolete se dementa molt, si con vos avés oï ; ele se
conmanda a Diu, si erra tant qu’ele vint en le forest. Ele
n’osa mie parfont entrer por les bestes sauvaces et por le
serpentine, si se quatist en un espés buisson ; et soumax li
prist, si s’endormi dusqu’au demain a haute prime que li 5
pastorel iscirent de la vile et jeterent lor bestes entre le bos
et la riviere, si se traien d’une part a une molt bele fontaine
qui estoit au cief de la forest, si estendirent une cape, se
missent lor pain sus. Entreusque il mengoient, et Nicolete
s’esveille au cri des oisiax et des pastoriax, si s’enbati sor aus. 10
« Bel enfant, fait ele, Damedix vos i aït !
— Dix vos benie ! fait li uns qui plus fu enparlés des
autres.
— Bel enfant, fait ele, conissiés vos Aucassin, le fil le
conte Garin | de Biaucaire ? [c]
— Oïl, bien le counisçons nos.
— Se Dix vos aït, bel enfant, fait ele, dites li qu’il a une
beste en ceste forest et qu’i le viegne cacier, et s’il l’i puet
prendre, il n’en donroit mie un menbre por cent mars d’or,
non por cinc cens, ne por nul avoir. » 20
Et cil le regardent, se le virent si bele qu’il en furent tot
esmari.
« Je li dirai ? fait cil qui plus fu enparlés des autres ;
dehait ait qui ja en parlera, ne qui ja li dira ! C’est fantosmes
que vos dites, qu’il n’a si ciere beste en ceste forest, ne cerf, 25
ne lion, ne sengler, dont uns des menbres vaille plus de dex
deniers u de trois au plus, et vos parlés de si grant avoir !

Ma dehait qui vos en croit, ne qui ja li dira ! Vos estes fee,
si n’avons cure de vo conpaignie, mais tenés vostre voie.
— Ha ! bel enfant, fait ele, si ferés. Le beste a tel mecine 30
que Aucassins ert garis de son mehaing ; et j’ai ci cinc sous
en me borse : tenés, se li dites ; et dedens trois jors li covient
cacier, et se il dens trois jors ne le trove, ja mais n’iert garis
de son mehaig.
— Par foi, fait il, les deniers prenderons nos, et s’il vient 35
ci, nos li dirons, mais nos ne l’irons ja quere.
— De par Diu ! » fait ele.
Lor prent congié as pastoriaus, si s’en va.


XIX. or se cante.

Nicolete o le cler vis
des pastoriaus se parti,
si acoilli son cemin
tres par mi le gaut foilli
tout un viés sentier anti, [d]
tant qu’a une voie vint
u aforkent set cemin
qui s’en vont par le païs.
A porpenser or se prist
qu’esprovera son ami 10
s’i l’aime si com il dist.
Ele prist des flors de lis
et de l’erbe du garris
et de le foille autresi,
une bele loge en fist, 15
ainques tant gente ne vi.
Jure Diu qui ne menti,
se par la vient Aucasins

et il por l’amor de li
ne s’i repose un petit, 20
ja ne sera ses amis,
n’ele s’amie.


XX. or dient et content et fabloient.

Nicolete eut faite le loge, si con vos avés oï et entendu,
molt bele et mout gente, si l’ot bien forree dehors et dedens
de flors et de foilles, si se repost delés le loge en un espés
buison por savoir que Aucassins feroit.
Et li cris et li noise ala par tote le tere et par tot le païs que 5
Nicolete estoit perdue : li auquant dient qu’ele en estoît fuie,
et li autre dient que li quens Garins l’a faite mordrir. Qui
qu’en eust joie, Aucassins n’en fu mie liés. Et li quens Garins
ses peres le fist metre hors de prison, si manda les cevaliers
de le tere et les damoiseles, si fist faire une mot rice feste, 10
por çou qu’il cuida Aucassin son fil conforter.
Quoi que li feste estoit plus plaine, et Aucassins fu apoiiés
a une | puie tos dolans et tos souples ; qui que demenast joie, [76]
Aucassins n’en ot talent, qu’il n’i veoit rien de çou qu’il
amoit. Uns cevaliers le regarda, si vint a lui, si l’apela. 15
« Aucassins, fait il, d’ausi fait mal con vos avés ai je esté
malades. Je vos donrai bon consel, se vos me volés croire.
— Sire, fait Aucassins, grans mercis ; bon consel aroie je
cier.
— Montés sor un ceval, fait il, s’alés selonc cele forest 20
esbanoiier ; si verrés ces flors et ces herbes, s’orrés ces oisel-
lons canter ; par aventure orrés tel parole dont mix vos
iert.
— Sire, fait Aucassins, grans mercis ; si ferai jou. »
Il s’enble de la sale, s’avale les degrés, si vient en l’estable 25

ou ses cevaus estoit ; il fait metre le sele et le frain ; il met
pié en estrier, si monte, et ist del castel ; et erra tant qu’il
vint a le forest, et cevauca tant qu’il vint a le fontaine, et
trove les pastoriax au point de none ; s’avoient une cape
estendue sor l’erbe, si mangoient lor pain et faisoient 30
mout tresgrant joie.


XXI. or se cante.

Or s’asanlent pastouret,
Esmerés et Martinés,
Früelins et Johanés,
Robeçons et Aubriés.
Li uns dist : « Bel conpaignet, 5
Dix aït Aucasinet,
voire a foi ! le bel vallet ;
et le mescine au corset [b]
qui avoit le poil blondet,
cler le vis et l’oeul vairet, 10
ki nos dona denerés
dont acatrons gastelés,
gaïnes et coutelés,
flaüsteles et cornés,
maçüeles et pipés, 15
Dix le garisse ! »


XXII. or dient et content et fabloient.

Quant Aucassins oï les pastoriax, si li sovint de Nicolete
se tresdouce amie qu’il tant amoit, et si se pensa qu’ele avoit
la esté ; et il hurte le ceval des eperons, si vint as pastoriax.
« Bel enfant, Dix vos i aït !

— Dix vos benie ! fait cil qui fu plus enparlés des 5
autres.
— Bel enfant, fait il, redites le cançon que vos disiés ore.
— Nous n’i dirons, fait cil qui plus fu enparlés des autres.
Dehait ore qui por vous i cantera, biax sire !
— Bel enfant, fait Aucassins, enne me conissiés vos ? 10
— Oïl, nos savions bien que vos estes Aucassins nos
damoisiax, mais nos ne somes mie a vos, ains somes au
conte.
— Bel enfant, si ferés, je vos en pri.
— Os, por le cuerbé ! fait cil ; por quoi canteroie je por vos, 15
s’il ne me seoit, quant il n’a si rice home en cest païs, sans
le cors le conte Garin, s’il trovoit mé bués ne mes vaces ne
mes brebis en ses pres n’en sen forment, qu’il fust mie tant
herdis por les ex a crever qu’il les en ossast cacier ? Et por
quoi canteroie je por vos, s’il ne me seoit ? 20
— Se Dix vos aït, bel enfant, si ferés ; et tenés | dis sous [c]
que j’ai ci en une borse.
— Sire, les deniers prenderons nos, mais ce ne vos can-
terai mie, car j’en ai juré ; mais je le vos conterai, se vos
volés. 25
— De par Diu, fait Aucassins, encor aim je mix conter
que nient.
— Sire, nos estiiens orains ci entre prime et tierce, si
mangiens no pain a ceste fontaine, ausi con nos faisons ore,
et une pucele vint ci, li plus bele riens du monde, si que nos 30
quidames que ce fust une fee, et que tos cis bos en esclarci ;
si nos dona tant del sien que nos li eumes en covent, se vos
veniés ci, nos vos desisiens que vos alissiés cacier en ceste
forest, qu’il i a une beste que, se vos le poiiés prendre, vos
n’en donriiés mie un des menbres por cinc cens mars d’ar- 35
gent ne por nul avoir : car li beste a tel mecine que, se vos le

poés prendre, vos serés garis de vo mehaig ; et dedens trois
jors le vos covien avoir prisse, et se vos ne l’avés prise, ja
mais ne le verrés. Or le caciés se vos volés, et se vos volés
si le laiscié, car je m’ensui bien acuités vers li. 40
— Bel enfant, fait Aucassins, assés en avés dit, et Dix le
me laist trover ! »


XXIII. or se cante.

Aucassins oï les mos
de s’amie o le gent cors,
mout li entrerent el cors.
Des pastoriax se part tost,
si entra el parfont bos ; 5
li destriers li anble tost,
bien l’en porte les galos. [d]
Or parla, s’a dit trois mos :
« Nicolete o le gent cors,
por vos sui venus en bos ; 10
je ne cac ne cerf ne porc,
mais por vos siu les esclos.
Vo vair oiel et vos gens cors,
vos biax ris et vos dox mos
ont men cuer navré a mort. 15
Se Diu plaist le pere fort,
je vous reverai encor,
suer douce amie. »


XXIV. or dient et content et fabloient.

Aucassins ala par le forest de voie en voie et li destriers
l’en porta grant aleure. Ne quidiés mie que les ronces et les

espines l’esparnaiscent. Nenil nient ! ains li desronpent ses
dras qu’a painnes peust on nouer desu el plus entier, et que
li sans li isci des bras et des costés et des ganbes en quarante 5
lius u en trente, qu’aprés le vallet peust on suir le trace du
sanc qui caoit sor l’erbe. Mais il pensa tant a Nicolete sa
douce amie, qu’i ne sentoit ne mal ne dolor ; et ala tote jor
par mi le fórest si faitement que onques n’oï noveles de li ;
et quant il vit que li vespres aproçoit, si comença a plorer 10
por çou qu’il ne le trovoit.
Tote une viés voie herbeuse cevaucoit, s’esgarda devant
lui en mi le voie, si vit un vallet tel con je vos dirai. Grans
estoit et mervellex et lais et hidex ; il avoit une grande hure
plus noire q’une carbouclee, et avoit plus de planne paume 15
entre deus ex, et avoit unes | grandes joes et un grandisme [77]
nes plat et unes grans narines lees et unes grosses levres
plus rouges d’une carbounee et uns grans dens gaunes
et lais ; et estoit cauciés d’uns housiax et d’uns sollers de
buef fretés de tille dusque deseure le genol, et estoit afulés 20
d’une cape a deus envers, si estoit apoiiés sor une grande
maçue.
Aucassins s’enbati sor lui, s’eut grant paor quant il le
sorvit.
« Biax frere, Dix t’i aït ! 25
— Dix vos benie ! fait cil.
— Se Dix t’aït, que fais tu ilec ?
— A vos que monte ? fait cil.
— Nient, fait Aucassins ; je nel vos demant se por bien
non. 30
— Mais por quoi plourés vos, fait cil, et faites si fait duel ?
Certes, se j’estoie ausi rices hom que vos estes, tos li mons
ne me feroit mie plorer.
— Ba ! me connissiés vos ? fait Aucassins.

— Oie, je sai bien que vos estes Aucassins, li fix le conte, 35
et se vos me dites por quoi vos plorés, je vos dirai que je fac
ci.
— Certes, fait Aucassins, je le vos dirai molt volentiers :
je vig hui matin cacier en ceste forest, s’avoie un blanc
levrer, le plus bel del siecle, si l’ai perdu : por ce pleur 40
jou.
— Os ! fait cil, por le cuer que cil Sires eut en sen ventre !
que vos plorastes por un cien puant ? Mal dehait ait qui ja
mais vos prisera, quant il n’a si rice home en ceste terre, se
vos peres l’en mandoit dis u quinse u vint, qu’il ne les eust 45
trop volentiers, et s’en esteroit trop liés. Mais je doi plorer et
dol faire.
— Et tu de quoi, | frere ? [b]
— Sire, je le vous dirai. J’estoie luiés a un rice vilain, si
caçoie se carue, quatre bués i avoit. Or a trois jors qu’il 50
m’avint une grande malaventure, que je perdi le mellor de
mes bués, Roget, le mellor de me carue ; si le vois querant,
si ne mengai ne ne buc trois jors a passés ; si n’os aler a le
vile, con me metroit en prison, que je ne l’ai de quoi saure :
de tot l’avoir du monde n’ai je plus vaillant que vos veés sor 55
le cors de mi. Une lasse mere avoie, si n’avoit plus vaillant
que une keutisele, si li a on sacie de desou le dos, si gist a
pur l’estrain, si m’en poise assés plus que de mi ; car avoirs
va et vient : se j’ai or perdu, je gaaignerai une autre fois, si
sorrai mon buef quant je porrai, ne ja por çou n’en plouerai. 60
Et vos plorastes por un cien de longaigne ? Mal dehait ait
qui ja mais vos prisera !
— Certes, tu es de bon confort, biax frere ; que benois
soies tu ! Et que valoit tes bués ?
— Sire, vint sous m’en demande on ; je n’en puis mie 65
abatre une seule manille.

— Or tien, fait Aucassins, vint que j’ai ci en me borse, si
sol ten buef.
— Sire, fait il, grans mercis, et Dix vos laist trover ce
que vos querés ! » 70
Il se part de lui ; Aucassins si cevauce. La nuis fu bele et
quoie, et il erra tant qu’il vin ..........
.... si i ......... Nicolete. ..
........ | defors et dedens et par deseure et [c]
devant de flors, et estoit si bele que plus ne pooit estre. 75
Quant Aucassins le perçut, si s’aresta tot a un fais, et li rais
de le lune feroit ens.
« E ! Dix, fait Aucassins, ci fu Nicolete me douce amie, et
ce fist ele a ses beles mains ; por le douçour de li et por
s’amor me descenderai je ore ci et m’i reposerai anuit 80
mais. »
Il mist le pié fors de l’estrier por descendre, et li cevaus fu
grans et haus ; il pensa tant a Nicolete se tresdouce amie
qu’il caï si durement sor une piere que l’espaulle li vola hors
du liu. Il se senti moit blecié, mais il s’efforça tant au mix 85
qu’il peut et ataca son ceval a l’autre main a une espine, si
se torna sor costé tant qu’il vint tos souvins en le loge ; et il
garda par mi un trau de le loge, si vit les estoiles el ciel,
s’en i vit une plus clere des autres, si conmença a dire.


XXV. or se cante.

« Estoilete, je te voi,
que la lune trait a soi ;
Nicolete est aveuc toi,
m’amïete o le blont poil.
Je quid Dix le veut avoir 5
por la lu… e de s…

........
........
........
que que fust du recaoir, [d]
que fuisse lassus o toi :
ja te baiseroie estroit.
Se j’estoie fix a roi,
s’afferriés vos bien a moi,
suer douce amie. » 15


XXVI. or dient et content et fabloient.

Quant Nicolete oï Aucassin, ele vint a lui, car ele n’estoit
mie lonc ; ele entra en la loge, si li jeta ses bras au col,
si le baisa et acola.
« Biax doux amis, bien soiiés vos trovés !
— Et vos, bele douce amie, soiés li bien trovee ! » 5
Il s’entrebaissent et acolent, si fu la joie bele.
« Ha ! douce amie, fait Aucassins, j’estoie ore molt bleciés
en m’espaulle, et or ne senc ne mal ne dolor, pui que je
vos ai. »
Ele le portasta et trova qu’il avoit l’espaulle hors du liu ; 10
ele le mania tant a ses blances mains et porsaca, si con Dix
le vaut qui les amans ainme, qu’ele revint a liu ; et puis si
prist des flors et de l’erbe fresce et des fuelles verdes, si le
loia sus au pan de sa cemisse ; et il fu tox garis.
« Aucassins, fait ele, biaus dox amis, prendés consel que 15
vous ferés : se vos peres fait demain cerquier ceste forest et
on me trouve, que que de vous aviegne, on m’ocira.
— Certes, bele douce amie, j’en esteroie molt dolans ;
mais, se je puis, il ne vos tenront ja. »
Il monta sor son | ceval et prent s’amie devant lui, baisant [78]
et acolant, si se metent as plains cans.


XXVII. or se cante.

Aucassins li biax, li blons,
li gentix, li amorous,
est issus del gaut parfont,
entre ses bras ses amors
devant lui sor son arçon ; 5
les ex li baise et le front
et le bouce et le menton.
Ele l’a mis a raison :
« Aucassins, biax amis dox,
en quel tere en irons nous ? 10
— Douce amie, que sai jou ?
Moi ne caut u nous aillons,
en forest u en destor,
mais que je soie aveuc vous. »
Passent les vaus et les mons 15
et les viles et les hors ;
a la mer vinrent au jor,
si descendent u sablon
les le rivage.


XXVIII. or dient et content et fabloient.

Aucassins fu descendus entre lui et s’amie, si con vous
avés oï et entendu ; il tint son ceval par le resne et s’amie
par le main, si eonmencent aler selonc le rive…
Il les acena et il vinrent a lui, si fist tant vers aus qu’i le
missen en lor nef ; et quant il furent en haute mer, une tor- 5
mente leva, grande et mervelleuse, qui les mena de tere en
tere, tant qu’il ariverent en une tere estragne et | entrerent el [b]

port du castel de Torelore. Puis demanderent ques terre
c’estoit, et on lor dist que c’estoit le tere le roi de Torelore ;
puis demanda quex hon c’estoit, ne s’il avoit gerre, et on li 10
dist : « Oïl, grande. »
Il prent congié as marceans et cil le conmanderent a Diu ;
il monte sor son ceval, s’espee çainte, s’amie devant lui, et
erra tant qu’il vint el castel ; il demande u li rois estoit, et on
li dist qu’il gissoit d’enfent. 15
« Et u est dont se femme ? »
Et on li dist qu’ele est en l’ost et si i avoit mené tox ciax du
païs ; et Aucassins l’oï, si li vint a grant mervelle ; et vint au
palais et descendi entre lui et s’amie ; et ele tint son ceval et
il monta u palais, l’espee çainte, et erra tant qu’il vint en le 20
canbre u li rois gissoit.


XXIX. or se cante.

En le canbre entre Aucassins,
li cortois et li gentis ;
il est venus dusque au lit,
alec u li rois se gist ;
par devant lui s’arestit, 5
si parla ; oés que dist :
« Di va ! fau, que fais tu ci ? »
Dist li rois : « Je gis d’un fil ;
quant mes mois sera conplis
et je sarai bien garis, 10
dont irai le messe oïr,
si com mes ancestre fist,
et me grant guerre esbaudir [c]
encontre mes anemis ;
nel lairai mie. » 15


XXX. or dient et content et fabloient.

Quant Aucassins oï ensi le roi parler, il prist tox les dras
qui sor lui estoient, si les houla aval le canbre ; il vit deriere
lui un baston, il le prist, si torne, si fiert, si le bati tant que
mort le dut avoir.
« Ha ! biax sire, fait li rois, que me demandés vos ? Avés 5
vos le sens dervé, qui ers me maison me batés ?
— Par le cuer Diu ! fait Aucassins, malvais fix a putain,
je vos ocirai, se vos ne m’afiés que ja mais hom en vo tere
d’enfant ne gerra. »
Il li afie ; et quant il li ot afié : 10
« Sire, fait Aucassins, or me menés la u vostre femme est
en l’ost.
— Sire, volentiers », fait li rois.
Il monte sor un ceval, et Aucassins monte sor le sien,
et Nicolete remest es canbres la roine. Et li rois et Aucas- 15
sins cevaucierent tant qu’il vinrent la u la roine estoit, et
troverent la bataille de poms de bos waumonnés et d’uetis et
de fres fromages ; et Aucassins les conmença a regarder, se
s’en esmevella molt durement.


XXXI. or se cante.

Aucassins est arestés,
sor son arçon acoutés,
si coumence a regarder [d]
ce plenier estor canpel :
il avoient aportés 5
des fromages fres assés
et puns de bos waumonés

et grans canpegneus canpés ;
cil qui mix torble les gués
est li plus sire clamés. 10
Aucassins, li prex, li ber,
les coumence a regarder,
s’en prist a rire.


XXXII. or dient et content et fabloient.

Quant Aucassins vit cele mervelle, si vint au roi, si
l’apele.
« Sire, fait Aucassins, sont ce ci vostre anemi ?
— Oïl, sire, fait li rois.
— Et vouriiés vos que je vos en venjasse ? 5
— Oie, fait il, volentiers. »
Et Aucassins met le main a l’espee, si se lance en mi ax,
si conmence a ferir a destre et a senestre, et s’en ocit molt. Et
quant li rois vit qu’i les ocioit, il le prent par le frain et
dist : 10
« Ha ! biax sire, ne les ociés mie si faitement.
— Conment ? fait Aucassins, en volés vos que je vos
venge ?
— Sire, dist li rois, trop en avés vos fait : il n’est mie cos-
tume que nos entrocions li uns l’autre. » 15
Cil tornent en fuies ; et li rois et Aucassins s’en repairent
au castel de Torelore. Et les gens del païs dient au roi qu’il
cast Aucassin fors de sa tere, et si detiegne Nicolete aveuc
son fil, qu’ele sanbloit bien fenme de haut lignage. Et
Nicolete l’oï, si n’en fu mie lie, si conmença a dire. 20


XXXIII. or se cante.

« Sire rois de Torelore, [79]
ce dist la bele Nichole,
vostre gens me tient por fole :
quant mes dox amis m’acole
et il me sent grasse et mole, 5
dont sui jou a tele escole,
baus ne tresce ne carole,
harpe, gigle ne viole,
ne deduis de la nimpole
n’i vauroit mie. » 10


XXXIV. or dient et content et fabloient.

Aucassins fu el castel de Torelore, et Nicolete s’amie, a
grant aise et a grant deduit, car il avoit aveuc lui Nicolete
sa douce amie que tant amoit. En ço qu’il estoit en tel aisse
et en tel deduit, et uns estores de Sarrasins vinrent par mer,
s’asalirent au castel, si le prissent par force ; il prissent 5
l’avoir, s’en menerent caitis et kaitives ; il prissent Nicolete
et Aucassin, et si loierent Aucassin les mains et les piés et si
le jeterent en une nef et Nicolete en une autre ; si leva une
tormente par mer que les espartist.
Li nes u Aucassins estoit ala tant par mer waucrant qu’ele 10
ariva au castel de Biaucaire ; et les gens du païs cururent au
lagan, si troverent Aucassin, si le reconurent. Quant cil de
Biaucaire virent lor damoisel, s’en fisent grant | joie, car [b]
Aucassins avoit bien mes u castel de Torelore trois ans, et
ses peres et se mere estoient mort. Il le menèrent u castel 15
de Biaucaire, si devinrent tot si home, si tint se tere en pais.


XXXV. or se cante.

Aucassins s’en est alés
a Biaucaire sa cité
le païs et le régné
tint trestout en quiteé.
Jure Diu de maïsté 5
qu’il li poise plus assés
de Nicholete au vis cler
que de tot sen parenté
s’il estoit a fin alés.
« Douce amie o le vis cler, 10
or ne vous ai u quester ;
ainc Diu ne fist ce regné
ne par terre ne par mer,
se t’i quidoie trover,
ne t’i quesisce. » 15


XXXVI. or dient et content et fabloient.

Or lairons d’Aucassin, si dirons de Nicolete.
La nes u Nicolete estoit estoit le roi de Cartage, et cil estoit
ses peres, et si avoit dose freres, tox princes u rois. Quant
il virent Nicolete si bele, se li porterent molt grant honor et
fisent feste de li, et molt li demanderent qui ele estoit, car 5
molt sanbloit bien gentix fenme et de haut lignage. Mais ele
ne lor sot a dire qui ele estoit, | car ele fu pree petis enfes. [c]
Il nagierent tant qu’il ariverent desox le cité de Cartage, et
quant Nicolete vit les murs del castel et le païs, ele se reco-
nut, qu’ele i avoit esté norie et pree petis enfes, mais ele ne 10
fu mie si petis enfes que ne seust bien qu’ele avoit esté fille
au roi de Cartage et qu’ele avoit esté norie en le cité.


XXXVII. or se cante.

Nichole li preus, li sage,
est arivee a rivage,
voit les murs et les astages
et les palais et les sales ;
dont si s’est clamee lasse : 5
« Tant mar fui de haut parage,
ne fille au roi de Cartage,
ne cousine l’amuaffle !
Ci me mainnent gent sauvage.
Aucassin gentix et sages, 10
frans damoisiax honorables,
vos douces amors me hastent
et semonent et travaillent.
Ce doinst Dix l’esperitables
c’oncor vous tiengne en me brace, 15
et que vos baissiés me face
et me bouce et mon visage,
damoisiax sire. »


XXXVIII. or dient et content et fabloient.

Quant li rois de Cartage oï Nicolete ensi parler, il li geta
ses bras au col.
« Bele douce amie, fait il, dites moi qui vos estes ; ne
vos esmaiiés mie de mi.
— Sire, fait ele, je sui fille au roi de Cartage et fui preée 5
petis | enfes, bien a quinse ans. » [d]
Quant il l’oïrent ensi parler, si seurent bien qu’ele disoit
voir, si fissen de li molt grant feste, si le menerent u palais

a grant honeur, si conme fille de roi. Baron li vourent doner
un roi de paiiens, mais ele n’avoit cure de marier. La fu bien 10
trois jors u quatre. Ele se porpensa par quel engien ele por-
roit Aucassin querre ; ele quist une viele, s’aprist a vieler,
tant c’on le vaut marier un jor a un roi rice paiien. Et ele
s’enbla la nuit, si vint au port de mer, si se herbega ciés une
povre fenme sor le rivage ; si prist une herbe, si en oinst 15
son cief et son visage, si qu’ele fu tote noire et tainte. Et ele
fist faire cote et mantel et cemisse et braies, si s’atorna a
guise de jogleor ; si prist se viele, si vint a un marounier, se
fist tant vers lui qu’il le mist en se nef. Il drecierent lor
voile, si nagierent tant par haute mer qu’il ariverent en le 20
terre de Provence. Et Nicolete issi fors, si prist se viele, si
ala vielant par le païs tant qu’ele vint au castel de Biaucaire,
la u Aucassins estoit.


XXXIX. or se cante.

A Biaucaire sous la tor
estoit Aucassins un jor,
la se sist sor un perron,
entor lui si franc baron ;
voit les herbes et les flors 5
s’oit canter les oisellons,
menbre li de ses amors,
de Nicholete le prox [80]
qu’il ot amee tans jors ;
dont jete souspirs et plors. 10
Es vous Nichole au peron,
trait vïele, trait arçon ;
or parla, dist sa raison.
« Escoutés moi, franc baron,

cil d’aval et cil d’amont ; 15
plairoit vos oïr un son
d’Aucassin, un franc baron,
de Nicholete la prous ?
Tant durerent lor amors
qu’il le quist u gaut parfont ; 20
a Torelore u dongon
les prissent paiien un jor.
D’Aucassin rien ne savons,
mais Nicolete la prous
est a Cartage el donjon, 25
car ses pere l’ainme mout
qui sire est de cel roion.
Doner li volent baron
un roi de paiiens felon :
Nicolete n’en a soing, 30
car ele aime un dansellon
qui Aucassins avoit non ;
bien jure Diu et son non,
ja ne prendera baron,
s’ele n’a son ameor 35
que tant desire. »


XL. or dient et content et fabloient.

Quant Aucassins oï ensi parler Nicolete, il fu molt liés,
si le traist d’une part, se li demanda :
« Biax dous amis, fait Aucassins, savés vos nient de cele
Nicolete dont vos avés ci canté ?
— Sire, oie, j’en sai con de le plus france creature et de le 5
plus gentil et de le plus sage | qui onques fust nee ; si est [b]
fille au roi de Cartage, qui le prist la u Aucassins fu pris, si

le mena en le cité de Cartage tant qu’il seut bien que c’estoit
se fille, si en fist molt grant feste ; si li veut on doner cas-
cun jor baron un des plus haus rois de tote Espaigne ; mais 10
ele se lairoit ançois pendre u ardoir qu’ele en presist nul
tant fust rices.
— Ha ! biax dox amis, fait li quens Aucassins, se vous
voliiés raler en cele terre, se li dississçiés qu’ele venist a mi
parler, je vos donroie de mon avoir tant con vos en oseriés 15
demander ne prendre. Et saciés que por l’amor de li ne voul
je prendre fenme tant soit de haut parage, ains l’atenc, ne ja
n’arai fenme se li non ; et se je le seusce u trover, je ne
l’eusce ore mie a querre.
— Sire, fait ele, se vos çou faissiés, je l’iroie querre por 20
vos et por li que je molt aim. »
Il li afie, et puis se li fait doner vint livres. Ele se part de
lui, et il pleure por le douçor de Nicolete ; et quant ele le
voit plorer :
« Sire, fait ele, ne vos esmaiiés pas, que dusqu’a 25
pou le vos arai en ceste vile amenee, se que vos le
verrés. »
Et quant Aucassins l’oï, si en fu molt liés. Et ele se part
de lui, si traist en le vile a le maison le viscontesse, car li
visquens ses parrins estoit mors. Ele se herbega la, si parla a 30
li tant qu’ele li gehi son afaire et que le viscontesse le recou-
nut et seut bien que c’estoit Nicolete et qu’ele l’avoit norrie ;
si le fist | laver et baignier et sejorner uit jors tous plains. Si [c]
prist une herbe qui avoit non esclaire, si s’en oinst, si fu ausi
bele qu’ele avoit onques esté a nul jor ; se se vesti de rices 35
dras de soie, dont la dame avoit assés, si s’assist en le can-
bre sor une cueute pointe de drap de soie, si apela la dame et
li dist qu’ele alast por Aucassin son ami. Et ele si fist, et
quant ele vint u palais, si trova Aucassin qui ploroit et

regretoit Nicolete s’amie, por çou qu’ele demouroit tant ; et 40
la dame l’apela, si li dist :
« Aucassins, or ne vos dementés plus, mais venés ent
aveuques mi et je vos mosterai la riens el mont que vos
amés plus, car c’est Nicolete vo duce amie, qui de longes
terres vos est venue querre. » 45
Et Aucassins fu liés.


XLI. or se cante.

Quant or entent Aucassins
de s’amie o le cler vis
qu’ele est venue el païs,
or fu liés, ainc ne fu si.
Aveuc la dame s’est mis, 5
dusqu’a l’ostel ne prist fin ;
en le cambre se sont mis,
la u Nicholete sist.
Quant ele voit son ami,
or fu lie, ainc ne fu si ; 10
contre lui en piés sali.
Quant or le voit Aucassins,
andex ses bras li tendi,
doucement le recoulli, [d]
les eus li baisse et le vis. 15
La nuit le laissent ensi,
tresqu’au demain par matin
que l’espousa Aucassins :
dame de Biaucaire en fist ;
puis vesquirent il mains dis 20
et menerent lor delis.
Or a sa joie Aucassins

et Nicholete autresi :
no cantefable prent fin,
n’en sai plus dire. 25